jeudi 16 août 2018

LES EAUX SONT CERTAINES

Marche allègre et vive sur les passerelles de l’aubeLe sang dormant s’ébroueL’écriture coule drueVerticaleLa pluie a ravivé les feuillesJ’ai troqué mon pays contre le rire immenseDe chutes de cascades de torrents vers la merJ’ai traversé des fleuves qui n’avaient pas de nomJ’ai reconnu le ciel au tremblement des feuilles Troqué des cimetières contre des chemins d’orJ’ai tenu tête à l’âme elle s’en est souvenueJ’ai marché sans compter sans mesurer mes pasJ’ai senti le pollen de mes aurores vivesJ’ai bougé des écluses dans le sens... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

samedi 14 juillet 2018

LE BATEAU DE TERRE CUITE...Extrait

Ombres minuscules sur la blancheur du mur labyrinthe éphémère de l’instant nous avons besoin de la mer non pour laver nos oreilles mais pour plonger dans les confins des profondeurs les yeux fermés sous l’eau de notre soif au milieu du bleu le corps dressé par l’éphémère le regard aiguisé par le lointain nous avons besoin de la mer pour renaître sur la plage à l’ombre d’un murmure en fleur la matière de nos paroles est la lumière la matière... [Lire la suite]
lundi 22 mai 2017

RINA LASNIER...Extrait

On n’enterre pas le sang décharné de la servitudeni le sang désarmé de l’amour inutilisé ;on ne retire pas le cri de la bouche comme une clef,on ne suture pas la pierre fissurée d’une soif.La chaux vive du sang qui n'a point dormi,tu l'entendras liquéfier la dalle des morts,traverser ses étapes de neige étoufféeet siffler en remarchant tout son hiver.On n'enterre pas le talon poudreux de la foudreni la fureur tendre du fruit piétiné ;le sang retourné sur sa racine comme un décombres'est armé tout droit d'une moisson fruste de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
mardi 8 novembre 2016

MOULA MOULA

Moula-moula petit oiseau noir et blanc du Tassili qui vit de peu et donc de beaucoup dans ces plateaux de vent et de soif dis-moi quel est le sens de la vie si ce sens existe Moula-moula pourquoi sommes-nous enfermés dans ce sens tels des pierres qui roulent s'entrechoquent et se font mal dans un oued fugace d'orage du désert et si ce sens n'existe pas minuscule chose de courage insensé et inutile pourquoi sommes nous astreints à vivre à te connaître et à tout oublier   .   ANOUAR BENMALEK   .     ... [Lire la suite]
vendredi 26 août 2016

CHANTS DE L'AUTRE RIVE...Extrait

        Heure bénie parmi les heures, celle où la clameur du             large consent au silence son royaume,         Celle où l'enfant cède à contrecœur au fil du sommeil,          Où l'on n'entend plus qu'un grillon solitaire et le             grincement indécis d'une persienne mi-close.   ... [Lire la suite]
vendredi 21 novembre 2014

LES SEPT PRENOMS DU VENT...Extrait

 Chevauchez vagues chevauchez crêtes illuminées                Sable et sel et craie et soleil     Grande banque de larmes et ses branches de  selChevauchez vagues roulez jusqu’aux horizons blêmes               Cendres et sel et plaie et silenceInlassable murmure immense émulsion des âmes en ténèbresBraise bleue des vaisseaux enfoncés et des planches à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 01:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 17 juin 2014

HISTOIRES DE SOIFS...Extrait

Pas un seul mot où se heurter   Parole d'absence qui ne parle plus   Et nous puisons l'argile avec des rêves qui font crier nos ciels d'oiseaux.   Après, hurler de toute la chair dans les mots nus, au creux d'un ventre vide.   La soif s'appelle pluriel.   Mots orphelins gardant leur blanc d'hiver.   Mots quotidiens portant vos prières comme les deux faces d'une même présence: celle du dessus celle du dessous.   Des mots à vide qui, lentement, s'en vont dans l'écriture... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 22 février 2014

HISTOIRES DE SOIFS...Extrait

... Il reste pourtant des mots pour faire bouger la vie. Des mots pour éclairer tes seins d'un peu de neige. Il reste des mots rebelles rebaptisés dans les eaux mortes des banques il reste des mots - otages souffrant dans la mémoire de nos ordinateurs. Peut-être qu'il fera toujours un temps de mots comme il fera toujours un temps de soif. ....   .   EMILE HEMMEN   .  
Posté par emmila à 21:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 30 décembre 2012

CE PUIT QUE RIEN N'EPUISE

Comment remonter le torrent : ses rocs, ses gouffres, ses remous ? Seul y rit un souffle féroce contre quoi plus rien ne prévaut - sinon, parfois, de grands troncs morts. Franchis-les Défie le courant Comme une truite avide d'accomplir son frai Car si tu parviens jusqu'à l'autre d'où sort la source, tu apprendras qu'elle est en toi tout en étant plus que toi-même, et qu'en buvant l'eau qu'elle t'offre tu bois aussi la propre soif de ta soif   JEAN-CLAUDE RENARD      
Posté par emmila à 15:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 4 juin 2009

PLAINTE DU DESERT DE SOIF

Sable du désert Je suis : désert de soif. Oasis est ta bouche Où je reste sans boire.        Bouche : oasis ouvert A tous les sables du désert.   Point d’eau au cœur D’un monde brûlant, Ton corps, ton corps Qui jamais n’est à nous deux.           Corps : puits fermé, A ce point calciné par la soif et le soleil. . MIGUEL HERNANDEZ . Oeuvre de Salvador  Dali ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,