mercredi 28 octobre 2015

ALBANE GELLE

Plus âgés que nos âges, tous deboutdepuis la terre, nous sommes restéslongtemps au chaud dans nos paniques,récitant des chagrins ici et là appris parcoeur sous une grande pluie d'hiver.Avant de nous mettre à chercher lesoleil, et ses fraîcheurs, et ses jardins.Demain, même si la lumièredemeure difficile, nous croirons enfin auxanges.   . ALBANE GELLE   . Oeuvre Samantha Kelly Smith
Posté par emmila à 22:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 13 décembre 2014

POUR FAIRE NEDJMA

Il faut une palmeun peu d'eauil faut du sable fintrès douxil faut du soleildes dattesdu thé il faut un port de reine un rire clairil faut aussi une petite larmede temps en temps seulementbien sûril faut surtout ses mainsses doigts agileset frêlesil faut une petite pointed'humourbeaucoup de tendressene pas oublier quelques fleursles plus petitesmais les plus belles   GERALD BLONCOURT       Oeuvre Boleslaw Szankowski    
Posté par emmila à 21:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 19 juillet 2014

SOLO DE TOURNESOL...Extrait

Le soleil de van Gogh est tombé Rien ne pouvait l’arracher C’était l’invincible géant du pauvre et du fort la lumière fixe des courages Maintenant, retour au soleil sans van Gogh Qui flambe par devant mais fusille par derrière Et reste seul à brûler sans jamais retrouver le toucher de colline de sa boule à feu ni le sentier au visage troué de la terre au ciel qui n’est plus qu’un bagne d’œil noir et tes yeux pouvaient voir et ton sang aller Dans ce ciment de sarcophage le soleil de vie ne sait rien faire du sanglot de vide et même... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 16 décembre 2013

LE FOU

Vous me demandez comment je devins un fou. Cela m'arriva ainsi: un jour, bien avant que de nombreux dieux ne fussent nés, je m'éveillai d'un profond sommeil et trouvais que tous mes masques étaient volés, les sept masques que j'ai façonnés et portés durant sept vies; je courus alors sans masque à travers les rues grouillantes de la ville en criant: "Aux voleurs! Aux voleurs! Aux maudits voleurs!" Et quand j'atteignis la place du marché, un jeune homme, debout sur le toit d'une maison, s'écria: "C'est un fou." Je levais la tête pour le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 25 octobre 2013

PREMIER SOLEIL SUR LES BUISSONS...Extrait

« La vigne s’écrit à la surface de la terre Elle a tout sorti de ses rangs les souches, les sarments les feuilles et les grappes Elle a fait le tour de la colline et salué le bois Elle a reconnu le pressoir et la cuve Traversé l’odeur des moûts et le mur étoilé des bouteilles Quand elle a repris place dans l’étendue d’un hiver Elle s’est éloignée de côté vers le soleil. »   .   GEORGES DRANO   .      
Posté par emmila à 22:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 9 octobre 2013

LA PAROLE EN ARCHIPEL...Extrait

 « Je pleure quand le soleil se couche parce qu'il se dérobe à ma vue et parce que je ne sais m'accorder avec ses rivaux nocturnes. Bien qu'il soit au bas et maintenant sans fièvre, impossible d'aller contre son déclin, de suspendre son effeuillaison, d'arracher quelque envie encore à sa lueur moribonde. Son départ se fond dans son obscurité comme le limon du lit se délaye dans l'eau du torrent par-delà l'éboulis des berges détruites. Dureté et mollesse au ressort ont alors des effets semblables. Je cesse de recevoir l'hymne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

lundi 3 juin 2013

L'ANGE DEBOUT...Extrait

À mille lieues sous terre Mûrit l’orange de l’amour L’amour aux phalanges serrées Cuit sa terre sous l’arbre Cuit sa terre D’homme et femme Emmêlés muscles Nus noués Ligature d’ombilic Cuit sa terre Comme un gâteau d’anis Cuit sa terre écarlate Sphère rouge Soleil fort Sous l’arche de la mort.   .   FRANCINE SEGESTE   .      
Posté par emmila à 00:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 1 juin 2013

DES SOLEILS NOIRS

Des soleils noirs Millions de soleils noirs Girent dans le ciel Dévorent le ciel S’abattent sur les pavés Éventrent les églises du Bon Dieu Éventrent les hôpitaux Éventrent les gares Comme de visqueuses méduses Éventrent les eaux des ports Poussent dans les mains des hommes qui ont des mains Poussent effroyables jouets dans les mains des enfants Mille soleils de faims inassouvissables Mille soleils de vertige et de douleur Mille soleils de désespoir et de suicide Mille soleils de mort lente et de mort rapide Mille soleils de Terre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 27 avril 2013

LE POETE

Je mets d’abord – si tant est que je compte - Le Poète – Puis le Soleil - Puis l’Eté – Puis le Ciel de Dieu -Après quoi – la Liste est close - Mais, à la réflexion – le Premier semble Si bien Comprendre le Tout - Que les Autres font Figure de superflu - J’écris donc – le Poète – Tout - Son Eté – dure une Solide Année - Il peut s’offrir un Soleil Que l’Est – estimerait exorbitant - Et si le Futur Ciel -   A la Beauté de celui qu’il prépare Pour Ceux qui Le vénèrent - C’est une Grâce plus qu’ardue - De justifier ce Rêve - ... [Lire la suite]
mardi 30 août 2011

ENIGMA...Extrait

Ce n'est ni les fissures de la pierre calcaire où les lézards gardent leur secret empire et grimpent, toujours vibrants, à l'écorce du caroubier ce n'est ni cette terre fatiguée, de champs abandonnés où le genévrier embrasse le lourd figuier où les amandiers éthérés posent leur vert acide sur celui, plus immuable et paisible, de l'olivier, mais c'est seulement ce cœur ombrageux, ces entrailles fertiles qui gardent tous les pleurs de l'hiver et les transforment en vie latente. C'est par elle que l'été, angoissé de cigales ... [Lire la suite]