mercredi 17 avril 2019

MADAME, AVANT LE JOUR...

  Madame,qui d'hier me regardezcomme un jugement d'ailes on m'a conté vos criset vos prières l'histoire de mes frères assisveillant à vos côtés l'ange noirla beauté des Enfersque leurs yeux n'osaient plusni voir ni boirede peur qu'on les réveille avant le jour, Madame,avant le jour Tant d'années ont passé à lisser l'aube et la lumière sous une barquesans autre poésie que l'oubli de la Seine Tant d'objets ont polijusqu'à l'iris nos coeurs d'enfants sous une imagesans autre... [Lire la suite]

mercredi 10 avril 2019

PROMENADE

  Il est des lieux limpides où dorment les lumières, Filtrant l'intimité comme un secret d'église,Ces endroits qui invitent à se mettre en prière,Délivré du vulgaire à la mine trop grise. Cette grâce qui vient gercer les plaies impures,De nos fronts fatigués des pensées qui déroutent Et fait la seule ride d'un horizon si sûr, Vers des lèvres qui lèvent le voile de nos doutes. Il est des lieux profonds qui parlent comme la mer,Quand notre âme a repris sa lenteur à aimer, Et les pas d'un rêveur tranquille... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
samedi 23 février 2019

LA FOI D'ECRIRE...Extrait

Ecrire c’est ne rien oublier de ce que le monde oublie. C’est possible qu’il y ait tout un peuple derrière moi… J’ai toujours pensé que l’écriture était une manière de rendre quelque chose à quelqu’un à qui ça avait été volé : la parole et par la parole la vision, l’éblouissante vision de la vie, celle de chacun. Mon travail je l’ai toujours perçu comme cela. Surtout ne pas laisser la mort écrire le livre. L’écriture est l’ange gardien de nos vies.Elle garde ce que nous ne savons pas garder. Ce qui n’est pas écrit se perd comme... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 7 février 2019

LA PLUIE MAUDITE ET AUTRES POEMES...Extrait

Sur la plage où l'ombre de la baie s'allongeIl est couché tel une vigne en son clos,Solitaire et tourné du côté des vagues.Son visage est empreint d'une grâce grave,Le vent de midi à ses traits se caresse,Il est plus beau que branche de grenadierGorgée de pépiements d'oiseaux, et sa taillePlus souple que l'ondulation d'un lézard.J'écoute la rumeur basse de la merQui surgit de la vague et se répercute,Masquée par un agave antique, j'épieSa gorge qui se change en une mouettePour s'envoler avec un gémissementVers l'or des nuages. Et de... [Lire la suite]
mardi 29 janvier 2019

NOS JEUNES HIVERS...

Tu ne m’as jamais rien refusé Pas même l’écorce échancrée de ton regard  Pas même les premiers grains de l’aurore quand nous divaguons enlacés à la rencontre de notre amour Pas même, offrande suprême, les papillonnements exaltés du soir quand nous nous emparons l’un de l’autre sous les lanternes d’un nouveau monde J’ai su en te croisant que le lieu de ton corps serait mon ultime héritage Que tes lèvres ourleraient dans la nuit la plus infime de mes défaillances Que je n’aurais plus jamais peur dans les ravines du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 22 janvier 2019

LA VAGABONDE...Extrait

" Il y a des jours où la solitude, pour un être de mon âge, est un vin grisant qui vous saoule de liberté, et d'autres jours où c'est un tonique amer, et d'autres jours où c'est un poison qui vous jette la tête aux murs. Ce soir, je voudrais bien ne pas choisir. Je voudrais me contenter d'hésiter, et ne pas pouvoir dire si le frisson qui me prendra, en glissant entre mes draps froids, sera de peur ou d'aise."     .   COLETTE   .   Oeuvre Bato Dugarzhapov
Posté par emmila à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

dimanche 6 janvier 2019

CHARLES JULIET...Extrait

    La douleur incessantequi brûle les entraillesde ces huit cents millionsd'hommes de femmes et d'enfantsqui endurent les affres de la faimet surviventcomme ils peuventdans tant de villes et de contréessur les cinq continents   lèvres crevasséesregards éteintscorps décharnés   les forces qui manquents'épuisentparfois la mort   et l'autre faim   celle qui n'oses'avouerne trouve pasà s'assouvirnon moins lancinantenon moins acharnée à rongerque la première   celle qui tire l'êtrehors du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 2 janvier 2019

PIERRE LEBRETON ...Extrait

Tout ce qui se dépose en nous, années après années sans que l'on s'en aperçoive : des visages qu'on pensait oubliés, des sensations, des idées que l'on était sûr d'avoir fixées durablement, puis qui disparaissent, reviennent, disparaissent à nouveau, signe qu'au-delà de la conscience, vit quelque chose en nous qui nous échappe mais nous transforme, tout ce qui bouge là, avance obscurément, année après année, souterrainement, jusqu'à remonter un jour et nous saisir d'effroi presque, parce qu'il devient évident que le temps a passé et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
dimanche 30 décembre 2018

LE SOUFFLE ET LA SEVE...Extrait - HOMMAGE A UN AMI DISPARU EN 2018...BRUNO ODILE

  Ce matin, la vitalité de la beauté me communique son désir d’élévation. Feuilles d’automne tombées dans le miroir des saisons, je vous aime fringantes et craquantes lorsque le pas du marcheur vous écrase. La rosée toute nue s’adosse aux premières lueurs du jour et le mur sur lequel je m’appuie se repeint à la clarté des ombres traînantes. L’esthétisme a le goût des rencontres. Pour lui, la solitude n’est pas un lieu privilégié, au contraire elle s’accapare l’objet même du beau pour le couvrir de toutes nos zizanies... [Lire la suite]
samedi 29 décembre 2018

LA PERSISTANCE ILLOGIQUE DE LA VIE

Cette mystérieuse circonstance qui fait que les choses de notre passé continuent d’exister y compris lorsqu’elles sortent de notre vie, et s’épanouissent,même, en donnant chaque saison de nouveaux fruits, pour une récolte dont nous ne saurons plus rien.       ALESSANDRO BARICCO       Emma et Cé...