mardi 25 avril 2017

LES ECORCES VIVES

Dans le verger des fées. A droite du petit chemin. Sur le toit de mousse. Deux amants reposaient là contre le ventre d’un arbre. Que dire de l’amour ? Que dire du temps ? Il est venu. Somptueusement nu. Elle attendait la vasque de son corps. Deux étoiles sont tombées. Tout près. En plein jour. Ses seins pointent vers le ciel. Sa peau est du miel. Que dire du temps qui les sépare puis les réunit. De nouveau. Et ainsi jusqu’à la fin des temps. Que dire de l’amour qui réunit un versant de l’âme, la petite chapelle. Qui réunit un... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 15 avril 2017

L'ÂME INSURGEE...Extrait

« Le poète, je vous l’ai dit, n’a pas la vie facile dans ce monde et ses besoins, pour exister, n’ont rien d’épisodique ou de professionnel. Il est voué à l’essentiel. Donc à la pauvreté matérielle. Une existence entière à préserver dans tous ses lieux, ouverte à ses passions, conquérant son intégrité. L’ampleur indispensable de l’espace et du temps, la solitude, le silence et la continuité. Les questions à poser vraiment ; la réponse à attendre de tout. Un travail où l’on entre une fois pour toutes pour ne plus le... [Lire la suite]
vendredi 14 avril 2017

COLETTE GIBELIN...Extrait

Nous cherchons ce lieu de vertige où les rumeurs de la vie s’irisent de lumière, ce lieu de nulle part, oiseau fulgurant et avide, étrange et mauve, aux ailes déployées vers l’absence et le rêve. Chasseurs entêtés de l’ailleurs, nous flottons, îles de solitude au-dessus des grands fonds où grouillent tant de présences que le regard évite. Ici, le monde est plein. Le monde craque, éclate, pourrit. Le monde étincelle et jaillit. Ici. Le silence nous lance le cri des fontaines. Ici. Nous ne l’entendons pas,insensés que nous sommes,... [Lire la suite]
samedi 8 avril 2017

RETENUE

Ce qui est bien à toi d’étrange, de paradoxal, particulier, marquant la résonance de ton verbe, tu ne l’as pas en poche, ni au cœur, mais dans le sang à la fluidité et au rythme si variables. La poésie peut-elle constituer l’horizon, et partant, le désir de t’en approcher, être un havre quand le sang de victimes répandu sur les jardins, coule partout, quelquefois près de nous dans l’hexagone ? Quelle unité formeront ces fragments de désarroi que par réflexe l’on continue à nommer poèmes ? Ils sont conscients de n’être que vide... [Lire la suite]
mercredi 5 avril 2017

RIMES DU COEUR ...Extrait

Chasseresse ou dévote ou porteuse de dons La solitude est verte en des landes hantées Comme chansons du vent aux provinces chantées Comme le souvenir lié à l’abandon. La solitude est verte. Verte comme verveine au parfum jardinier Comme mousse crépue au bord de la fontaine Et comme le poisson messager des sirènes, Verte comme la science au front de l’écolier. La solitude est verte. Verte comme la pomme en sa simplicité, Comme la grenouille, cœur glacé des vacances, Verte comme tes yeux de désobéissance, Verte comme l’exil où... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 31 mars 2017

ANISE KOLTZ...Extrait

Parfois je ramasse un poème blessé qui meurt entre mes mains Je l’enterre Et ma solitude s’accroît .... Abattez mes branches sciez-moi en morceaux les oiseaux continuent à chanter dans mes racines   .   ANISE KOLTZ   .   Oeuvre Pol Ledent          
Posté par emmila à 10:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

mardi 21 mars 2017

LA JOIE N'EST PAS MON METIER...Extrait

 Depuis que les portes closes et le froid ont été créésje tends la main en aveuglecherchant un murou une femme qui puisse me recueillirMais que peut faire la gazelle aveugled'une source viveet le rossignol prisonnierde l'horizon caressant ses barreaux ?   À l'ère de l'atome et des cerveaux électroniquesÀ l'ère du parfum, de la chanson et des lumières tamiséesje lui parlais des sandales des bédouinsdu voyage au désertà dos de chamelleet ses seins m'écoutaientcomme les petits enfants écoutentun récit captivant autour du... [Lire la suite]
lundi 20 mars 2017

BRUNO RUIZ...Extraits

Je vis dans une discontinuité qui s’articule malgré moi. Un infini provisoire. Je choisis des hasards. Des vertiges de souvenirs. Une enfance réécrite. Je suis chaque matin la préface d’un récit. Une photo prise au temps. Mes projets brûlent au soleil. Mes tempes battent au rythme de rêves transparents jusqu’à l’invisible. Je le sais désormais : je n’atteindrai jamais entier l’autre rive du fleuve. Un courant m’emporte dans un chaos merveilleux de fragments et de confidences. Ce que j’écris n’a pas plus d’importance qu’un miroir qui... [Lire la suite]
dimanche 19 mars 2017

JOË BOUSQUET...Extrait

Vois la brûlure que fait en ce monde l'instant d'avant les choses tu es la pensée de cet instant et sa chair hélas Il n'y aura plus jamais de place entre toi et la folie de l'oubli et la folie de toutes les flammes Courage va tu as planté la hache les heures sont tes prisonnières déjà quand c'est le soir et que l'air change de couleur tu regardes en te penchant à droite à gauche comme un piéton à travers les arbres d'un pays inconnu tu fais tourner les yeux avec les derniers feux du jour tu marches tantôt doucement tantôt... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 10 mars 2017

LA NUIT A LA DERIVE ...Extrait

« Moi, Olga Orozco, du fond de ton cœur je déclare à tous que je meurs.J'aimais la solitude, l'héroïque durée de toute foi, l'oisiveté dans laquelle grandissent d'étranges animaux, des plantes fabuleuses, l'ombre d'une grande époque fluant au milieu des mystères, des hallucinations, et aussi le petit tremblement des bougies à la nuit tombante.Mon histoire est là dans mes mains et dans les mains de ceux qui l'ont tatouée.De mon séjour il reste les magies, les rites, quelques dates usées par le souffle d'un amour inhumain, l'épaisse et... [Lire la suite]