samedi 15 juillet 2017

TANT DE CORPS ET TANT D'ÂME

Captifs de l'étrange machine Qui nous mène de vie à trépas En quel lieu de ce corps en fonction De ce sang qui déambule Se fixe l'être Bâti d'élans de songes de regards Qui parle les langues du silence Qui devance mots et pensées? Qui prononce notre mort Qui instaure notre vie Qui présence ou absence Dans la mêlée des vallées et des gouffres Nous prodigue Cette sarabande de rixes et de roses Nous assigne Ce pêle-mêle de discordes et d'harmonies? Qui tissant ensemble tant de corps et tant d'âme Nous imprègne de passé Nous génère... [Lire la suite]

mercredi 3 mai 2017

OEUVRE POETIQUE...Extrait

" Il se pourrait que le chant Soit plus fort que la nuit Il se pourrait que le sang Sculpte une terre de vie Il se pourrait que le vent Conduise vraiment au pays Et que les mots faisant la chaîne Arrachent à la roche la gorgée d'eau Où tremble la femelle du renne Ce peu de clarté pure qu'il faut Pour croire que ca valait la peine Les faims les soifs et les couteaux Quand tu seras devenue très belle À force de souffrir Quand tu seras devenue très belle Je m'approcherai sur la pointe des ailes Je toucherai tes paupières Ton... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
vendredi 21 octobre 2016

LOUISA PAULIN

Quelqu’un d’un doigt léger m’a touchée à l’épaule. Je me suis retournée mais il s’était enfui : Peut-être es-tu celui que je n’espérais plus Et dont le souvenir confus Trouble encore quelquefois le miroir de mes songes ? Ou bien L’ange gardien de mon âme d’enfant Alors que résonnait aux jardins du Printemps Le doux éclat de nos deux rires ? Je froissais quelquefois tes ailes dans nos jeux, Blanches ailes au reflet bleu Comme l’enfantine journée. Viens-tu comme autrefois, poser mes pieds lassés Sur la divine échelle où palpitaient les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 5 octobre 2016

HEATHER DOHOLLAU...Extrait

A ma Vince... Je te cherche Es-tu ma mère, ma fille ? Laquelle est la porte de l’autre La terre est là Au niveau de nos songes Faut-il descendre et monter Pour y être A portée de tes bras ?   .   HEATHER DOHOLLAU   .   Oeuvre Christian Arjonilla
Posté par emmila à 20:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 22 septembre 2016

LA FEMME AVEC QUI JE SUIS EN AMOUR

Le crève-cœur faibli, sans doute serait-il possible d’adresser un début de motet à un être de lumière ; encore faudrait-il que me vînt quelque figure ou sa feinte, signe quelconque avant-coureur ouvrant leur envol aux vocables, les laissant s’affranchir de l’horizon fielleux. Prémices : aux entrailles, une fougue métissée d’euphorie, un réveil de visées sans dessein pour l’instant, de silencieuses effigies augurant un futur incertain. Mais l’orpailleur du temps n’écrit-il pas : « L’étreinte poétique comme l’étreinte de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
vendredi 19 août 2016

LES HAIES DE JOIE

Simplement écouter l'écho pris au filet de l'instant partagé avec le jour le ciel le jardin de toutes les éclipses tous les aveuglements de l'enfance surprise. Je veux aller au bord de toi enfouie dans le regard et dans l'oreille de tes songes Je veux passer les haies de vive joie comme une bête, je sais que tu m'attraperas. . . . JEAN-PIERRE BARS . . .
Posté par emmila à 22:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 16 juin 2016

VIVANTE PIERRE...Extrait

Frémissements de galets lavés par la marée Fissure en marche vers l’aurore Quel vent des origines anime la matière insuffle la vie à la roche blessée ?   Alluvions, sédiments, éboulis, effritements Le temps gerce la chair minérale, s’infiltre dans l’énigme O mémoire du monde close comme un fruit mûr avant la chute. Cœur de granit et regard transparent du cristal accrochant la lumière pour ne pas renoncer Turquoises, saphirs, opales Ultimes flamboiements des grandes forces telluriques Stries, strates, rayures vitales,... [Lire la suite]
mardi 14 juin 2016

AGNES SCHNELL

Les jours ont perduparfums et couleursjusqu'à leur nom.Le vent se traînesur l'ombre rougiele souffle cherche les voileset la carène,toi tu refuses de lâcher prise.Voici la sente nueoù tu scandais par ton pasun bout de poème,l'harmonique lentede quelques vers impérieux.Derrière la brume,le quotidiendont tu t'ébrouaisavec insolence.Derrière la brume,tes songes rocailleuxtes mots tendresque tu t'efforçais de nouerà mains nues.Mais qui retient le vent ? .     AGNES SCHNELL   .     Oeuvre Montserrat... [Lire la suite]
lundi 8 février 2016

ANTOINE DE SAINT-EXUPERY

"Le merveilleux d’une maison n’est point qu’elle vous abrite ou vous réchauffe, ni qu’on en possède les murs. Mais bien qu’elle ait lentement déposé en nous ces provisions de douceur. Qu’elle forme, dans le fond du cœur, ce massif obscur dont naissent, comme des eaux de source, les songes."   .   ANTOINE DE SAINT-EXUPERY   .          
Posté par emmila à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 17 octobre 2015

MARC VIDABREVE

Aux cœurs légers et aux cœurs lourds Souhaitons l'osmose Le contrepoids de la rencontre Le soin des ecchymoses La réversibilité des anges Et l'intensité des songes...   .   MARC VIDABREVE   .     Brooke Shaden Photography
Posté par emmila à 15:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,