mercredi 20 janvier 2021

LA LANGUE EST UN PAYS...

"Aujourd’hui j’écris blanc, le blanc des yeux, la belle épouvante, l’échappée belle, le blanc sillage des nuages, la blancheur de la neige. Je nettoie le silence, le blanc des jours entachés par la mort. J’ignore toujours pourquoi j’écris. Je donne un prénom à chaque jour qui passe, un nom de fruit ou d’ange, un nom de fleur ou d’oiseau, d’orage ou de désir. J’habille de musique les vieux mots en guenilles. J’en appelle aux oiseaux lorsque les arbres ont des visages de monstre. J’en appelle aux cailloux pour retrouver ma route. J’en... [Lire la suite]

vendredi 23 octobre 2020

CARMEN PENN AR RUN...Extrait

Si l'on peut devenir l'ombre de soi-même quelle force nous empêcherait de faire advenir l'ange de soi-même. L'énergie, pour l'ombre, a quitté notre territoire. Fini le chant, il s'éloigne et la tristesse s'installe. Je convoque un soupçon de plume Je lève une rumeur joyeuse. Mon souffle les guide du charme d'un sourire intérieur et la plume prend du volume, elle s'appuie -lente- sur l'ascendance de quelque courant imperceptible, elle prépare son envol et ressuscite l'en vie dans un corps qui a compris comment l'espace ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 22 août 2020

ABDLILAH JORIO

EtreLe regard tissé d’anciens étésOuvert sur écume et ciel sacrés,Suspendus, mes nuages blanchisD’instants d’hier bleuis.Ils connaissent tes fêlures,Apprivoisent mes blessures,Traversent, et s’enfuient. Manteau tricoté de mes vies antérieuresSagement posé sur l’instant,Ecran blanc de silence pesant,Protège aujourd’hui les amours de l’heure.Mystère, ailes de désirs et d’impuissance,Vertige à la recherche de sens,Tiens au fond de moi ce reste de vie,Ce souffle retenu à l’envie,Plus lourd, plus fort que le vide,Avant de t’envoler aux... [Lire la suite]
dimanche 21 juin 2020

INFINIMENT BLEU

La mer        le temps  longuement ondoient  allant  l'amble des figements de la terre métamorphique Les rochers pensent  en fabulant Rodin    J'en perçois lointainement  la scansion  comme l'être aux mondes  les palpitations        les envolées  d'un vaste poème  au Grand Bleu   J'aurai confié   mon âme  aux champs des baleines un jour  l'espace d'un éclair depuis tant  d'années lumières  ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 15 mai 2020

UN RÊVE DE FEMME

  Il rôde un rêve de femmecomme une faim de louvela tendresse féroce à surgiret à fondre dans ce qui s’ouvrela paupière percée du monde.Il rôde un rêve de femme une odeur de bête blancheétourdie dans la neigela vie silencieuse et sauvage et les oiseaux de brume.Il rôde un rêve de femmel’instinct puissant, éruptifcomme un souffle vitalcomme une coulée de laveà durcir le vivant et à le faire tenirle chant écorché-vif.Il rôde un rêve de femme accroché dans les branchesà boire aux nervures creusesle sang et toutes les sèvesà faire... [Lire la suite]
dimanche 26 avril 2020

PAT RYCKEWAERT...Extrait

Il a posé son regard ébloui sur la ligne d'horizon sur les branches et tous les bourgeons d’elle, à se vouloir oiseau, à se sentir des ailes et dans le bleu naissant et les prières d’avril, a fait danser ses doigts sur la matière vivante et l'a mise en mouvement dans le souffle de l’air.     .     PAT RYCKEWAERT     .   Oeuvre J. Caria  
Posté par emmila à 12:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 18 février 2020

UN CHANT AUX PAS D'OISEAU

  Faut-il se dépouiller jusqu'à ce rien, cette racine nue,Ce trait de l'aube où le soleil se lève ?Mais ce sera de nuit,Les eaux du fleuve n'auront pas fini de nous dérouterQuand, soudain, quelques mots, à peine un souffle :Nous nous reconnaîtrons de ce paysDont le nom est hissé au faîte du silence. L'instant d'avant, tout était noir : l'ombre, l'oubli ;Mais déjà se dessinaient de grands signes inconnus dans les paumes de l'attente ;Le poème faisait provision de nocturnes lueurs, de bruissements d'ailes,D'instants fragiles... [Lire la suite]
vendredi 17 janvier 2020

LA SAGESSE DES SORCIERES...Extrait

... Remplir ce qui est vide,vider ce qui est plein,la lumièrecomme corps,la lumièrecomme souffle. Accueillir les fleurs :jonquillesbaptisées dans le beurre,lilas léchant le ciel avec volupté,colliers de glycinese penchant sur des mamans magnolias,les fleurs de cerisier sont des lames de rasoir,les dahlias des neiges sont aussi tranchants que la pisse de chat,les lis dans la vallée sontdes lis de plume,des lis de cuir,des lis d’écaille,des lis de peau,la rose presque Miss Amérique,les orchidées sont de grasses langues de lécheuses,et... [Lire la suite]
mercredi 8 janvier 2020

CORINNE GRANDEMANGE...Extrait

Quand il faudrait suspendre le souffle devant le magique éphémère - quand il serait urgent de sursoir pour rassembler les cœurs figés - quand le feu et la glace marchent ensemble la tête à l’envers - quand les oiseaux chantent en janvier tant l’air est doux - quand les fleurs givrent sur place en une nuit de glace - quand nous savons les yeux ouverts brutalement happés ailleurs - quand juste le parfum de la main bouleverse la caresse de l’étreinte - quand le sensuel s’émerveille aux velours de pétales sur la peau - et quand les peaux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
jeudi 2 janvier 2020

MOTS DE SILENCE

Il existe des mots par toujours sages Qui vertigent sur le rebord du monde Des mots qui ne sont pas encore des mots Mots de douleur et mots de douceur Mots de silence Pour mieux traverser l’incendie de la nuit     Il existe des mots  Qui n’ont jamais été prononcés Des mots qui attendent la bouche Des mots qui attendent le souffle Des mots qui peut-être Ne verront jamais le jour…     Il existe des mots de passage Des mots qui donnent la vie Et les mots qui donnent la mort Sans oublier Les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,