mercredi 15 novembre 2017

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Aligner des mots comme un souffle attise retenu respiré par la bouche un feu entretenu sinon comment le rallumer dans la pluie où rien ne brûle Les yeux brûlent -- allumer des mots de phosphore et d'ébène des mots noirs et rouges tapissent l'espace de l'estomac à la bouche -- une brûlure de mots -- un incendie sous une pelletée de cendres froides.   .     ANNE MARGUERITE MILLELIRI     .    

lundi 23 octobre 2017

IL Y A DES JOURS COMME CA

... On attend le frissonà nos pulsations agrippéou terré plus loinquand la paroleéchappe.On attend le soufflele balbutiementla note perduela voix vagabondant Il y a des jourscomme çaoù rien ne vient.On attend le poèmele chant puren équilibreentre deux mondes.On attend le silencel’écriture du silenceou son illusion.On aimerait être prochede l'immense.La rage au cœuron attend l’espace étroit.Un rythme alterneforce à s’immobiliserà dériverancrage ratéentre les racines et la terregriffures au-dedansharpon de colèrerouge tapageur... [Lire la suite]
mardi 17 octobre 2017

GHERASIM LUCA

"Dans ce langage, qui sert à désigner des objets, le mot n'a qu'un sens, ou deux, et il garde la sonorité prisonnière. Qu'on brise la forme où il s'est englué et de nouvelles relations apparaissent : la sonorité s'exalte, des secrets endormis surgissent, celui qui écoute est introduit dans un monde de vibrations qui suppose une participation physique, simultanée, à l'adhésion mentale. Libérer le souffle et chaque mot devient un signal..."    .   GHERASIM LUCA   .       Photographie Thami... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
dimanche 24 septembre 2017

C'EST LA PLUS JEUNE FEE

Blonde et blanche, de lis ou de lilas coiffée,Elle passe dans l'air, ou sur les romarins et les renoncules.Le sillage argenté de son char minusculeLaisse deux tourbillons d'éclairs...Elle passe, rapide, au gré des vents épars.Et les étangs dressent leurs nénuphars,Et les jardins tendent leurs roses,Et les bois agitent leurs branches.Pour qu'un instant elle s'y pose et s'y balance !Mais elle passe,Car elle est si pressée, elle a tant à penser !Mais elle passe,Et dans le lointain de l'espace,Elle s'efface,Elle est passée !   . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 18 août 2017

SANCTUAIRE ...Extrait

Tu sors, un matin Tu sors, un matin du vieil août, Dans la brume, fraîcheur d'automne : Un soleil jaune sourd rayonne, enseveli, D'un amas de nuées : troupeaux, troupeaux d'orages Qu’un grand souffle harcèle ! Passant d'un horizon Où fument des nuages Au pis marbré d'éclairs, Tout hérissé d’une pensée impatiente, Je descends vers une saison De mélancolie dont s’éloignent Les oiseaux anxieux, Où reviennent déjà les pluies du bout du monde ... L'été majeur emporte au loin ses ailes pourpres ! Et meurent les midis vertigineux d'or... [Lire la suite]
mercredi 9 août 2017

CATHERINE MONCE...Extrait

Sur le fil du temps sèchent des bouts de rêves oubliés ;des non-dits s’étirent, trop longtemps supendus,jamais repris ;des lambeaux de prières s’y accrochent parfois,portés par les vents.   . CATHERINE MONCE .   Photographie Bernard Liégeois      
Posté par emmila à 18:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 1 août 2017

SONATINE POUR PIANO

Viens ici, faisons une poésie qui n’ait senteur de rien et cependant tout dise, et soit ruisseau de sons grêles qui dans les sables se perd et meurt quand son murmure s’amenuise ; faisons une sonatine pour piano à la Maurice Ravel, petite musique incohérente mais sans complications, de toute façon crois bien qu’à gratter le fond point de sens ; faisons quelque chose d’un genre léger.   Viens ici, point même besoin d’aller déranger la Nature avec ses graves paysages et les pyrotechniques astrales ; nous n’irons... [Lire la suite]
samedi 15 juillet 2017

TANT DE CORPS ET TANT D'ÂME

Captifs de l'étrange machine Qui nous mène de vie à trépas En quel lieu de ce corps en fonction De ce sang qui déambule Se fixe l'être Bâti d'élans de songes de regards Qui parle les langues du silence Qui devance mots et pensées? Qui prononce notre mort Qui instaure notre vie Qui présence ou absence Dans la mêlée des vallées et des gouffres Nous prodigue Cette sarabande de rixes et de roses Nous assigne Ce pêle-mêle de discordes et d'harmonies? Qui tissant ensemble tant de corps et tant d'âme Nous imprègne de passé Nous génère... [Lire la suite]
samedi 8 juillet 2017

AGNES SCHNELL...Extrait

Elle rêvait souvent, alors...Elle multipliait les rêves comme si la vie, menacée dans son terme, avait besoin d’être doublée, prolongée par l’illusion du songe.Son inconscient créait des lieux infinis. Elle passait de l’un à l’autre avec aisance, traversait le temps, les âges, les contrées sans s’étonner. Elle nouait le presque réel à l’absurde sans se réveiller. Il lui arrivait d’en rire dans son sommeil, d’en sourire encore se réveillant......Ses rêves germaient le jour et s’épanouissaient la nuit. Mais, de temps à autre, ils... [Lire la suite]
vendredi 7 juillet 2017

JEAN LAVOUE...Extrait

Ce sel de nos vies Si lent à se former À éclairer nos pas À révéler nos nuits Cette lampe des jours Si fermement tenue Ce brasier à l'intime Cet Amour en surplus Ce sable que rien n'étreint Ni le tic-tac des heures Nul rivage nulle enfance Pas un battement d'ailes Ce mystère en secret Dont le rien nous enfante Ce fil jamais rompu Ce souffle si ténu La bonté sans calcul Ce fruit inattendu Cette joie d'héritage Cette chance en éclats Ce matin sans limites Où le ciel est donné Du soleil aux racines Où deux ne font plus qu'un Ce... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,