samedi 21 juillet 2018

L'ACCENT

A ma Joss   De l'accent! De l'accent! Mais après tout en-ai-je ?Pourquoi cette faveur? Pourquoi ce privilège ?Et si je vous disais à mon tour, gens du Nord,Que c'est vous qui pour nous semblez l'avoir très fortQue nous disons de vous, du Rhône à la Gironde,"Ces gens là n'ont pas le parler de tout le monde !"Et que, tout dépendant de la façon de voir,Ne pas avoir l'accent, pour nous, c'est en avoir...Eh bien non ! je blasphème ! Et je suis las de feindre !Ceux qui n'ont pas d'accent, je ne puis que les plaindre !Emporter de chez... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:21 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

dimanche 3 juin 2018

SI HAUT LE SUD, CHANT A L'ARGENTINE

  Si haut le Sud !Aiguille, œil de pampa, pierre sans cils,silence au fil tranchant, clarté, diamant,solitude, stature qui se cambre de la terre aux étoiles,à cette équerre en croix de la constellationoù les épaules envieuses des Andes mesurent leur désir.Dédaignez ce que vous voyez, la barbe de l'aïeul éteint*,et regardez comme il se dresse, les pieds en pleurs dans cette neigequi fond, comme la force qui pétrit et qui libère des cascades,et tout son corps, et tout son corps bombant son grand thorax,son immense thorax... [Lire la suite]
mercredi 24 janvier 2018

UMBERTO ECCO...Extrait

« Le soleil n’était pas si fort qu’il pût blesser les yeux de Roberto, mais assez déjà pour faire ressortir les couleurs du feuillage et éclore les premières fleurs. Ses yeux se posaient sur deux feuilles qui, au premier abord, lui étaient apparues comme la queue d’un homard d’où bourgeonnaient des fleurs blanches, puis sur une autre feuille vert tendre où naissait une sorte de demi-fleur d’une touffe de jujube ivoire. Une bouffée nauséabonde tirait son regard vers une oreille jaune où l’on eût dit qu’on avait enfilé une panicule; à... [Lire la suite]
mardi 23 janvier 2018

EUGENIO DE ANDRADE...Extrait

" Ce sont des oiseauxde passage, je ne sais pas leur nom.Ils ont comme moi peu de réalité.Ils suivent la direction du vent,vers le sud, appeléspar une chaux qui brûle sur la mer. "   .   EUGENIO DE ANDRADE   . Oeuvre Christian Arjonilla
samedi 14 octobre 2017

LES VOISINAGES DE VAN GOGH...Extrait

Ce pays au ventre de cigale nous était pleinement communiqué par une main et un poignet. De quelle fournaise et de quel paradis Vincent Van Gogh surgissait-il ? Et de quelle souffrance maîtresse tenait-il ces cailloux, ces iris et ces marais, ces étroits chemins, ces mas, ces blés, ces vignes et ce fleuve ? Sublimes dessins !   .     RENE CHAR     . Oeuvre Vincent Van Gogh
Posté par emmila à 12:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 11 juin 2017

POESIES 1943-1970...Extrait

Déjà brûlant, le soleil neuf chauffe les crépis, la poussière – et gaine les plantes d’ardent et tranquille éblouissement. Elles s’éveillent dans la lumière qui supprimant le vert leur donne une autre forme dans la violente clarté, dans le tiède silence qui précède la vieille touffeur – et cette lumière qui les vêt semble être leur existence même, une vie identique à la vie humaine, mais combien plus heureuse dans sa fraîche extase de soleil. J’attends que parlent les plantes – prises par le profond sourire qui s’exhale de la terre... [Lire la suite]

lundi 27 mars 2017

SERGE WELLENS...Extrait

Le vent courant jouait de l’orgue dans les figuiers de Barbarie La mer trinquait à notre table puis s’en allait à reculons en nous faisant des révérences La lune venait boire à ta bouche comme à la fraîcheur d’un puits Notre amitié portait le nom intraduisible des fontaines.   .   SERGE WELLENS    .                
Posté par emmila à 08:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 15 décembre 2016

BRUNO ODILE

Nos souffles sont restés dans l’abandon. Des brises lames s’enfoncent dans la cornée des heures mortes. Je suis estomaqué de voir combien le temps se limite parfois à la seule pensée qui m’occupe. Ta silhouette tabanège (1) à l’intérieur de mes rêves, tu es l’Arlésienne dans la fugue, tu es le sanquet (2) recueilli pour la marinade confectionnée par l’émotion. Tu fais la cabucelle (3) et le parfum du thym placarde les parois de ma mémoire. Qui du senti ou de la pensée précède l’autre ? Il n’y a pas de mesure pour exprimer ce... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mardi 24 mai 2016

L'ARIDE DES JOURS...Extrait

Midi, enfin.Un poing s'élève.Tous les feux du soleil se rassemblent en lui.Brutal instant qui déchire les ronces.Geste qui retrouve la mémoire.Le soleil blanchit aux confins du regard. Dressé au dessus des oliviers, il absorbe le ciel. L'olivier retient son délire. Le ciel n'ose plus frémir.Le pin éclate de sève, et au risque de périr, enlace l'heure. L'air alors devient plus lourd que le mystère. La poussière vaincue retombe sur le sol qui la fait naître...Là.Fixement, je parcours le paysage au plein de son jour.Des relents de... [Lire la suite]
samedi 13 décembre 2014

POUR FAIRE NEDJMA

Il faut une palmeun peu d'eauil faut du sable fintrès douxil faut du soleildes dattesdu thé il faut un port de reine un rire clairil faut aussi une petite larmede temps en temps seulementbien sûril faut surtout ses mainsses doigts agileset frêlesil faut une petite pointed'humourbeaucoup de tendressene pas oublier quelques fleursles plus petitesmais les plus belles   GERALD BLONCOURT       Oeuvre Boleslaw Szankowski    
Posté par emmila à 21:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,