mardi 16 mai 2017

BRUN

Brun est fasciste mais brunes sont les femmes du sud, ocre est convivialité et marron a la douceur vernie des fruits du marronnier qui déformaient mes poches dans mon enfance. L’histoire a chevillé dans nos mémoires une idée de morosité à la couleur de la terre, peut-être parce qu’on y ensevelit nos morts. Les obsèques ont pour armoiries le gris et le noir, teintés de la terre en hiver – c’est toujours une forme d’hiver que mettre en terre le corps de ceux qui furent. La nudité, le froid, les arbres dénués de leur parure après... [Lire la suite]

vendredi 19 juin 2015

POEMES...Extrait

Quand il eut terminé le portrait de l'ami, le peintre se leva et contempla longtemps le mystère vivant de sa propre magie, qu'animaient le nombre, l'espace et le temps   Mais devant les couleurs où palpitait la vie, l'artiste fasciné par les yeux miroitants, recula jusqu'au mur où s'estompait la nuit, et traversa la pierre, sans savoir comment . . . LOUIS CATTIAUX . . .
Posté par emmila à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 30 juin 2012

TOI, L'OBSIDIENNE

A Caroline Ortoli   . J’aime ton éclat vitreux, hyalin, la noire, la silicieuse, issue d’une lave acide, la rhyolite. — Ô toi, sœur de la basaltique ! Merci à toi aussi le Romain Obsius, de l’avoir trouvée ! Noire ainsi que l’Éthiopienne et son café. Grâce à tes éclats,  à ta cassure conchoïdale, à ta dureté tranchante, tu es devenue une arme, la flèche de l’homme préhistorique, avec ses racloirs et couteaux effilés, ses fers de lance. — Toi, pierre de feu !   Extraordinaire est ta singulière beauté,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 18 août 2009

LE CHERCHEUR D'ABSOLU...Extrait

Au désert, l’heure du thé est un moment de repos, mais aussi une cérémonie. Il faut trouver du bois, rarissime. Préparer le feu. Le premier thé est amer comme la vie. Pour ma part, je n’ai pas trouvé la vie amère, car j’ai été doté de grands privilèges. La vie a aiguisé ma curiosité, mon goût de la recherche. Mon étonnement est insatiable. Le deuxième thé est fort comme l’amour, le troisième suave comme la mort . THEODORE  MONOD .
Posté par emmila à 19:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,