samedi 9 novembre 2019

PARABOLE DE LA MER

... Je vous écris de la mer qui semble une peau écorchéeJe vous écris d’un squelette de noyéJe vous écris d’un tonneau de salaisonJe vous écris d’un grand voyage au fond des calesJe vous écris d’un exode pourchassé de requinsJe vous écris du galop de l’étalon et de la requête du pur-sangJe vous écris du lustre des luciolesJe vous écris des hautes dunes de la merJe vous écris de l’exclamation de l’homme, de la tempête aux doigts de fouet, de l’embryon qui se dilate, du placenta qui engraisse l’arbreJe vous écris l’offense et la bonne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 21 juin 2016

DE KATEB YACINE A REZKI RABIA

L’hymne séducteur du clair de lune évacue les prières sans lumières des passions qui croquent du pain nu entre les actes d’une comédie du bonheur. Quand tout solitaire à la main veuve et vierge est en majesté sous le froc, toute amante désire être aux anges alors que le diable, grelottant d’envie sous les huiles, hue l’humour de se surprendre nu aussi. Quoi qu’en dise, le diable également s’implique de ses farces dans le jeu des proses et le vouloir d’aimer sous les aubes en fuites. Disons, qu’il sait faire causer l’airain sous les... [Lire la suite]
lundi 2 mai 2016

DES ANNEES-LUMIERE....

L'amour nous va trop bien désormaispour que nous allions bien sans luiNous aurons encore pour nousje le sais je le sensdes heures de plein soleilet des journées-lumièreEt nous prendrons encorele grand large des tempêteset à nouveautu briseras mes amarresJe veilleraiJ'attendraiJ'espéreraiet le jour où refaire le mondesera enfin possibleje serai là sans pour autantavoir peuplé l'attented'autres amours et d'autres désirsEt tu me retrouverasfatiguée sans douted'avoir eu mal à creusertant de patienceL'amour nous va trop bien désormaispour... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 26 août 2015

POEME A ALAIN GERBAULT

Tu n'es pas fait de la même glaise que nousC'est un autre torrent qui brise tes genouxDe quel monde inconnu tiens-tu ces belles hanchesCes colombes de sel qui nichent dans tes branchesTon pas n'a pas franchi le seuil de nos prisonsTu ignores le gel et le nom des saisonsEt tes bras sont peuplés de voyageurs étrangesO toi dont la peau sent le soleil et l'orangeQui trace ton sillon dans le sable des mersConnaîtras-tu jamais nos sourires amersNos épaules fanées, ces poitrines fragilesEt les relents d'acier qui ternissent nos îlesTu... [Lire la suite]
samedi 9 novembre 2013

PRIMUM VIVERE

Jamais je ne marcherai à pas étouffés ni en file indienne. J’irai vers l’indomptable, ma faim carnassière pour le déchiré du vivant. Je ne calmerai ni mes fièvres ni mes tempêtes. J’attendrai - telle l’écorce - le temps ralenti, le mouvement du chant. Je resterai sans doute bouche close dans le tangage du monde. Je serai aveugle à la vase comme à la braise tout à l’écoute du silence...   .   AGNES SCHNELL   .          
Posté par emmila à 16:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 13 juillet 2013

ELEGIES BALTIQUES...Extrait

Qui pourra étaler la tempête, survivre à ses violences ? Les plus vieux chênes jusqu’au cœur ont volé en éclats ; les genévriers flexibles se courbent en arceaux où passe le vent. Toute la balle s’est envolée de ces régions, le temps est venu pour le grain durci d’être semé entre les rochers et les dunes, mais le blé ne germe pas dans ce sable entassé. La forêt a donné abri à tes frères. Tes sœurs se sont cachées dans le sein de la mer. Toi-même tu tangues sur cette île-refuge et plein d’angoisse observes l’autre rive : d’énormes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 12 septembre 2012

CHANT I

Personne n’échappera à mon amour, au lys à la blancheur qui brûle, à la parole qui incendie ce qu’elle nomme. La tempête sortie d’une rose dont le silence creuse le précipice, creuse en toi jusqu’à la mer la mort, brise le château de lampes pour que la lumière se déverse à tes pieds.   Un aigle ouvre les ailes dans ta poitrine et une douleur bleue dans la mienne. Le coeur emporté par des vents contraires, la poitrine profonde et fermée comme un coup de tonnerre, l’oeil qui me manque me regardant du typhon qui approche, ... [Lire la suite]
lundi 27 février 2012

FEVRIER

Les flots libérés chevelures aux vents accouraient Quelle autre chevauchée eût portée la mer en liesseEt la houle lointaine soudaine et ampleEût essaimé vers les îles la floraison des ciels Les récifs comme les hauts-fonds brisaientEt une marée d’écume chamarrée d'émeraude tavelaitSous une pluie inépuisable d’embrunsLes vastes prairies marines de chatoyantes ocellesLes nuages cotonneux filaient sous un ciel caprinEmportant vers les horizons levantins Les froidures lanugineuses et les rigueurs du PonantDilacérant profondément les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 1 mars 2008

HURLANTES TEMPÊTES

Hurlante tempête dans les membrures d'un esprittrop vite enfui en des latitudes si bassesque tous les caps sont perdus          Espérance          Aventurerévolus dans les voltes de vent   Rugissantes, mugissantesles tourmentent étendent le gris de leur brasÉtau de ragevenu circonscrire le plus sombre du coeuret le folclandestin en radeau de peaudevient tambour dans les tombeaux des profondeurssur lequel résonnent les pleursdes naufragés du songe . LEÏLA ... [Lire la suite]