mercredi 9 janvier 2019

LES PLANCHES COURBES...Extrait

  Et la vie a passé, mais te gardavive mon illusion, de ces mains savantesQui trient parmi les souvenirs, qui en recousent Presque invisiblement les déchirures. Sauf: que faire de ce lambeau d'étoffe rouge ?On le trouve dans sa mémoire quand on déplaceLes années, les images; et, brusques, des larmesMontent, et l'on se tait dans ses mots d'autrefois. Parler, presque chanter, avoir rêvéDe plus même que la musique, puis se taireComme l'enfant qu'envahit le chagrinEt qui se mord la lèvre, et se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mercredi 2 janvier 2019

PIERRE LEBRETON ...Extrait

Tout ce qui se dépose en nous, années après années sans que l'on s'en aperçoive : des visages qu'on pensait oubliés, des sensations, des idées que l'on était sûr d'avoir fixées durablement, puis qui disparaissent, reviennent, disparaissent à nouveau, signe qu'au-delà de la conscience, vit quelque chose en nous qui nous échappe mais nous transforme, tout ce qui bouge là, avance obscurément, année après année, souterrainement, jusqu'à remonter un jour et nous saisir d'effroi presque, parce qu'il devient évident que le temps a passé et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
mercredi 2 janvier 2019

QUE LA VIE SOIT...

Que la vie Soit Ce Tout Et ce Rien Ce souffle Des secondes Où Elle n'est Déjà plus... Dans le premier rayon De lumière A la goutte De rosée Tout se pose Dans cet esprit Du Vivant A naître Et devenir poussière... Dans ce geste Du bleu sur le ciel Et la trace De ton pas Que la pluie efface Le temps Est ce silence Qui murmure, Là Dans le battement De ton coeur Entre hier et demain Il va Et s'abandonne A cette rivière De la vie Qui coule en toi...       PIERRE LEBRETON 2018       ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
lundi 31 décembre 2018

SOLITUDE

Homme égaré dans les siècles,Ne trouveras-tu jamais un contemporain?Et celui-là qui s'avance derrière de hauts cactusIl n'a pas l'âge de ton sang qui dévale de ses montagnes,Il ne connaît pas les rivières où se trempe ton regardEt comment savoir le chiffre de sa tête recéleuse?Ah! tu aurais tant aimé les hommes de ton époqueEt tenir dans tes bras un enfant rieur de ce temps-là!Mais sur ce versant de l'EspaceTous les visages t'échappent comme l'eau et le sableTu ignores ce que connaissent même les insectes, les gouttes d'eau,Ils... [Lire la suite]
samedi 29 décembre 2018

ANNA MARIA CARULINA CELLI...Extrait

Des cartons entassés A l'entrée de la demeure de naguèreLogis des gens d'autrefois Que nous étions Que nous avons abandonné Chacun de son côtéDe lasse guerre Une maison de brins de paille Un taudis de miteux fragments d'air Où tu passais en coup de ventLa paillasse de tes nuits L'adresse de mes levants Il n'en reste rien aujourd'hui Qu'un trou de mémoire Une pagaille de mots Tombés sur le champ de bataille Un seuil sur le vide Une fenêtre suspendue à un souffleSous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 28 décembre 2018

BERNARD PERROY...Extrait

Dis-moi...combien de fois l'on part vraiment dans une vieà la rencontre de l'inconnu, quand le temps passe sous le soleil sans crier gare,aussi invisible que le fleuve de nos désirs, quand la lumière nous réchauffecomme le sourire d'un enfant,et s'en va en s'inclinantpour pénétrer l'épaisseur de nos pas, comme si nous nous laissionstraverser par l'infini....         BERNARD PERROY       Oeuvre Zhang Weimin B.   
Posté par emmila à 12:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

mercredi 26 décembre 2018

AMIS, SOYEZ TOUJOURS....

Amis soyez toujours ces veilleuses qui tremblent Cette fièvre dans l'air comme une onde passant Laissez fumer longtemps la cendre des paroles Ne verrouillez jamais la vie à double tour Je suis là cœur battant dans certains soirs d'été A vous imaginer à vous réinventer Amis soyez toujours ces voix sur l'autre rive Qui prolongent dans moi la fête et la ferveur Des fois vous le savez il fait encore si froid Le voyage est si long jusqu'aux terres promises Je suis là cœur battant dans tous les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 16 décembre 2018

LE TEMPS NOUS RÊVE...

Le temps nous rêve, il nous construit. Quelle maison trouverons-nous demaindans nos rêves quand la vieaura vraiment commencéde pierres de lunede mots de sablepour lever une voûteprendre langue avec les fleurset s’ouvrir au visagecomme au ciel de demain. Les moulins de nos mainsne tourneront plusdans le sens des aiguillespour moudre la farine du tempssous le pli de la pierrele corps est patient d’amouril fonde dans un nid d’énigmesle mystère de l’êtrequi est sa maison.       MICHEL ECKHARD ELIAL    ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
vendredi 14 décembre 2018

A L'ECOUTE DU MATIN

Une Pierre, Une Rivière, Un Arbre,Hôtes d'espèces qui nous ont depuis longtemps quittés,Signalent le mastodonte,Le dinosaure, qui ont laissé ces souvenirs desséchésDe leur passage iciSur le sol de notre planète,Tous les signes bruyants annonçant leur chute qui se hâtaitAujourd'hui perdus dans l'obscurité de la poussière et des âges.Mais aujourd'hui, la Pierre crie vers nous, clairement, avec force,Venez, vous pouvez vous tenir sur monDos et envisager votre destinée distante,Mais ne cherchez nul abri en mon ombre.Je ne vous donnerai... [Lire la suite]
jeudi 6 décembre 2018

NUIT CHORALE, LE SOLEIL SOUS LES PAUPIERES...Extrait

A la mémoire de Ghyslaine Leloup, décédée le 5 décembre 2018    .   A la rose de Desnos .Et la plage se fait et se défaitCoquilles, étoiles, varechsÉcriture et réécriture illimitéeDe la matrice du mondeEt un autre paysage affleureBoues, ferraille, bétonDébris gris brun rouilleDe l’histoire des hommesTemps fixe lumière globaleEt ce silence que la marée ponctueEt ce ciel que tracent les oiseauxTa verticale contrant le ventL’écran de tes penséesTu es aveugle quand tout se révèle sur le sableNe pas poser de... [Lire la suite]