lundi 26 décembre 2022

VOYAGE TENDRE AU COEUR DES ANS

  Cœur chevillé sur les flots à demi-mot   le désir . le ciel est aux nuages l’avenir aux oiseaux . invisible horizon   folie et cécité simplicité des formes peintes au bord de l’eau  . l’œil dore l’arrière-saison caresse d’ambre   soleil rond les mots embrasent le jour blond . voyage tendre au cœur des ans la corne abonde des bruits du temps . sur le chemin l’herbe est poussière son souffle glisse entre les pierres comme la peine au goût de sel. . surprise... [Lire la suite]

jeudi 15 décembre 2022

LE DIX-HUITIEME SIECLE...Extrait

  L’urne du temps déborde en gouttes qu’on nomme les heures, Gouttes formant des ruisseaux puis de grands fleuves grondants Qui se déversent régulièrement dans la mer aux tempêtes, L’éternité ; cette mer n’a ni limites ni bords, Nul n’y put voir une île, l’abîme s’y fond en lui-même, Siècle après siècle y sombra toute apparence de vie. Or, célèbre à jamais par les flots de sang qui le portent, Notre siècle tonnant vient y sombrer à son tour ; Il a fini par briser le navire porteur d’espérance, Proche du port,... [Lire la suite]
samedi 22 octobre 2022

ALEXANDRE JOLIEN ...Extrait

La vie est bien trop courte pour perdre son temps à se faire une place là où l’on en a pas, pour démontrer qu’on a ses chances quand on porte tout en soi, pour s’encombrer de doutes quand la confiance est là, pour prouver un amour à qui n’ouvre pas les bras, pour performer aux jeux de pouvoir quand on n’a pas le gout à ça. La vie est bien trop courte pour la perdre à paraître, s’effacer, se plier, dépasser, trop forcer. Quand il nous suffit d’être, et de lâcher tout combat que l’on ne mène bien souvent qu’avec soi, pour enfin faire la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 21 octobre 2022

LA MAISON DU POETE

Dans la maison bâtie sur des pierres d'eau vivej'ai mis la table pour les mots.J'ai mis des fleurs sur la pageet des sourires sous les draps.Mon loup t'attend avec ses yeuxentre le vert et les blés d'or.Mon chat rebelle et ronronnantviendra sûrement griffer ta peaucomme un enfant cherchant sa mère. Viendras-tu un jourme montrer les oiseaux qui je ne connais paset recoudre un soleil à mes haillons de cendre?Viendras-tu faire rire les rides du silenceet ranimer les dessins morts sur le givre des vitres? J'ai fait reluire l'arc-en-ciel... [Lire la suite]
samedi 15 octobre 2022

CONFIDENCES A CAMUS

Je me confie à toi, Camus, à Lourmarin, dans ce minuscule village de Méditerranée suspendu entre les champs de lavande et le cri incessant des grillons ; ici où le sel de mer et le miel du raisin et des cerises continuent, malgré le cœur froid des hommes, de répandre leur ivresse sur ta tombe et sur cette terre qu’auraient aimée Nietzsche, Dionysos et Ulysse. . En apparence, nous ne sommes pas faits de la même laine, mais quand je consulte les pages de ton histoire, j’y trouve d’amples ressemblances entre nos blessures et... [Lire la suite]
mercredi 24 août 2022

ANNA MARIA CARULINA CELLI, POEMES ...Extrait

Pourquoi te serrer contre moi, toute vêtue de ronces ? Ton armure d'épines, ce déguisement d'enfant Trop étroit pour l'âge mûr Découvre par endroit l'étendue d'une plaie qui suppure Te fait montrer des dents usées L'on ne sait plus s'il s'agit d'un sourire Ou d'une armée défaite ignorant la fin de la guerre Et pointe sur l'autre le bout de son fusil émoussé Agitant des injures, des menaces, des grimaces de singe Tu es le clown triste qui brise les miroirs Et hurle à tout va plutôt que se voir Si pour toi je suis triste À... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 13 août 2022

ANNE DUFOURMANTELLE...Extrait

La sublimation a vécu. La pulsion a trouvé un regain de toute-puissance dans un monde qui ne supporte aucune limite pour la satisfaire. Immédiateté, vitesse, fluidité appellent une société sans frustration ni délai. Que ce soit dans l’espace public (les actualités, les faits divers, la pornographie normative, les attitudes «décomplexées») ou sur le divan (patient déprimé, désaxé), la société post-industrielle et post-traumatique de l’après-guerre admet mal qu’on «sublime». Il faut au sujet narcissique un champ opératoire... [Lire la suite]
mercredi 3 août 2022

ANNA MARIA CARULINA CELLI, POEMES ...Extrait

Faire survivre à chaque instant Recommencer le temps Une maille endroit, une maille envers Le tricot que l'on trame avec la chaîne de la peau Incessamment nous dévêt Tels les premiers hommes qui n'avaient pas Rêvé à la pomme d'or Nous errons d'un espace à l'autre D'une heure à l'autre Dans l'ignorance de notre nudité Nous sommes nus Nous sommes vus Le méconnaître fait notre arrogance A quel moment l'oignon fait-il oeuvre de dépouillement ? Chaque couche, chaque strate, chaque masque Est le reflet d'un vêtement... [Lire la suite]
mardi 2 août 2022

OCEANIQUE

Qu'emportent les hirondelles  les martinets au vol  désuni de l'essaim   bravant  la grande traversée des mers caniculaires    les touffeurs  et les plumes de chaleur d'une  saison en enfer  ?   La brise fraîche      le doux zéphyr    qui halètent   et ne sont plus  L'azur  sans nuage  L'aube  exsangue  Les fumets d'un été qui s'embrase Le vacarme  et   le tumulte incessants  ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 27 juillet 2022

JE SONGE A CETTE AUTRE ETERNITE

Je regarde la mer, comme un appel, un cri hors du temps, hallucinant, embrasant la totalité de l’horizon Elle est agitée ce soir, écumeuse, bleu noir, gris mauve, jusqu’à cascade d’émeraude, déchirée par la passion qui s'écrase désespérée sur le sable noyé d'écume. Impossible de le pénétrer, même la ville devient incertaine, à peine visible, quelques lueurs de voiliers attachés au port. Une île, je crois, en plein cœur des Cyclades, où même les dieux semblent avoir été oubliés. Je songe à cette autre éternité, à l’écriture sur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,