mardi 19 novembre 2019

UNE TRES LEGERE OSCILLATION, JOURNAL 2014-2017...Extrait

"Les arbres nous enseignent une forme de pudeur et de savoir-vivre. Ils poussent vers la lumière en prenant soin de s'éviter, de ne pas se toucher, et leurs frondaisons se découpent dans le ciel sans jamais pénétrer dans la frondaison voisine. Les arbres, en somme, sont très bien élevés, ils tiennent leurs distances. Ils sont généreux aussi. La forêt est un organisme total, composé de milliers d'individus. Chacun est appelé à naître, à vivre, à mourir, à se décomposer - à assurer aux générations suivantes un terreau de croissance... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

jeudi 14 novembre 2019

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Il était une fois...cet enfant millénaire au berceau de nuit[ blancheet de jour sans le cielil était une foisce regard de soleil foudroyé Un oeil sans paupièrespleuretoute la misère du mondedepuis que le monde est monde Il était une fois...cette femme éternel visage raviné de larmes[ sèches Il était une fois...la nuit du mondeà pas tremblés traînant guenillessous l'envers de la viefatigue et froidfatigue et faimrasant les murs En grands cheveux de pluied'yeux absentésles serres étiques étreignent au ventre un cri[ oublié Et... [Lire la suite]
samedi 9 novembre 2019

PARABOLE DE LA MER

... Je vous écris de la mer qui semble une peau écorchéeJe vous écris d’un squelette de noyéJe vous écris d’un tonneau de salaisonJe vous écris d’un grand voyage au fond des calesJe vous écris d’un exode pourchassé de requinsJe vous écris du galop de l’étalon et de la requête du pur-sangJe vous écris du lustre des luciolesJe vous écris des hautes dunes de la merJe vous écris de l’exclamation de l’homme, de la tempête aux doigts de fouet, de l’embryon qui se dilate, du placenta qui engraisse l’arbreJe vous écris l’offense et la bonne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 9 novembre 2019

ENTRE HIER ET TOUJOURS

Tu seras venue entre hier et toujours. Une trace de tes lèvres au bord de ma tasse gardera le parfum de tes premiers baisers. J'ai entendu demain un souffle de ton voile qui transperçait ma peau dans un dernier frisson.Jamais le présent ne s'assoit à ma table, il s'égare et se meurt dans ma déraison. Il noircit mes feuilles, il charybde mes syllabes en écueil de mots.Tu étais venue un jour de futur. Dans la chambre noire, j'ai perdu la tête au milieu d'un naufrage. Plus rien ne concorde, encore moins le noir qui a besoin d'un jour... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 4 novembre 2019

CE QUE LA VIE M'A APPRIS..Extrait

... Je devrais plutôt tenter de dire ce que les rencontres, les séparations, les découvertes, les éblouissements comme les désespérances m'ont appris dans le sens de me découvrir, de me construire, d'influencer le déroulement de mon existence.J'ai ainsi appris que la vie n'est faite que de rencontres et de séparations et qu'il nous appartient de les vivre en acceptant de nous responsabiliser face à chacune.J'ai appris encore qu'il y a toujours une part d'imprévisible dans le déroulement des jours et donc qu'il m'appartenait de savoir... [Lire la suite]
samedi 2 novembre 2019

ALEXO XENIDIS ...Extrait

Le ciel s’offre un défilé de tout petits soldats pressésDes nuages dodus en sarouels gris soutachés de rose poudreVous osezMe demander où est ma jeunesseJe vous réponds qu’elle est partie chercherDes cigarettes et n’est jamais revenueJe n’ai pas son adresse, mes mains regardezSont si lourdes et nouéesEt mon visage si je souris, vous donneLe dessin de soleils enfantinsAlors vous hochez la tête avec commisérationVous ne voyez pas que je me moqueQue ma jeunesse est cachée sous la capeOù je risComme une évadée dans sa planqueElle se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 18 octobre 2019

CITADELLE...Extrait

...       Tu n’as rien deviné de la joie si tu crois que l’arbre lui-même vit pour l’arbre qu’il est, enfermé dans sa gaine. Il est source de graines ailées et se transforme et s’embellit de génération en génération. Il marche, non à ta façon, mais comme un incendie au gré des vents....Qu' il n’est que voie et passage. La terre à travers lui se marie au miel du soleil, pousse des bourgeons, ouvre des fleurs, compose des graines, et la graine emporte la vie, comme un feu préparé mais invisible encore."   . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 7 octobre 2019

ENTRE DEUX

  Où serons-nous quand ces fleurs deviendront des fruitsdans l’étroit entre deux, où la fleur n’est plus une fleuret le fruit n’est pas encore un fruit.Quel merveilleux entre deuxnous formions l’un pour l’autre, entre nos corps,entre nos yeux, entre l’éveil et le sommeil.Entre chien et loup, ni jour ni nuit. Ta robe de printemps a pris si viteles couleurs de l’été, elle flotte déjàà la brise de l’automne.Ma voix n’est plus ma voixMais déjà, presque prophétie. Quel merveilleux entre deux nous étions, comme la terreentre les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 5 octobre 2019

L'ENFANCE AUX BRUMES...Extrait

Ainsi, le verbe être au présent capricieux … Le verbe aller qui se camoufle si bien que la petite ne le reconnaît pas toujours… Et les verbes faire et venir et d’autres encore. Et puis il y a les temps. Le temps présent, ça va encore. Mais le passé et le futur sont parfois si étranges… Le temps, c’est l’ennemi des enfants ! Les parents n’ont jamais le temps ou ils veulent du temps rien que pour eux. Et pour les petits, il est toujours temps d’aller au lit, ou de sortir du bain, ou d’obéir, ou d’étudier. Le temps s’échappe quand on... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 25 septembre 2019

YEHUDA AMICHAI

Ne deviens pasune épine.Prends exemplesur les pleurs, le grain de blé,ou l’obliquede tes yeux, toi. Nous ne sommes pas immuniséscontre le défaut des choses. Toujours partir.Monde de séparations,le coeur, les vêtementsapprovisionnent les valises. Quand nous élargissonsjardins et visages,nous détruisonsla règle des temps, futur et passémort et usure du temps,seul le sourire du sommeilcompte.     .     YEHUDA AMICHAI     .       Oeuvre Thor Lindeneg
Posté par emmila à 15:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,