mercredi 22 avril 2020

LA CONFIRMATION

  A peine le murmure, l’ombre ancienne des mots l’année d’avant où tu disais qu’il te faudrait deux vies la vie d’avant d’une fois aveugle ? la foi aveugle, mienne de mon pays perdu de la rive exilée éparpillée dans la tourmente de vivre. et je chantais les mots d’un autre temps des haies pleines d’oiseaux que le printemps obsède printemps, temps de passage endeuillé par l’hiver qu’enchante le soleil.   alors vint d’une fable la trace ancienne et animale le passage du doute où nous vivions de l’ignorance où... [Lire la suite]

dimanche 19 avril 2020

LE RÉCIT DU RESTE DE NOTRE VIE

  Rien ne sera pareilQuand tout sera redevenu comme avantNous porterons sur les arbres les nuagesLes vieux murs de nos chagrinsLes chevaux les prairiesUn regard de nouveau-néÉtonné de voir le monde venir à luiDans la splendeur des premiers jours Chaque instant sera printempsNoce et chants d'oiseauxNous remonterons sans hâte les courantsVers les eaux de nos enfancesConfiants avec le ventAccordés à nous-mêmesCapables du plus simpleSaisis d'une marche silencieuseAux sources du vivant Nous nous tiendrons deboutDans l'insolente... [Lire la suite]
vendredi 10 avril 2020

LE PASSE, C'EST UN SECOND COEUR QUI BAT EN NOUS....

Le passé, c’est un second coeur qui bat en nous…on l’entend, dans nos chairs, rythmer à petits coups,sa cadence, pareille à l’autre coeur, -plus loin,l’espace est imprécis où ce coeur a sa place,mais on l’entend, comme un grand écho, néanmoins,alimenter le fond de l’être et sa surface.Il bat. Quand le silence en nous se fait plus fortcette pulsation mystérieuse est làqui continue… Et quand on rêve il bat encor,et quand on souffre il bat, et quand on aime il bat…Toujours ! C’est un prolongement de notre vie…Mais si vous recherchez,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 5 avril 2020

A TE...

À TOI qui meurs en EHPAD .!!!. Seule..Seul.À TOI, à qui, "ILS" ont volé le dernier pan de vie.Vargogna à elli...les rapaces.Les chiens.! .(Fisichella et Lily excusez moi, vous les valez cent fois). Toi ma sœur..Toi mon frère.. Toi son Père.. Toi sa Mère..Toi sa Grand Mère..Toi son Grand Père.. Toi mon cousin, ma cousine, Toi mon voisin, ma voisine..Toi mon inconnu..Toi ma si belle et si tendre inconnue ...je VOUS aime.-Je vous aime VOUS si belles et si beaux aux cheveux blancs si blancs.-Je vous aime VOUS , qui pour certains encore,... [Lire la suite]
mercredi 1 avril 2020

MYRIAM OH...Extrait

On a cru au printemps, et puis la neige nous a surprisOn a cru que jamais nous ne serions privésde ces choix ordinaires :de rester ou de partir, de s'en laver les mains ou de les tendre,de se fuir ou bien de se sauter dans les brasOn a cru que le changement qu'on réclamait,ce serait une affaire de choix et puis c'est lui qui nous a surprisAlors pour garder un semblant de libre arbitrenous renforçons les barreaux de notre prisonjunkies en manque d'une liberté préfabriquéeDehors la température a chutéDedans on lorgne sur le thermomètre... [Lire la suite]
mercredi 1 avril 2020

CLAUDE ROY....Extrait

Les racines du vent se glissent dans un cœur se nourrissent d'un sang encore embué de nuit et ramènent au jour ombragé de douleur un enfant ébloui Soleil dans ses yeux purs jette ton sable d'or et tes pigeons de neige au front du bel enfant éclabousse de feu le trébuchant essor de l'ange adolescent Le soleil et le vent ont des philtres trompeurs pour écarter de nous les menaces du temps La mer chante à ses pieds quand Narcisse se meurt et plonge à contre-temps La mer chante à ses pieds et tresse son écume sa broderie jaunie de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 30 mars 2020

THE GARDENER...Extrait

Un poème de Tagore pour les coeurs troublés    .   Paix ! mon cœur, laisse le temps des adieux être doux.Qu’il ne soit pas mort, mais accomplissement.Que l’amour se transmue en souvenir et la douleur en chants.Que le vol de l’oiseau par le ciel s’achève en le repli des ailes au-dessus du nid.Que l’ultime caresse de ta main soit délicate comme la fleur de la nuit.Reste tranquille, Ô ma Belle Fin, quelques instants, dis tes derniers mots en silence.Devant toi je m’incline et j’élève ma lampe pour illuminer ton chemin ... [Lire la suite]
jeudi 26 mars 2020

BENOIT CONORT...Extrait

Le coeur ressemble aux jardins que j'aime, tout encombré de broussailles, d'orties, fleurs sauvages, roseaux droits dressés. Parfois, derrière quelque pierre brute, une terre cultivée comme un jardin secret, fragile, assailli de verdure. Puis cela disparaît. Les racines lasses, renoncent à creuser le lent terreau du temps. S'il est une clarté, ce n'est qu'à la manière d'une sentinelle toute pétrie de nuit, toujours sur le qui-vive   .     BENOIT CONORT     .         Oeuvre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 24 mars 2020

QUI MARCHE DANS LE SILENCE DES SIECLES INVENTES ?

Aubes d’espaces orientent la fenêtre inattendueOn saigne les parchemins des signes à décrypterLes yeux futurs décoderont syllabesombresvertigeset le grain de blé aiguillera la main et ses visionsDes papyrus s’envolent mille siècles d’incertitudes Que de sang a embrumé la clairvoyance de l’invisible !Les firmaments craquellent sur le rivagela mer errante lève la braiseet les portes s’ouvrent La vie entre par toutes les fenêtresCortèges de manants maquillent le jour d’arc-en-cielEscadrons d’abeilles embrasent la dernière luminationQui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 22 mars 2020

JUDITH CHAVANNE...Extrait

Chutent les pétales du cerisier, ailleurs, un enfant naît ; de légers pétales dans le vent, une déflagration pour la femme de douleur, douceur infinie comme doit l’être le velours des fleurs. Le cerisier naît peu à peu à son été, l’enfant à la vie, soudainement ; c’est l’événement d’un jardin un instant et de qui le regarde, l’évènement d’un âge, de toute une vie durant. Mais la femme est présente au pétale comme à l’enfant. Avec le temps, s’approfondit l’espace de résonance ; il n’y a peut-être pas de moindre ni... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,