mercredi 22 août 2018

" MESSIEURS LES GOUVERNANTS ", PLAN-SILENCE ...

... plan-silence sur un Gazzaouicide   Et vous aimiez la vie... Et contre le retour de vos frères ils ont tiré-réel à balles sans retour   Et vous aimiez la vie... Et contre votre approche sans armes ils ont exécuté leurs menaces à pleine mort   Et vous aimiez la vie... Et contre votre avancée de Paix ils ont poursuivi la guerre à tueurs sans las   Ils ont visé les colombes leurs ailes blessées errent aux consciences l'air est rouge entre les ombres de l'olivier un ton de flûte passe sur la... [Lire la suite]

mardi 21 août 2018

JE SUIS CET HOMME

  Je suis cet homme inconsolé de t’avoir tant aiméeQui croyait être né pour être ton hérosCet homme à bout de souffleA force d’avoir couru après tes étoilesQui croyait que la nuit se couvrait de ta peauJe suis cet homme inconsolé de t’avoir tant aiméeQui croyait que l’enfance ressemblait à tes seinsCet homme à bout de soifA force d’avoir creusé l’ambre de tes yeuxQui croyait être né pour être ton sorcierJe suis cet hommeFeu de joieFeu de pailleQui croyait que les flammes chantaient l’éternitéJe suis cet homme qui refusait le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 20 août 2018

JEAN LAVOUE...Extrait

Ce temps de métissage et de chansons mêlées,Ce temps de tisserands et de vies accordées,Ce temps que nous appelons sur nous-mêmesComme une supplique du fond de nos détresses, Comment nous sera-t-il donnéTandis que nous allonsSi loin de nos récits perdus,De nos chants disparus,De nos sources oubliées ? Comment nous sera-t-il arbre de vieSi nous ne visitons nos racines,Si nous n'étendons pas nos branches aux frontières,Si nous ne nous approchons pas avec tendresseDe ceux qui glissent inexorablement vers... [Lire la suite]
vendredi 17 août 2018

C'ETAIT DEMAIN...

  J’aime le temps d’avantEt même un peu plus tôt… Quand l’attente s’éveille…Quand le regard se croise Et que se tend l’oreille sur un sourire naissant…Un mouvement de tête, timide, sur le coté penché, complice du sourire avant de s’en aller sans penser à plus tard.. Et puis qui se retourne à l’angle de nulle part…Ici, là-bas, plus loin, ailleurs…Au détour du chemin, de la ruelle étroite, de la terrasse du Bar, pour semer un espoir, fixer un au revoir, un frêle espoir promis en guise de pourboire…Un battement de... [Lire la suite]
vendredi 17 août 2018

ECLATS ET BRECHES...Extrait

Est-ce bien nousce tremblement fragile du cielce rire évanoui ?Nous sommes brèches, éclats ,explosions éphémères Les creux laissés par nos corpssur la plagese sont remplis de sableplus d'une foisNos cris ont la fragilité de la craie,la vitesse du goéland Nos tendresses sont torturées Nos mots s'ėcaillentNos rêves n'ont pas toujours le tempsde nous parvenirEt c'est dans cette incertitudeque nous nous plaisons à vivre. .     COLETTE GIBELIN       .   Oeuvre Max Gasparini
jeudi 16 août 2018

L'ARBRE PARLE...Extrait

Écoute-moi comme on entend la pluieni attentive ni distraite,les pas légers de la bruine,l’eau dissoute en air, l’air tissé de temps,le jour n’en finit pas de s’en aller,la nuit n’est pas vraiment venue,figurations du brouillardà l’ angle de la rue,figurations du tempsau tournant de cette pause,écoute-moi comme on entend la pluie,sans écouter, écoute-moi parlerles yeux ouverts sur l’intérieur,assoupie, chaque sens en éveil,il pleut, des pas légers, rumeurs de syllabes,l’air et l’eau, paroles qui ne pèsent :ce que nous étions, ce que... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

dimanche 5 août 2018

BRIGITTE BROC...Extrait

Ce soir d’été,Epicé jusqu’à la moindre ramure,Dégouline, ivre et lourd,Dans la gorge Des dernières roses. L’allée, solitaire,Caracole entre les cyprèsEt va se perdre,De l’autre côté du mur,Là où la merInvente ses vagues. Aller au cœur de la Vieille nuit,Douce et fidèle compagne,La saisir à pleine peau,Fouiller son bois,Jusqu’à l’aubier. A force d’entêtement,De ciel blessé parD’impossibles paroles,De tout ce bleu quiNe demande qu’à déborder, Elle est venue. Devant les cris tombésAu seuil de la maison, Elle s’est mise... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
jeudi 2 août 2018

J'ETAIS UNE FLEUR DANS TON REGARD...Extrait

  ../.. Nous nous sommes dévêtus des bourrasques anciennes qui coiffaient le petit chemin Saint-Georges que nous empruntions pour nous rendre à l’école. Nos pas d’écoliers ressemblaient à  une farandole et nos craintes de la maîtresse se déboutonnaient sur ce parcours. Petit chemin bordé d’arbres et d’herbes fraîches, nos cartables sur le dos et nos mains liées à nos sourires complices. Toi, soleil ébouriffé de lumière, tu réchauffais le goudron encore humide de la nuit nonchalante qui l’avait bercée.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
lundi 30 juillet 2018

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Cette main doucement posée sur ton épaule,ces pas dans l'escalier,les craquements du plancher,ce bol vide sur la table du matin, ces bribes du passé, ces miettes au festin des oiseaux ; La fenêtre fermée, la porte qui grince, le froid à l'intérieur. Le soleil n'entre pas, hésite au seuil du silence.Il connaissait une chanson, le vent l'a perdue loin ; La marjolaine et le genêt, l'été absent.La vieille pendule à plus d'heure, comme toisans sommeil. Ta maison, ce cœur en arrêt.     .    ... [Lire la suite]
vendredi 27 juillet 2018

ALDA MERINI...Extrait

Puis faites l'amour.Pas de sexe, juste de l'amour.C'est ce que je veux dire.Les baisers lents sur la bouche,Sur le cou,Sur le ventre,Sur le dos,Les morsures sur les lèvres,Les mains tressées,Et les yeux dans les yeux.Je veux dire des câlins si serrés.Pour devenir une seule chose,Des corps piégés et des âmes en collision,Caresses sur les rayures,Des vêtements enlevés avec les peurs,Bisous sur les faiblesses,Sur les signes d'une vieQue jusqu'à ce momentC'était un peu fané.Je veux dire des doigts sur les corps,Créer des... [Lire la suite]