mardi 12 juillet 2016

UNE BOUSSOLE

Choses sont mots. Quelqu'un - mais qui, mais quoi? -                        Nous écrit: cette incessante graphie                        Inextricable et qui ne signifie                       ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

mardi 12 juillet 2016

PAS A PAS

Oui d’ici            d’un seul pas                    nous rejoindrons tout  Le tout nous rejoindrons            d’un seul pas                    ou de dix-mille  Pas à... [Lire la suite]
dimanche 10 juillet 2016

FIGURES...Extrait

Oui, l'ombre de l'ami, le plomb des vagues, et l'alcyon de brume, et par trois fois tendant les bras, voyelles, «il transformait les larmes en pensée», je vous le dis à vous, pour, le disant, dans la soie de l'écoute, être entre. Je vous redis ces chants, les chants des autres, les fils tissés, l'écho réagrégé de cette indéchirable soie du son, la terre existe quand on commence à la sentir, qu'on sait, en se taisant, lui laisser prendre son temps à elle, être un passage, pour l'hospitalité et le présent. .   . . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
mardi 5 juillet 2016

SEPT HEURES MOINS SEPT...Extrait

Un obscur poète dans un hameau perdu a décrété cette année année de la poésie cette année-là les paysans quoi qu'ils aient semé ont moissonné des poèmes les voisins sur la corde à linge avaient étendu des poèmes mois de mai les étalagistes étalaient des poèmes un vers de poésie a disparu sur le rivage nul ne le cherche le vent a dérobé un hémistiche sur le fil d'étendage du voisin les amoureux indigents dans l'obscurité de la nuit hors de la vue des patrouilles ont diffusé des tracts de poésie l'hôtel des monnaies a frappé des... [Lire la suite]
jeudi 30 juin 2016

EST-CE AINSI QUE LES HOMMES VIVENT ?

Est-ce ainsi que les hommes vivent Tout est affaire de décor Changer de lit changer de corps A quoi bon puisque c'est encore Moi qui moi-même me trahis Moi qui me traîne et m'éparpille Et mon ombre se déshabille Dans les bras semblables des filles Où j'ai cru trouver un pays. Cœur léger cœur changeant cœur lourd Le temps de rêver est bien court Que faut-il faire de mes jours Que faut-il faire de mes nuits Je n'avais amour ni demeure Nulle part où je vive ou meure Je passais comme la rumeur Je m'endormais comme le bruit. Est-ce... [Lire la suite]
Posté par emmila à 01:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 27 juin 2016

TERRE A BONHEUR...Extrait

Je dis : douceur. Je dis : douceur des mots Quand tu rentres le soir du travail harassant Et que des mots t'accueillent Qui te donnent du temps. Car on tue dans le monde Et tout massacre nous vieillit. Je dis : douceur, Pensant aussi À des feuilles en voie de sortir du bourgeon, À des cieux, à de l'eau dans les journées d'été, À des poignées de main. Je dis : douceur, pensant aux heures d'amitié, À des moments qui disent Le temps de la douceur venant pour tout de bon, Cet air tout neuf, Qui pour durer s'installera.   . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

dimanche 26 juin 2016

YVES BONNEFOY...Extrait

Corps qui aimait la paix de l'autre corpsPeu visible à ces heures avant l'aube,Mais plus que du visible, étant le souffleinfiniment régulier de l'esprit.J'appelle esprit ce savoir qui s'éveilleQuand des lèvres s'unissent dans la paixD'une main qui trouve une main dans la pénombreEt on ne sait s'il fait encore nuitOu si c'est un ressac de proche rivageQui, s'accroissant, fait qu'ici ne soit plusQue l'océan des lèvres confondues.On dirait que la terre émeut sa chaîne,Barque qui touche au flanc d'une autre barque,Deux corps glissant dans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 25 juin 2016

NOIR ECRIN...Extrait

Peut-êtreTout à l'heure dans une demi-attente ou peut-être dans un demi-sommeil bercée dans l'entre-deux des jours dans un halo en demie-teinte ou peut-être de demi-soupir à mi-voix entrebue entre veille et trêve à mi-contrée de la terre et de l'eau dans l'entre-deux du ciel à demi-mots à demie-nue peut-être.   .   ANGELE PAOLI Editions A fior di carta 2007   .   Oeuvre Edgar Degas    
Posté par emmila à 18:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
vendredi 24 juin 2016

LE PAROXYSME SEUL...Extrait

Ecoute J'atteins de nouveau l'instant nul où l'avant et l'après s'anéantissent, Foudroyés Des grains de mimosas m'éclaboussent dans l'ombre Je n'ai rien à t'apprendre Je ne dure pas Je ne perpétue que le défi de chaque seconde Ne dis rien Le présent est ce plaisir absolu de n'avoir pas de lendemain Précédé de rien Suivi de rien Total   . COLETTE GIBELIN   .     Oeuvre Pierre Bonnard
Posté par emmila à 18:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 20 juin 2016

CHAOS

Il n'y a personne pour nous dans le monde tant l’incandescence emporte tout passage ardent, amour fervent, j’ai cru à la rédemption des sillons de feu du poème j’ai cru à la tourmente des ailes de papillon dans la lumière j’ai cru à la nostalgie de l’enfant du vieil homme et la mer s’est levée la tempête, le bateau de l’amour s’est heurté au réel des torches brûlantes ont incendié les habitudes et nul n’a su dompter les mots de l’horreur Pour vous les brulées vives D’avoir résisté au viol Pour vous les égorgés, D’avoir osé votre... [Lire la suite]