dimanche 29 mai 2016

DEBOUT SUR UN BRIN D'HERBE...Extrait

Une boule de neige Lancée depuis l’enfance Explose sur la vitre Où mon front se souvient Quel seuil à franchir Quelle coupe à ne pas boire Pour entendre le rire De ce papillon blanc Immobile maintenant Qui fond dans la mémoire? Le fil est toujours plus petit Qui déroule pourtant La toupie de la vie…   .   PHILIPPE MATHY   .   Oeuvre Bernard Liégeois
Posté par emmila à 13:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 28 mai 2016

REQUIEM...Extrait

Est-ce que tu te souviens encore ? Les pauses miséricordieuses parfois qui venaient rompre cette obsession de l'éternité, les musiques, les visages et soudain, sur le sable même de la rive absolue, le dernier adieu du temps... La lumière change comme une voix. Elle n'est plus le témoin sans force d'une agonie. Elle redevient soleil, ce long rayon vivant qui s'agenouille au bord des draps dans un fauve reploiement d'ailes. Tu soulèves une main. Tu lui tends l'inquiète main des mères qu'elles glissent à la nuque de leurs petits garçons... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
dimanche 22 mai 2016

CE QUI FUT SANS LUMIERE...Extrait

Peintre, Dès que je t'ai connu je t'ai fait confiance, Car tu as beau rêver tes yeux sont ouverts Et risques-tu ta pensée dans l'image Comme on trempe la main dans l'eau, tu prends le fruit  De la couleur, de la forme brisées, Tu le poses réel parmi les choses dites. Peintre, J'honore tes journées, qui ne sont rien  Que la tâche terrestre, délivrée Des hâtes qui l'aveuglent. Rien que la route Mais plus lente là-bas dans la poussière. Rien que la cime Des montagnes d'ici mais dégagée, Un instant, de l'espace. Rien que le bleu... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
dimanche 22 mai 2016

UN MONDE DE PIERRES...Extrait

... Tant de choses passent que je ne sais assumer         Combien de fois         devrai-je renaître encore?         Personne ne connaît         mon cosmos intérieur         Les paradoxes         les rébellions de mes profondeurs         Mon... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mardi 17 mai 2016

PATIENCE...

Patience d’arachnéenà tisser et retissercontre l’invisible.Patience pour nos tessonsnos lourds bagagesnotre rage sèchenos brûlures d’abeilles.Patience encorepour la blessure mollela cicatrice dévastéequi saigne le temps à venir.Patience contre la dérobadel’équivoque de l’oxydé.Patience pour creuser l’infime.Patience envers les écritsnés de l’obscurscandés en sautillanttressés sur des ruines.Patience pour les doigts uséspour le chant abandonnéla descentedans l’enfer de l’autre.Patience enfinpour les tempêtes intimescelles que l’on... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 17 mai 2016

LA PAROLE QUI VACILLE...Extrait

À brasser tant de marées dans des récitations d’enfance qu’attends-tu de la mer sinon ton propre achèvement d’écumetu ouvres la vague majusculetu enfreins l’onde loi qui dictene pas finir arraisonné ni du sel des naufragesincliné sur l’horizoncouronné du seul soleilqui meurt chaque soirtous les rayons brisés nous confient quesous la surface encoreon peut survivrejusqu’aux larmes.   FRANCIS ROYO   .   Photographie Hengki Koentjoro  
Posté par emmila à 18:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 16 mai 2016

POESIE ET REALITE...Extrait

La poésie est une tentative risquée et visionnaire d’accéder à un espace qui a toujours préoccupé et angoissé l’homme : l’espace de l’impossible, qui parfois semble aussi l’espace de l’indicible. J’ai toujours pensé la poésie comme la plus éminente manifestation de cette histoire occulte des hommes et de la correspondance ineffable avec la réalité qui s’y révèle, au delà du gonflement du simple temps linéaire, au delà des formules et des systèmes qui codifient la connaissance, la prière, le regard, le geste, le lieu, l’amour, le... [Lire la suite]
samedi 14 mai 2016

L'ODE AU TEMPS QU'IL NOUS RESTE...Extrait

Le temps passe et nous te regardons depuis le nid ancien,comme un coquelicot dont les premières sèves ne s’oublientFleur fragile aux allures d’arbre, souriante sur nos désordres, pluies incessantes de la belle usureD’elle ou de moi, à qui ressembles-tu quand tu regardes de si près tes pasOù t’en vas-tu, si belle, dans le vaste couloirVers quel amour, quel labyrinthe choisiFier de toi ou orgueilleux de moi-même,combien me faudra-t-il de livres pour que cessent mes doutes et cette peur de te voir tomberNous te savons fidèle à tes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
dimanche 8 mai 2016

ANDREE CHEDID

 Rappelle-moiCes temps sonoresOù les murs s'effondraientCe temps sans minutieOù l'obstacle s'enjambaitRappelle-moiCes auroresCes nuits qui rayonnaientCes temps-reliefsCes métaphoresCes heures inusitéesRappelle-moiCe temps sur terrePlus fragileQu'herbe d'été.   . ANDREE CHEDID   .   Photographie Nathalie Magrez
Posté par emmila à 22:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 7 mai 2016

UNE HISTOIRE DE BLEU...Extrait

L'amour, dis-tu, ce sont des mots. Tu fais des phrases: tu mourras en faisant des phrases.Tu parles comme tu respires. Tu fabriques des paroles avec l'air même que tu respires. Mais tu voudrais savoir pourquoi. Quels chemins suit la langue de la pensée jusqu'à la voix ? Les noms les plus chers ne sont- ils dans la tête qu'une substance chimique ? La phrase une électricité ? Qui donc y mélange ces pigments qui te font le bleu entre toutes les couleurs ? As- tu des bords de mer, des villes énormes et des montagnes derrière les yeux ?... [Lire la suite]