jeudi 28 janvier 2016

UN JOUR SILENCE

C 'est un jour silence, un jour blanc sans nuance, un jour sans paroles, sans ambiance, sans présence. Juste la neige derrière les carreaux, supprimant la couleur , impose sa brillance . Ces éphémères couches de transparence qui nous basculent dans une froideur intense, et dans un monde nouveau, se révèlent être la seule attirance. Le jour blanc vire à l'éclatant sous le ciel assombri . Derrière les carreaux le regard s'appuie, et s'enfuit au bout de la nuit. On se croirait seul sur une lune de fine porcelaine qui se se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 26 janvier 2016

CALE D'ETOILES, COOLITUDE...Extraits

     Coolitude pour poser la première pierre de ma mémoire de toute mémoire, ma langue de toutes les langues, ma part d'inconnu que de nombreux corps et de nombreuses histoires ont souvent déposée dans mes gènes et mes îles.      À me demander si je fais partie d'une race de malaxeurs d'épices et de parfums, de soies et d'ors, de pigments de peaux et de mots.      Coolitude, mon roulis-coolie, chant d'un enracinement autant que chant d'un déracinement dans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 24 janvier 2016

LORAND GASPAR...Extrait

... Non, je ne suis pas en exil,chez moi dans le jaillissementdans la chute et dans l’usuredans le diamant et la pacotillechez moi dans la jubilation des eaux et des airset comment parler du mouvement sans bornessous les averses d’averses de photonsles vitesses de tant de rayonnementsdans la fraîcheur fragile du verger en fleurrencontré ce matin de février sans nombredans l’éventail d’années et d’années de lumière —je suis le marcheur qui respire l’ouvertde tous ses poumons et dont le corps-cerveaucompose des images, musiques et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mardi 19 janvier 2016

DANS L'ODEUR DU FIGUIER...Extrait

Assise sur le pas de la porte Tu te retrouves chez toi dans l'odeur du figuier . L'enfance avec ses grillons Le temps sa démesure . Au fil des jours tu as suivi un raccourci Dont le muret borde des gouffres . Aujourd'hui ici même l'ombre Garde toute sa légèreté . . . . . MIREILLE FARGIER-CARUSO . . . . . Oeuvre P. Javy
Posté par emmila à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 18 janvier 2016

L'INCONFIANCE...Extrait

Elle sait les manques, les chemins à rebrousse jeunesse, les miroirs perfides, les carrefours, l’embuscade des sillons, tous les fléchissements. Elle sait les traîtrises d’automne, la lumière crue, la lumière nue qui appelle le corps par son âge. Elle sait l’inconfiance malgré la violence des désirs. Alors, elle voile la chute, protège l’intime, cherche la distance. Elle masque la peur, marche et sait qu’elle ne court plus. La cruauté naturelle ne laisse aucun doute, la route est plus courte. Pourtant, elle y boit toujours le soleil... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 17 janvier 2016

COMME SI

Poids de terre ou de mousse à soulever à refuser Pourvu que l’on garde entrouverte la porte et cette vibration partagée que l’on n’ose nommer. Pourvu que l’on frappe à poings serrés à poings noués pourvu que l’on soit. Miel amer. Abords du fleuve        éboulés duvets de pollen posés sur le temps et cette nuit qui pèse  silences ou rumeurs peu importe, il faut faire comme si… Pourvu que la porte soit entrouverte et que les vents se pressent pour balayer      ... [Lire la suite]

samedi 2 janvier 2016

18 JUILLET 1936, 18 JUILLET 1938

C’est du sang, pas de la grêle, ce qui fouette mes tempes. Ce sont deux années de sang : ce sont deux inondations. Sang d’acte solaire, tu viens dévorante, jusqu’à laisser déserts et étranglés les balcons Sang, qui est le plus précieux de tous les biens précieux. Sang, qui thésaurisait pour l’amour ses dons. Regardez-le troubler les mers, faire sauter les trains décourageant les taureaux là où il encouragea les lions. Le temps est sang. Le temps circule dans mes veines. Et face à l’horloge et au temps je me sens plus... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 31 décembre 2015

POEME A CRIER...Extrait VIII

Tu as bercé tant de fruitstrop froids pour toi.Ils n’ont pu te retenirni retenir la menace de tes cyclones.Le tempsles portes se fermentles maisons se fissurent.Tu as longtemps cultivé tes abîmestu attendais les soirs denses où seuls le silence et ton âme parleraient.Mais échappe-t-on à soi-même ?Ah ! Ne laisse pas se romprece fil qui reliesans appuyerne laisse pas se perdrela voix qui appelle.Tant de foistu as consolé    écoutéet voici que le manque te blesseet l’absenceivresse barbarepour ta soiftoujours trop... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mardi 29 décembre 2015

LA TRAVERSEE DES OMBRES...Extrait

C'était la fin de l'été, à la tombée du jour - faut-il dire tombée du jour ou de la nuit ? - chez des amis, à la campagne. Un moment de douce mélancolie : l'automne s’annonçait, je m’apprêtais à quitter mes hôtes, sans doute pour longtemps.Au-delà des limites du jardin, avec sa pelouse fraîchement tondue, ses fleurs, sa tonnelle : un chêne. Je l'avais vu, admiré, ce chêne, plus d'une fois, son fût bien droit, sa ramure puissante, son feuillage que le vent faisait légèrement vibrer, ses racines noueuses, sa cime. Il me donnait un... [Lire la suite]
lundi 21 décembre 2015

MOSANE OU PRESQUE...Extrait

L'Ardenne…                            J'habite où les pierres ont manière d'hommes, où les murs précaires en savent long.   La source prend très haut son cours au delà des êtres privés d'enfance..   Ici, la peau est folle d'un rien d'une visite d'insecte d'un gonflement de pulpe, ni heurts ni prières ne pourrissent les fruits par le centre.   Tout est instant tout est... [Lire la suite]