mardi 20 septembre 2016

BONJOUR

A celui qui a dansé la formeBonjourA celui qui a laissé dans les bras refermésDe l’amourLa place pour penser ensembleBonjourA celui qui rend perceptible le mondeAux aveugles définitifsBonjourEt pour la caresse au ventre durDe la vénus enfin trouvéeBonjourA sa ligne vivante courbéeAu dessin infini de l’homme torturéA son corps qui résisteA ses yeux trop fragilesBonjourAu sourd décidé de chasser les horreursArtiste assassiné par les incompétencesA ses contradictions, ses amours, ses errancesA ses heures du soir où il se sentait bienA... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

mercredi 7 septembre 2016

JE NE COMPTE PLUS QUE SUR LA BEAUTÉ DE TON CHANT ( Hommage )

Ce non-monde, ressassant d'être sans horizon, abhorre la tendresse : le sens n'y tremble plus dans le tempo dément ; ordre ordurier, temps de détresse, il se livre au vitriol, à la tenaille, au garrot, écorchant, matraquant, vomissant du venin en mots braillards, mots mirages amputés, encanaillés, assujettis, empuantis. La vie s'alarme : peut-elle se changer en s'ouvrant à la joie ? Me défiant de la tristesse, j'ai mendié tes doigts de lin, le nid suspendu sous ta robe, le duvet de ton regard à l'heure où les ombres s'allongent.... [Lire la suite]
lundi 22 août 2016

LA OU LEUR CHAIR S'EST USEE...Extrait

" Cette tendresse qui vient aux arbres au printemps feuillages qui se nimbent au gris de l’averse sous la caresse abrupte des soleils rasants ce flux de sang aux joues des jeunes gens l’onde qui nie le temps au sourire des vieillards ces traces sur le sable avant l’envol dont nous déchiffrons l’appel qui en voit la beauté sinon nous "   .   JEAN LE BOËL   .  
Posté par emmila à 13:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 15 août 2016

QUI ?

Je ne suis plus de ceux qui donnent Mais de ceux-là qu'il faut guérir. Et qui viendra dans ma misère? Qui aura le courage d'entrer dans cette vie à moitié morte? Qui me verra sous tant de cendres, Et soufflera, et ranimera l'étincelle? Et m'emportera de moi-même, Jusqu'au loin, ah! au loin, loin! Qui m'entendra, qui suis sans voix Maintenant dans cette attente? Quelle main de femme posera sur mon front Cette douceur qui nous endort? Quels yeux de femme au fond des miens, au fond de mes yeux obscurcis, Voudront aller, fiers et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
samedi 6 août 2016

PETITES METANIES DU TEMPS...Extrait

Si je dois désherber la douleur des joursque ce soit avec des mains patientes.Comme on prendrait un petit enfantsur ses genoux pour lui direque celle qu’il attend ne reviendra plus —qu’elle est partie rejoindre Tobie,le chien de l’an passé.Alors, il nous faudrait tenirdevant le regard grave soudain bondé de larmes,prendre le temps de sourirepuis, comme un roi réconcilié,ouvrir ses bras en couronneet bercer, bercer éternellement.   .   PATRICK  MAURY .   Oeuvre Guy Denning  
Posté par emmila à 17:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 27 juillet 2016

HUMBLE FRESQUE DES CONSOLATIONS DU MONDE

Des Christ Des suaires Des prophètes Des arbres rouges d'oiseaux Flottent dans l'attente, Don Quichotte Les apôtres Des cantiques Des baies rouges Des branches de buis Le rituel dérisoire et toujours répété de la croyance en la tendresse humaine L’enfant, l’oiseau, les loupsPar-dessus les pleurs, il reste l’amour Du plus ordinaire des jours En plus simple apparence, l’ange Se pose sur les mains jointes Comme on voit près de l’arbre décimé Un corbeau solitaire dépecer la misère humaine Comme on lit les prières arrachées aux... [Lire la suite]

mardi 12 juillet 2016

SOURCES DU VENT...Extrait

Toujours l’amour Sous les lueurs des plantes rares les joues roses des cerisiers les diamants de la distance Et les perles dont elle se pare Sous les lustres des flaques tièdes A travers la campagne hachée A travers les sommeils tranchés A travers l'eau et les ornières les pelouses des cimetières A travers toi Au bout du monde Le monde couru pas à pas Ton amour sous la roue du soir A peine la force de ce geste de désespoir A peine l'eau ridée sur le cours de ton sein Contre le parapet fragile du destin J'aime ces flocons blancs de la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mardi 14 juin 2016

AGNES SCHNELL

Les jours ont perduparfums et couleursjusqu'à leur nom.Le vent se traînesur l'ombre rougiele souffle cherche les voileset la carène,toi tu refuses de lâcher prise.Voici la sente nueoù tu scandais par ton pasun bout de poème,l'harmonique lentede quelques vers impérieux.Derrière la brume,le quotidiendont tu t'ébrouaisavec insolence.Derrière la brume,tes songes rocailleuxtes mots tendresque tu t'efforçais de nouerà mains nues.Mais qui retient le vent ? .     AGNES SCHNELL   .     Oeuvre Montserrat... [Lire la suite]
mardi 31 mai 2016

NOTES INTIMES

"En ce temps-là, j'étais jeune et j'avais soif: il m'a donné à boire. J'étais jeune et j'étais laide: il m'a fait croire que j'étais belle. J'étais sage et j'avais froid, j'avais peur et je tremblais, je craignais Dieu, je craignais les gens, je craignais mon père et ma mère, je me cachais en moi, je me cachais dans l'ombre, je me cachais en Dieu pour n'être pas trouvée: il m'a prise et ramenée sur la terre en plein soleil. J'avais dans le cœur une grâce, une fleur serrée, qui n'osait pas s'ouvrir: il l'a fait épanouir sur le pas de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:12 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 21 avril 2016

LA CENTAINE D'AMOUR...Extrait

.... " Ces fleurs brusques avec des eaux et des menaces,ce pavillon pris dans les tourments de l’écume,ces rayons de miel et ces récifs incendiairessont devenus la paix de ton sang dans le mien,une couche d’étoiles et bleue comme la nuitet la simplicité sans fin de la tendresse. " .   PABLO NERUDA   .   Oeuvre Peter Mitchev    
Posté par emmila à 20:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,