jeudi 9 juin 2022

BRETAGNE

Notre terre N’était pas de soleil ni de feu Mais de sel et de vent De rocs anéantis par l’infini sauvage Et de volcans défaits aux ventres ronds de femmes En mal de naissance Nous avions pour colliers Des nuages d’azur Des rives brodées d’aulnes Des rivières sauvages Des filles du soleil Des améthystes sur tous chemins Et la rumeur des cieux qui bruissait dans nos branches Nous avions des saisons des siècles des marées Des ferveurs migratoires De grands oiseaux de mer signant nos territoires Des sanctuaires... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

lundi 6 juin 2022

QUAND VOUS SEREZ AU MILIEU DE LA GRANDE VIE PAYSANNE

  "Quand vous serez au milieu de la grande vie paysanne Au milieu d'un champ dans les loins Ou au cœur d'une forêt en automne, Vous comprendrez qu'il y a loin de vous Au cœur du monde Qu'il y a loin de votre coupe Aux lèvres de l'éternel, Et vous écouterez bruire l'automne Et vous entendrez les feuilles Tomber de vos arbres intérieurs Vous entendrez la voix de la Terre Et le présent vous sautera aux yeux Croyez en l'extase des nuages Qui traversent les grands horizons Au petit vent du soir Au cœur de l'été chaud... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
lundi 6 juin 2022

CHANT GENERAL...Extrait

Il m'est arrivé souvent de renaître. Je naissais du fond d'étoiles vaincues. Je reconstruisais le fil des éternités. Mes mains les peuplaient. Et maintenant je vais mourir, je n'ai rien, que la terre sur mon corps, destiné à être terre. Je n'ai pas acheté le lopin de ciel que vendaient les prêtres, et j'ai repoussé les ténèbres que manufacturaient les métaphysiciens pour l'oisiveté des puissants. Je veux dans la mort être avec les pauvres auxquels ne fut donné le temps de l'étudier lorsque les coups pleuvaient sur... [Lire la suite]
dimanche 5 juin 2022

LE REGRET DE LA TERRE

Un jour, quand nous dirons : « C'était le temps du soleil,Vous souvenez-vous, il éclairait la moindre ramille, Et aussi bien la femme âgée que la jeune fille étonnée,Il savait donner leur couleur aux objets dès qu'il se posait.Il suivait le cheval coureur et s'arrêtait avec lui,C'était le temps inoubliable où nous étions sur la Terre,Où cela faisait du bruit de faire tomber quelque chose,Nous regardions alentour avec nos yeux connaisseurs,Nos oreilles comprenaient toutes les nuances de l'airEt lorsque le pas de l'ami s'avançait nous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 4 juin 2022

HILDEGARDE DE BINGEN...Extrait

Merci à Ananda . . "Dans le cosmos toutes choses sont interdépendantes, de sorte que le moindre de nos faits et gestes a des répercussions jusqu’aux frontières même de l’univers. La nature de ces répercussions dépend évidemment des actes eux-mêmes : s’ils sont positifs, ils agissent dans le sens de la régénération de la vie. S’ils sont négatifs dans le sens de sa destruction.'' - "L’énergie de nos actes se répand dans l’univers tout entier et l’univers, en retour, renvoie cette énergie vers la terre et jusqu’en chaque... [Lire la suite]
jeudi 2 juin 2022

BESOIN D'IMMENSITE -662

Profitant de l’inattention du cielPour invoquer l’inconnuNues et désentravées comme une aubeSe lèvent mes penséesJ’aime à n’être pas immortelCela donne accès à l’humanitéL’être a besoin d’immensitéDe s’y fondreJamais seul avec les étoiles sans nombreSur les sommets enneigés du monde De mon âme solitaire recouvrant les déserts La terre est mon trône, le palais de ma vie, la demeure de mon cœurCette terre chaude qui hante mes mains et mes lèvresQui s’effrite entre mes doigtsDernier berceau pour mon corps... [Lire la suite]

jeudi 2 juin 2022

CE QUE JE SAIS - 697

Que savons-nous des larmes de l’arbreDe la couleur du sang de la pierreLes âmes des corps célestes sont-elles éternelles.Que savons-nous du désir des trous noirsDe l’épuisement de la terre à la tâche perpétuelleLes mystères sont-ils des entités.Que savons nous vraiment de nousDe notre présence les uns auprès des autresY a‑t-il une ligne qui relie toutes nos existences ...??? . Moi je sais les pleurs des animauxLa sensibilité extrême des végétauxLa souffrance des montagnes à émerger.Je sais que le papillon ignore qu’il... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mardi 31 mai 2022

JEAN-MICHEL SANANES....Extrait

  Je voudrais être cet oiseau planantloin de la lourdeur des temps,ce goéland qui, venant d'une meraux vents hostiles,pénètre le paysage,le mesurant comme l'enfantqui sonde la question.Que doit-il voir en son maître :l'homme, le savoir, la bienveillance,sa propre taille ou son insignifiance ? . Je voudrais regarder la terrecomme le migrant et sa tribucherchant un rivage de bon accueil. . Scruter le monde avec un œil de pierrequi, du haut de sa mémoire,se souvient de la naissance de l'univers,du combat... [Lire la suite]
samedi 28 mai 2022

LE REGRET DE LA TERRE

Un jour, quand nous dirons : « C'était le temps du soleil,Vous souvenez-vous, il éclairait la moindre ramille, Et aussi bien la femme âgée que la jeune fille étonnée,Il savait donner leur couleur aux objets dès qu'il se posait.Il suivait le cheval coureur et s'arrêtait avec lui,C'était le temps inoubliable où nous étions sur la Terre,Où cela faisait du bruit de faire tomber quelque chose,Nous regardions alentour avec nos yeux connaisseurs,Nos oreilles comprenaient toutes les nuances de l'airEt lorsque le pas de l'ami s'avançait nous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 25 février 2021

PHILIPPE JACCOTTET...HOMMAGE

Philippe Jaccottet vient de nous quitter à l'âge de 95 ans.... https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Jaccottet . . . . "La seule grâce à demander aux dieux lointains, aux dieux muets, aveugles, détournés, à ces fuyards, ne serait-elle pas que toute larme répandue sur le visage proche dans l'invisible terre fît germer un blé inépuisable ? .... Rappelle-toi, au moment de perdre pied, Puise dans cette brume avec tes mains affaiblies, Recueille ce peu de paille pour litière à la souffrance, Là, au creux de ta main... [Lire la suite]