mardi 28 mars 2017

JEAN LAVOUE...Extrait

Aucun accord ne se fera d’en haut Aucune puissance ne descendra des cieux C’est du très-bas que naissent les prairies Que s’allument au printemps des bouquets de jonquilles C’est du très bas que la terre est si belle Qu’elle est pour nous jardin Cette fête infinie C’est du très-bas que nos chemins se croisent Et que nos mains s’appellent Que nos corps se dénouent sous l’astre des caresses C’est du très-bas que s’annonce l’enfant Le feu d’un jour nouveau La merveille à nos yeux C’est du très bas que s’embrase le ciel Que... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

vendredi 17 mars 2017

LA BALAFRE

Dieu sait que tu es une terre battue, exploitée, casernée ! Tu es la Terre et tu peux bien te permettre d'en rire.   Un buisson toujours prêt à exploser au regard sur une parcelle que l'on dit pauvre, faute de savoir ce qu'est la profonde richesse, l'admirable ressource, tu es là, dans ce clin d'oeil  - et le troupeau se sera dissipé - tu es assurée de fermer la marche.   Tu es là, cloîtrée dans ta rage innocente et les replis de ta chair. Tu es comptable du terrible et ils ne le savent pas ceux qui, un... [Lire la suite]
jeudi 2 mars 2017

JULES SUPERVIELLE...Extrait

Tout ce qu'il y a de grand au monde est rythmé par le silence : la naissance de l'amour, la descente de la grâce, la montée de la sève, la lumière de l'aube filtrant par les volets clos dans la demeure des hommes. Et que dire d'une page de Lucrèce, de Dante ou de d'Aubigné, du mutisme bien ordonné de la mise en page et des caractères d'imprimerie. Tout cela ne fait pas plus de bruit que la gravitation des galaxies ni que le double mouvement de la Terre autour de son axe et autour du Soleil... Le silence, c'est l'accueil,... [Lire la suite]
lundi 27 février 2017

HOMMAGE A LA VIE

C’est beau d’avoir éluDomicile vivantEt de loger le tempsDans un coeur continu,Et d’avoir vu ses mainsSe poser sur le mondeComme sur une pommeDans un petit jardin,D’avoir aimé la terre,La lune et le soleil,Comme des familiersQui n’ont pas leurs pareils,Et d’avoir confiéLe monde à sa mémoireComme un clair cavalierA sa monture noire,D’avoir donné visageÀ ces mots : femme, enfants,Et servi de rivageÀ d’errants continents,Et d’avoir atteint l’âmeÀ petits coups de ramePour ne l’effaroucherD’une brusque approchée.C’est beau d’avoir... [Lire la suite]
jeudi 16 février 2017

JEAN LAVOUE...Extrait

Aux forces qui divisent Aux branches qui se lézardent Aux écorces mortes qui de partout craquèlent Saurons-nous opposer avec calme Cette poussée de sève Dans la nuit de l'arbre Ce surgissement de bourgeons Ce bruissement de rameaux et de tiges Ce remuement de terre Ce soulèvement par milliers Des crocus de l'aube Cette fine poussée en gloire D'un printemps qui n'a que faire De nos vieilles rancœurs De nos peurs attisées De nos calculs sans joie De nos slogans futiles De nos amertumes dérisoires ?   .   JEAN LAVOUE ... [Lire la suite]
jeudi 16 février 2017

QUESTIONS DE POESIE

Dans ta patrie de neige, Quête muette des mots depuis toujours, jusqu'à l'ultime frontière. Viens boire à l’arc-en-ciel de la beauté Au grand passage Au lien à la terre Point de paroles vaines pour l’enfance absente des mots Natale est la lumière Silencieuse la pierre du retour Au peuple du poème. Qui se réduit à l'isolement ? Qui va vivre en exil intérieur ? Quelle étoile est la plus triste ? Natale est la lumière Désenchantée et écartelée entre rêve et néant. Qui veut franchir le grand passage ? Qui porte le chant ? Qui porte le... [Lire la suite]

lundi 6 février 2017

DEUX PRELUDES

 Goût d’étrange, saveur d’inconnu, soif brûlante d’ailleurs, ce ciel nouveau qui t’obsède et tourmente t’offrira-t-il, parmi la paix des palmeraies, les délices des yeux et des sens ignorées que l’art habile et vain des villes te refuse ? Quelle, parmi le flot de lumières diffuses, au cœur d’une nature encore inviolée, quelle tente de vent libre et calme gonflée, – immobile steamer chargé de ta fortune, conque de lys fragile où s’annonce la lune, – berçant ton rêve au seul rythme du pur silence qui se confronte... [Lire la suite]
mercredi 1 février 2017

L'OEIL DE L'EAU

La beauté a ses forêts son ciel opposé à la terre un été pour t’aimer un hiver pour te plaire le vent pour te penser Elle a le sang de tes dents blanches elle a tes doigts baignés l’ombre penchée des fleurs dans l’eau de ton silence dans l’eau qui te respire elle a leur immobilité elle est le fil de l’eau le rêve qu’elle étire l’image penchée que tu admires tout le ciel la peur et les frissons qui vont mourir dans les roseaux   .   JEAN RAINE   .   Artiste ?
Posté par emmila à 22:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 1 février 2017

À MARIA PETROV

La terre meurt des anges dans ton profil tout te suis où tu vas ta chair n’a pas de bas mais tes yeux sont de dentelles ils sont des fleurs qu’on rencontre parfois   .   JEAN RAINE   .   Oeuvre Sergio Lopez
Posté par emmila à 22:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 30 janvier 2017

ÉQUATEUR ABSOLU

Brûlante ligne froide Comment fait le soleil pour apaiser les îles ? Je suis ici avec mes deux mains inutiles Cherchant une évidence aveugle dans le blanc La Terre est bleue comme une orange et point d’orange L’espace autour de nous définit le marteau CASSER Derrière il y a le temps des fluidités Et sous l’arbre ainsi que fourche de la femme Il y a la pulsation et le malheur du sang Brûlante ligne froide Dans le jardin de la concentration L’homme et la femme et les étrangetés du monde Elle est peut-être... [Lire la suite]