dimanche 25 mars 2018

LE RÊVE DE GRAMSCI...Extrait

Perdre notion de la douceur de l'amande écale éclatée Perdre notion de ce lexique où se prirent tous mes oiseaux quand faseillaient les feuilles quand chaque arbre était singulier dans sa façon de ciseler l'espace & sasser la lumière Oh les mots de ma préhistoire Oh cette cécité loin du livre initial J'ai laissé tous mes gestes dans la conscience d'hommes maigres & secs de pauvres traversant le plus clair des jours pour échanger des grains des mots ou pour prendre le thé le temps de ne rien dire écouter... [Lire la suite]

mercredi 30 mars 2011

SOUVENIRS DU MAROC

" On servit de nouveau le thé, tout en nous offrant du café si nous le préférions, bien que ce dernier ne soit guère d'usage. Puis on nous aspergea d'eau de fleur d'oranger, d'eau de rose, et l'on apporta un brûle-parfum allumé de bois de santal. On a soin de faire passer la vapeur dans les larges manches des cafetans, dans la barbe; on enlève son turban, on baigne sa tête de ces effluves qui forment, avec l'odeur de la fleur d'oranger, un parfum discret et agréable. C'est la fin d'agapes délicates." . HENRI DE LA... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 12 septembre 2009

ASSAM....Extrait

« Il expliquait pourquoi l'eau devait « sourire », c'est à dire être frémissante. Ses bulles ressemblaient alors à des yeux de poisson, ou à des perles de cristal qui glissent dans une fontaine, ou à des vagues jaillissantes. Il parla du choix de la théière, en terre cuite, de préférence, afin que le dépôt tannique formé au cours des années exalte les saveurs des infusions. Il dit que la théière avait une mémoire et un être harmonique. Il dit aussi que le choix d'une bonne eau était primordial, que celle-ci devait jaillir de la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 18 août 2009

LE CHERCHEUR D'ABSOLU...Extrait

Au désert, l’heure du thé est un moment de repos, mais aussi une cérémonie. Il faut trouver du bois, rarissime. Préparer le feu. Le premier thé est amer comme la vie. Pour ma part, je n’ai pas trouvé la vie amère, car j’ai été doté de grands privilèges. La vie a aiguisé ma curiosité, mon goût de la recherche. Mon étonnement est insatiable. Le deuxième thé est fort comme l’amour, le troisième suave comme la mort . THEODORE  MONOD .
Posté par emmila à 19:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,