mardi 28 août 2018

LES PLUMES D'EROS...Incipit

Désormais, l’état lumineux a changé d’orientation : il est à présent isolé et n’ouvre que sur lui-même. Si j’essaie d’en préciser la nature, je n’aperçois que sa ressemblance avec l’espace qu’autour de moi ouvre le regard. Non, ce dernier est substantiellement le même que l’état ancien mais il n’est pas environné du même lieu. L’ancien est dans mon corps : c’est une poche lumineuse qui se dilate, qui envahit tout mon volume intérieur, et qui l’illumine en abolissant toute frontière entre dehors et dedans. Le bonheur est dans cette... [Lire la suite]

samedi 23 septembre 2017

LE TOUCHER OU L'ENIGME DE LA CARESSE...Extrait

"La caresse "transcende le sensible". Le corps caressé-caressant n'est plus celui de la physiologie. Ce n'est pas le corps-chose des anatomistes ou des médecins. Mais ce n'est pas non plus le corps exhibé de l'artiste dansant, ni l'organisme soumis aux contraintes du travail, ni la silhouette courbée aux ordres des pouvoirs. C'est un corps autre, à la limite du dicible et du pensable. Curieusement obscur et lumineux à la fois, jamais entièrement présent, toujours en devenir, comme en deçà du monde des choses. Ainsi le philosophe... [Lire la suite]
lundi 1 octobre 2012

N'A DE PRIX

N’a de prix      n’a de poids que ces mains plus légères que l’air         et qui jouent les variations sur la jeune lumière sur fond d’éternité la musique n’est rien         que ce frisson qui nous dépasse d’une épaule où l’on pressent l’illimité intime dès que l’un         touche l’autre du bord de son silence. . GILLES BAUDRY Sur http://terresdefemmes.blogs.com  in τhαumα,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 8 août 2012

DJALÂL UD-DÎN RÛMI

D'abord tu fus minéral, puis tu devins plante; ensuite tu es devenu animal : comment l'ignorerais-tu ? Puis tu devins homme. Quand tu auras transcendé la condition d'homme, tu deviendras, sans nul doute un ange. Dépasse même la condition angélique : pénètre dans l'océan, afin que de goutte d'eau tu puisses devenir une mer... . DJALÂL UD-DÎN RÛMI .  
jeudi 8 avril 2010

UN VOL EN DIEU

Un vol en Dieu, mais en un Dieu déchiré et répandu à travers le monde qui, ainsi épars, continue à chanter par les lions et les rochers, par les arbres et les oiseaux dont l’harmonie transcendantale couvre dans cet état même de déchirement, la haine destructrice.   .   RAINER  MARIA  RILKE .    
Posté par emmila à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,