lundi 16 mai 2016

MICHEL CAMUS

Merci Adélita mia...   S’ouvrir et attendre que s’écrive, non pas un poème, mais ce qui traverse et dépasse « l’homme troué » qui n’est pas quelqu’un, mais une goutte de lumière, un grain de silence, un noyau fermé sur soi de transpoésie inconnue : quelque chose d’infiniment ouvert seulement vers l’intérieur, quelque chose d’abyssal à quoi grâce à sa lumineuse ignorance il se sent verticalement relié. On vit sans savoir ce qu’est la vie. On aime sans savoir ce qu’est l’amour. On crée sans savoir ce qu’est l’inspiration. On... [Lire la suite]

mercredi 27 février 2013

MICHEL CAMUS

S’ouvrir et attendre que s’écrive, non pas un poème, mais ce qui traverse et dépasse l’homme troué qui n’est pas quelqu’un, mais une goutte de lumière, un grain de silence, un noyau fermé sur soi de transpoésie inconnue: quelque chose d’infiniment ouvert seulement vers l’intérieur, quelque chose d’abyssal à quoi quelque chose à sa lumineuse ignorance il se sent véritablement relié. On ne naît pas troué on le devient à l’instant même où l’on meurt à soi-même Fulgurance de l’Ouvert. Joie de la fulgurance. Jubilation des sangs. Chemin... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 25 février 2013

TRANSPOETIQUE...Extrait

La création transpoétique n’est pas une fin en soi ; c’est un moyen opératif d’autotransformation orientée vers l’autoconnaissance transcendentale… La poésie initiatique du silence ne se sert du langage que pour faire allusion à ce qui absolument, lui échappe. La transcréation, c’est la création qui s’oriente du visible vers l’invisible, du fini à l’infini, du profane au sacré, du physique au métaphysique, du naturel au transcendantal, de la parole au silence. Nous ne savons pas ce qu’est la métaphysique, ni ce qu’est la poésie,... [Lire la suite]