lundi 22 juin 2020

TRISTAN CABRAL...HOMMAGE

les nuits d’été ferment si malqu’il suffirait que l’on se taisepour que nos mains soudainse remplissent d’étoiles... Tristan Cabral   .     À Tristan,       C'était un homme tendresse, une blessure, une déchirure,   le fils de l'absolu respect de la vie et d'une mémoire meurtrie. C'était cet enfant blessé au point zéro de sa jeunesse, écrasé par la folle croyance en ce possible-impossible qui avait écorné ses hiers et plus loin que la vie broyait les devenirs. C'était un homme frère... [Lire la suite]