dimanche 29 novembre 2009

L'UNE OU L'AUTRE...Extrait

La lampe de la chambre à travers les vitres de la porte avait regardé tout le soir, la triste lampe de tous les vents.Une voix voulait atteindre on ne sait quoi en elle-même et soudain hors de toutes les parolesDomine son amour comme s'il n'y avait autour d'elle qu'un ciel vivant où le moindre geste tirerait des larmes de tout.Mais où donc est l'espace qui lirait l'exil dans les larmes.Une eau chuchote. La dernière parole raisonnable est pour dire qu'on a fait mourir la raison.S'ouvrant à travers toi un regard pénètre tes yeux,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 15 juillet 2009

L'OPERATION D'AMOUR...Extrait

"on a pris un homme et on a dit    qu'il soit chassé de toi mais sans mourir on a    levé le coeur de cet homme on l'a jeté    contre le monde ou la douleur        et là il a brûlé un moment    s'est éteint n'a pas ressuscité comme un petit chien     il n'a pas remué la queue après    son combat contre la nuit ni n'a levé le visage         ni dit adieu ni été vert     ni rien écrit dans l'air ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 10 mai 2009

LA PLUS QUE VIVE...Extrait

Il y a quelque chose de terrible dans chaque vie. Il y a, dans le fond de chaque vie, une chose terriblement lourde, dure et âpre. Comme un dépôt, un plomb, une tache. Un dépôt de tris­tesse, un plomb de tristesse, une tache de tristesse. À part les saints et quelques chiens errants, nous sommes tous plus ou moins contaminés par la maladie de la tristesse. Plus ou moins. Même dans nos fêtes elle peut se voir. La joie est la matière la plus rare dans ce monde. Elle n'a rien à voir avec l'euphorie, l'optimisme ou l'enthou­siasme.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 20 février 2009

L'ECOLE DE L"AMOUR

Votre amour, madame, m'a fait entrer dans les cités des tristessesEt moi avant vous je ne suis jamais allé dans les cités des tristessesJe n'ai jamais su que les larmes sont l’être humain que l'humain sans tristesse n'était que le souvenir d'un humainVotre amour m'a apprit a être tristeEt moi depuis des siècles j’avais besoin d’une femme qui me rend tristeune femme qui je pleurerai sur ses bras comme un oiseauUne femme qui rassemble mes parties comme les morceaux d'un vase briséVotre amour chère dame m'a apprit les pires manièresIl... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 13 septembre 2008

CLARTE SANS REPOS

  Peut-être que je me succède à moi même. Je ne sais pas qui mais quelqu'un est mort en moi.Il pressentait lui aussi hier la disparition et il était menacé par la lumière, maisaujourd'hui c'est un autre couteau que j'ai devant mes yeux.   Je ne veux pas être mon propre inconnu, je suis encombré par les visions.Il est difficile   de faire circuler tous les jours la lumière dans les veines et travailler à la contractionde visages inconnus jusqu'à ce qu'ils se transforment en faces aiméespour pleurer ensuite parce que... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 13 septembre 2008

LA TRISTESSE QUI ARRIVE

La tristesse m'est venueet le corps qui m'enfermen'est pourtant pas mort ni vacant parmi les rues                                              de la cité vivante.   Mon âme bat de l'aile et l'encre écritles mots.La solitude entière ne m'a pas encore submergée.   Je possède le souffle qui ne m'a pas quittée       ... [Lire la suite]