lundi 19 janvier 2015

LES FLAMMES HAUTES...Extrait

Dites, quel est le pasDes mille pas qui vont et passentSur les grand'routes de l'espace,Dites, quel est le pasQui doucement, un soir, devant ma porte basseS'arrêtera ?Elle est humble, ma porte,Et pauvre, ma maison.Mais ces choses n'importent.Je regarde rentrer chez moi tout l'horizonA chaque heure du jour, en ouvrant ma fenêtre ;Et la lumière et l'ombre et le vent des saisonsSont la joie et la force et l'élan de mon être.Si je n'ai plus en moi cette angoisse de DieuQui fit mourir les saints et les martyrs dans Rome,Mon coeur, qui n'a... [Lire la suite]

mercredi 3 décembre 2014

EPREUVE DU VIVANT

Jusqu’aux bords de ta vieTu porteras ton enfanceSes fables et ses larmesSes grelots et ses peursTout au long de tes joursTe précède ton enfanceEntravant ta marcheOu te frayant cheminSingulier et magiqueL’œil de ton enfanceQui détient à sa sourceL’univers des regards.     ANDREE CHEDID          Oeuvre Arthur Rackham  
Posté par emmila à 14:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 25 février 2014

KENNETH WHITE

En art et en amourJ’ai toujours cherchéEt rarement trouvéCe qui me conduiraitLe plus loin possible de moiJe suis las des lieux Où l’homme se donne en spectacleJ’ai assez vu le théâtre humainLes gesticulations de ses pantinsToutes leurs petites histoiresCe qui m’intéresse à présentCe sont les champs silencieux Qui s’étendent alentourLes mouvements de la merLe ciel semé d’étoilesLe rapport entre mon corps et l’universEntre les nébuleuses et mon cerveau   .   KENNETH WHITE   .         ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 28 juin 2013

LES BLEUS DE TERRE

 En la brisure du vitrail la vague questionne l’éternité sur les nocesbrûlées de la guerre Une robe nuenouée au désertoù l’envol s’arrache à la fièvre Un linceul de pluieoubli sans rivesoù l’arbre tire sur son ombre un ravin courbé de cieloiseaux d’un même songeoù le fil prend ses nœuds à l’invisible L’ange de large témoin rassemble sa beauté sous l’obscuritédu temps. Entre ses cheveluresla terreendormie fragile au bas de l’univers comme la pâleurd’une croix laissée comme le combat des larmes et de la mer comme un... [Lire la suite]
jeudi 9 mai 2013

BRUNO RUIZ

Homme hésitant Homme d'ondée Creuse la mer Jusqu'au désert Sois l'évident Cercle fermé Dans le concert De l'univers Homme hésitant Dans tes forêts Cherche dans l'air Le chemin clair La part du temps De nos aimers Pèse l'amer Poids de l'hier Homme hésitant Homme d'ondée Creuse la mer Jusqu'au désert   .   BRUNO RUIZ   .        
Posté par emmila à 20:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 7 mars 2013

POESIE NOMADE ...Extrait

La terre a le feu dans les veines dans ses veines d’argiledans ses artères de silexet ses branchies de marnes doucesoù l’eau du ciel vient affleurerimmense ovaire incandescenttu déposes sur tes muqueusesles sels les cristaux les oxydesque s’en viendront féconderles gens les bêtes et les plantestriomphante pulsationet mille fois répercutéeanimant le moindre atomedans sa lutte contre la mortl’univers a le feu dans le sang   .   PIERRE ETIENNE   .        
Posté par emmila à 19:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 5 mars 2013

LE LIVRE DES QUESTIONS...Extrait

« Être l’univers, les saisons des vocables bercés, réconciliés ; être le silence dans le repos des vocables et au-dessus de leurs luttes sanglantes ; car, souvent, les mots sont des arcs, les paroles des flèches, lumineux ou obscurs. Le sens à ces guerres ? Une bataille décisive où les vaincus que la blessure trahit, décrivent, en s’affaissant, la page d’écriture que les vainqueurs dédient à l’élu qui l’a déclenchée à son insu. En fait, c’est pour affirmer la suprématie du verbe sur l’homme, du verbe sur le verbe que le combat a lieu.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 26 décembre 2012

VISION

Frémissement d'un rideau immense, voile dressée qui accapare tout l'horizon, drap, linceul (de qui ? le nôtre ?) dont les plis sont devenus mouvants. Quel corps s'anime-t-il derrière la surface blanche qui sépare deux mondes, tel l'épiderme du fleuve au contact de deux éléments ? L'enfant est apparu, d'où sortait-il ? je ne l'ai jamais su. Il jouait d'une petite flûte. Au fur et à mesure qu'il avançait sa mélodie, le grand rideau ondulait davantage. A la fin il se fendit du haut jusqu'en bas. Ici ce n'était plus Amphion, le demi-dieu... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 7 décembre 2012

CANTIQUE D'EVE

Je connais l’harmonie du monde Je sais le secret des couleurs Comment les formes s’épousent, se combattent pour mieux s’aimer Je sais leur germe et leur millénaire maturation Je sais leur mort Je sais leurs musiques Toutes les musiques de l’univers Le grand rut de la mer Toutes les voix du vent. Les sources, leurs glaciers secrets et leurs sommeils Leur réveil terrible les jours de débâcle Je sais Les voix des étoiles, je les ai si longtemps écoutées Qu’elles ont fini par me parler Je sais la petite voix des herbes... [Lire la suite]
mercredi 26 septembre 2012

PAUL ELUARD

Tous et toutes grains de sable impalpables dans le vent Tous et toutes étincelles sous une ombrelle de feu Sommes-nous hommes et femmes de ces enfants que nous fûmes Le vent s'est désorienté la lumière s'est brouillée Un rien nous tient immobiles réfléchissant dans le noir . . . PAUL ELUARD . . . Oeuvre Mario Sanchez Nevado  
Posté par emmila à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,