samedi 3 juin 2017

L'ARIDE DESIR DE SIGNIFICATION

Une demeure se construit une autre s'use les livres tombent en poussière tout se mélange dans le discours du bavard négligent temps-sable coule fêtes vendanges anniversaires le silence épaissit la lumière ciel amplifié temps nul qui tisonne sa braise dans la pupille du veilleur il est toujours possible de chiffrer le désastre ou l'échange arithmétique chaque langue tas de pierres et tas de mots chaque temple ignorons à jamais ce qui entrave car le vent souffle éternel sur l'aride désir de signification   .     ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

jeudi 18 mai 2017

UNE JOURNÉE BIEN REMPLIE... Extrait

Beauté, ce grand espace tout noirOù l’homme s’avance les yeux fermésUn bouquet de coquelicots jeté sur l’épauleCe mauvais air qu’on souffle sur les âmesLe bruit des songes qui épouvante le mondeJamais ne me feront oublier, Beauté,Ton regard trop brillant, ta gorge blanche, tes bras.La terre me retient d’une main tremblanteCar la mort est un dur voyage pour l’homme seulQuand Dieu se fait vieuxEt n’est plus fidèle aux rendez-vous qu’il donne.Déjà le radeau de la chance se soulèveLe vent de la chance tourneL’abîme me prend par le bras,... [Lire la suite]
mercredi 9 novembre 2016

REGAIN DU SANG...Extrait

Midi muet sous l'ombre familière d'un noyerChardons jachères en fleursRien n'est étranger à l'absenceEt rien ne garde sa mesureLa faim est lente l'envol long à venirNous ne savons pas dire l'usure des mains amiesMidi muet sous l'ombre familière d'un frêne .   EMMANUEL  DAMON   .      
Posté par emmila à 20:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 3 juin 2016

BOUTHAÏNA AZAMI

Monde de certitudes. Inconciliables. Où la censure prend d’insoupçonnables visages. Plus hideux les uns que les autres. Je n'en ai pas pour autant perdu mon âme d'enfant. J'irai en semer la rosée en terre autre, avant que ne m'use cette solitude que je braque, plus que jamais, vain bouclier contre une indécence grandiloquente qui, chaque jour, me saute au visage. L'innocence n'est jamais qu'un défi. Que je ne perdrai pas.   .   BOUTHAÏNA AZAMI   .   Photographie Claire Gothié
samedi 14 mai 2016

L'ODE AU TEMPS QU'IL NOUS RESTE...Extrait

Le temps passe et nous te regardons depuis le nid ancien,comme un coquelicot dont les premières sèves ne s’oublientFleur fragile aux allures d’arbre, souriante sur nos désordres, pluies incessantes de la belle usureD’elle ou de moi, à qui ressembles-tu quand tu regardes de si près tes pasOù t’en vas-tu, si belle, dans le vaste couloirVers quel amour, quel labyrinthe choisiFier de toi ou orgueilleux de moi-même,combien me faudra-t-il de livres pour que cessent mes doutes et cette peur de te voir tomberNous te savons fidèle à tes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
dimanche 26 octobre 2014

LES ESCALIERS

Foulés sans cesse, les escaliers cabossés, usés, déroulent une histoire à chaque marche. Des milliers de pas légers ou plus lourds les ont dévalés, pressés de rejoindre un amour. Des dizaines de fois de joyeuses descentes et remontées d'enfants ont  été martelés, musclant les petits mollets. Plus difficile, l'ascension journalière mais obligatoire, d'une vieille dame qui a contribué à lustrer la pierre, posant ses pieds toujours au même endroit...L'Automne les habille de feuilles finissantes, un instant protégés, un moment de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 26 février 2014

LE BONJOUR ET L'ADIEU...Extrait

 (…) Quel est ton nom ?je suis l’usure des corps des pierres de l’ombremême de l’ombreje suis l’auxiliaire de la beautévous me saluez parfoissi vitela tête vous tournerait peut-être ?j’active la poussée des feuillagesvous ne dominez plus vos arbreseux aussi vous oublientje suis cette bouffée de tendressedans les corps la brume des regardsqu’ils reposent en paix !les voix se perdent dans l’espaceaccostent à la rive comblée de gravatslà le festin se déroulec’est toujours autour d’une tableque l’attente se fait... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 25 janvier 2014

CE A QUOI ON S'OPPOSE PERSISTE

Je suis là   je rêve  je pense j’aime à ne rien faire par moment j’aime perdre mon temps en pensant « ce à quoi on s'oppose persiste » tout le temps    je pense au temps au temps qui passe et s’écoule le temps   du sablier sans fin coule insensible le sable  et le sablier déverse sans état d’âme son flot de temps   avance à son rythme infatigable  l’immédiat le conduit   l’usure du temps à la fixe éternité est repère    .   JACQUES BASSE ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 22 octobre 2013

TRAITE DU SAVOIR-VIVRE A L'USAGE DES JEUNES GENERATIONS

 « Que reste-t-il d’étincelle humaine, c’est-à-dire de créativité possible, chez un être tiré du sommeil à six heures chaque matin, cahoté dans les trains de banlieue, assourdi par les fracas des machines, lessivé, bué par les cadences, les gestes privés de sens, le contrôle statique, et rejeté vers la fin du jour dans les halls de gare, cathédrales de départ pour l’enfer des semaines et l’infime paradis des week-ends, où la foule communie dans la fatigue et l’abrutissement ? […] De la force vive déchiquetée brutalement à la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 01:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 27 novembre 2012

AGNES SCHNELL

Par la fenêtre ouverte la lumière pénètre avec le songe. L’heure est aux mains fermées en rupture avec la voix apprise et les masques si lourds à porter. Poids de sable en vain remué ou doux effacement des révoltes usées ?   .   AGNES SCHNELL   .  
Posté par emmila à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,