dimanche 20 décembre 2015

SINON CHANTER...Extrait

Tout commence par un refusdes voix impératrices,de la réalité poisseuseFureurInsoumissionNon, je ne dirai pasles cailloux pointus du cheminavec nos traces d'escargotsverre brisé, papiers salisJe sais pourtant le goûtdes pointillés du quotidien,dérisoires et lumineux:claires nuances de l'herbe,imperceptibles frissons des pétales,rayons où dansent les poussièresfascinant le regard.Mais je cherche plus haut,l'extase, peut-être,la rumeur immense de l'airJ'appelle le chant pur,le lyrisme royal et bâtisseurJe ne veux pasdu fragmenté, du... [Lire la suite]

lundi 21 septembre 2015

LE CORPS UTOPIQUE - LES HETEROPIES...Extrait

Peut-être faudrait-il dire aussi que faire l'amour, c'est sentir son corps se refermer sur soi, c'est enfin exister hors de toute utopie, avec toute sa densité, entre les mains de l'autre. Sous les doigts de l'autre qui vous parcourent, toutes les parts invisibles de votre corps se mettent à exister, contre les lèvres de l'autre les vôtres se mettent à exister, contre les lèvres de l'autre les vôtres deviennent sensibles, devant ses yeux mis-clos votre visage acquiert une certitude, il y a un regard enfin pour voir vos paupières... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
samedi 7 avril 2012

APHORISMES...Extrait

Pourquoi faisons-nous l'emprunt de nos joies et de nos souffrances avant de les vivre ? .   L'espérance, cette part du sens, qui n'a que l'absence pour devenir un astre.   . Le temps voile une histoire du monde: quand il n'avait que la largeur d'un sourire jouant avec le vol d'un oiseau.   . Quand l'utopie, ce pas qui garde l'horizon, ne parvient plus aux rives pour leur donner un sens le rêve  froid. Vient le temps d'éclairer la page où l'on entend le signe entre ses figures. . . . GENEVIEVE CLANCY ... [Lire la suite]
vendredi 10 juin 2011

STOP

Inadmissible insupportable inacceptable Tout ce qui ne passe pas à un moment donné Dans la poche percée de Rimbaud te révolte   Oui à la vie comme à une feuille blanche Oui à la fringale de l’imagination A la quête du rien qui peut tout Même si cruel Oui à l’eau patiente du sentiment Au ruisseau de la passion A l’utopie foisonnante qui fait ses ronds dans les remords .   CHRISTOPHE FORGEOT .    
Posté par emmila à 13:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 6 mai 2011

JUSTE LA

Dans la paisible douleur qui te perturbequand tu saisis au loin comment vibre ou halètel’innocence de l’autredans la désolation muée en chrysalidedans le silence plein de mots non-nésdans le creux des pleurs imméritésdans ton absence de dieuxdans l’acceptation de tes meilleures peursdans tes cendres d’utopiedans ta foi de malgré / de toutefoisjuste làprécisément là se cache / résiste / demeurela caverne profonde / inexpugnableque certains / quelques-unsdisent être la conscience   .. . . MARIO BENEDETTI . . . Oeuvre... [Lire la suite]
mardi 31 août 2010

CHEVAL COUCHE...EXTRAIT

                                                                             Odeur, rebelle, animale                              de l’amour dans la poésie      ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 14 octobre 2009

DEUX HEURES ET DES POUSSIERES

A constater l'ampleur du vide et du silence... à nous voir manquer, et fléchir, nous abîmer. A éprouver nos attentes jamais comblées, nos espoirs trompés, nos ombres trahies de lumière. On se demande toujours où ça va, tout ça. Le défilé des heures, pourquoi ? Le germe des crépuscules, comment ? Et avec quelle ration de doutes appréhender l'histoire? Quand nous avons pour provisions, des souvenirs que nous ne savons plus lire et ces quelques sillons semant nos trames au coin des yeux teintés de ciel.   A nous reprendre et à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,