jeudi 7 mai 2020

POEMES A SAMUEL WOOD....Extrait

Ecoutez-le qui grignote à petit bruit, admirez sa patienceIl cherche, cherche à tâtons, mais cherche.Saura-t-il du moins mettre en ordre,Débarrasser, décrasser, les coins et les recoinsDe cette tête encombrée qui est la sienneOù il tourne en rond sans trouver sa voix,Sinon quand le vent souffle à travers bois,Que la mer roule fort, couvre d'écume les digues,Quand la nature met la langue à sa rude écoleEt lui enseigne des harmonies sauvages,Suaves aussi parfois comme la flûte d'un oiseau,Qu'elles viennent de cet oiseau même ou du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mercredi 15 avril 2020

L'OR DES MINUTES...Extrait

" Les mâts geignent sous les voiles,Doucement, Et bercent dans le gréementLes étoiles. Et le roulis est si doux, Si tranquille, Que le pont semble immobileDevant nous, Et qu'à travers le ciel libre,Au vent frais Où l'écheveau des agrèsTremble et vibre, On dirait que, dans l'air bleu,Oscillante,C'est toute la nuit qui, lente,Roule un peu... A peine si la mer grondeAux bords sourdsD'un récif que bat toujoursL'eau profonde. L'humble odeur des foins fauchésDu rivageGlisse avec l'odeur sauvageDes roches. L'ombre est orageuse et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:54 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
dimanche 5 avril 2020

TECTONIQUE DE LA FEMME...Extrait

Tu me caches quelque chose… Quelque chose de bien plus bas que la terre, une entrée dans tes pieds, une autre dans ta gorge. Tes pieds, ta gorge s’ouvrent, mais jamais par ces entrées qui mènent au flamenco… Quand bien même te couperais les pieds, te trancherais la gorge, ne trouverais ce chemin que ton dieu seul connaît… Tu me caches quelque chose… Quelque chose de bien plus bas que la mer… J’y enfonce mes genoux, mon poitrail et ma tête à la suite et tu m’as bâillonné pour que je ne crie pas… je voudrais te rejoindre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 22 mars 2020

JUDITH CHAVANNE...Extrait

Chutent les pétales du cerisier, ailleurs, un enfant naît ; de légers pétales dans le vent, une déflagration pour la femme de douleur, douceur infinie comme doit l’être le velours des fleurs. Le cerisier naît peu à peu à son été, l’enfant à la vie, soudainement ; c’est l’événement d’un jardin un instant et de qui le regarde, l’évènement d’un âge, de toute une vie durant. Mais la femme est présente au pétale comme à l’enfant. Avec le temps, s’approfondit l’espace de résonance ; il n’y a peut-être pas de moindre ni... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mardi 18 février 2020

LES ENCRES DU SANG

  Tu sais que l'ombrede cette brindille d'herbeest pur oret que ces gouttelettes de rosées'offrent étoilespour éclairer tes pas Ralentis donc ta marcheprépare ta respiration à l'ascensionregarde comme se dressent tous ces railsvers le rire d'un verre de soleilbien chargé de souvenirsd'images amusantes oubliéesque les dunes en espiègles peintreste redessinent aux couleurs du ventqui sait faire chanter et danserles encres du sang . . . . . ©MOKHTAR EL AMRAOUI « Dans le tumulte du labyrinthe »   . . .   ... [Lire la suite]
jeudi 16 janvier 2020

NADIA TUENI...Extraits

Et mes yeux sont un port d'ou partent les naviresdont on dit qu'ils sont beauxcomme un enfant qui pleuredans la nuit des miroirs. ... La mer se cache dans ses eauxLe vent est un fardeau de prince, mais la lampe et la nuit s'en vont en chuchotant, écoutent la respiration des mémoires. ... O que la vérité est menteuse,car l'infini de l'eau est démenti par le sable.Tout n'est si beau que parce que tout va mourir,dans un instant...   ... Je ne préfère rien aux vérités de l’eau, aux coups de vent chargés des embruns de la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

lundi 7 octobre 2019

AFIN QU'IL N'Y SOIT RIEN CHANGE

Tiens mes mains intendantes, gravis l'échelle noire, ô dévouée ; la volupté des graines fume, les villes sont fer et causerie lointaine.Notre désir retirait à la mer sa robe chaude avant de nager sur son cœur.Dans la luzerne de ta voix tournois d'oiseaux chassent soucis de sécheresse.Quand deviendront guides les sables balafrés issus des lents charrois de la terre, le calme approchera de notre espace clos.La quantité de fragments me déchire.Et debout se tient la torture.Le ciel n'est plus aussi jaune, le soleil aussi bleu.L'étoile... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 7 octobre 2019

LE PIRATE

Et lui dort-il sous les voiles il écoute le vent son complice il regarde la terre ferme son ennemie sans envie et la boussole est près de son cœur immobile Il court sur les mers à la recherche de l'axe invisible du monde Il n'y a pas de cris pas de bruits Des chiffres s'envolent et la nuit les efface Ce sont les étoiles sur l'ardoise du ciel Elles surveillent les rivières qui coulent dans l'ombre et les amis du silence les poissons Mais ses yeux fixent une autre étoile perdue dans la foule tandis que les nuages passent... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 31 juillet 2019

LIBERTAD

No quiero cantar mas de amor, no quiero hablar mas de abrazosNo tengo miedo del desierto, de las luces lejanas, de las noches mas negras y del mar sin colorQuédateEn el silencio nace el sol, y del silencio nace el llantoMilagro de la madrugada, de tu cuerpo callado, salen barcos y niebla, salen mundos enterosQuédateLibertad. Quédate como el viento entre mis manos, quédate como el baile de los brujos gitanos, quédate como el rio que arraiga la luna, como las nubes que galopan en la vieja laguna.     .     ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 1 juin 2019

SYLVIE MEHEUT...Extrait

Et tout disparaîtra dans un vent de meriseL'étang aux farfadets La palombière griseLe grand ciel héliotrope revenu d'Erythrée L'arabesque des voix carrossant la valléeLe casaquin de soie glissant sur la glycine   Et tout disparaîtra dans un vent de meriseLes fièvres aluminesLa mâture du soirLa capitainerieLe col du Saint-Gothard Et l'encens des collines   Et tout disparaîtra dans un vent de meriseLes caravelles d'orLes secrets de Solyme L'essence purpurine des quarante aurores La mort aux lèvres... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,