jeudi 20 avril 2017

LEXIQUE

Je ne trouve pas le verbe Correspondant à dérision Juste l’adjectif, dérisoire, je triture Dérisoire des rasoirs désiroir Invente des désirs à tiroirs rasoirs Tranchants comme des lèvres qui se pincent Où se coupent les mots Est-ce que la dérision C’est le rire Quand il finit Ou l’inverse de Désirions   .     ALEXO XENIDIS   . Photographie Chris Maher
Posté par emmila à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 8 avril 2017

RETENUE

Ce qui est bien à toi d’étrange, de paradoxal, particulier, marquant la résonance de ton verbe, tu ne l’as pas en poche, ni au cœur, mais dans le sang à la fluidité et au rythme si variables. La poésie peut-elle constituer l’horizon, et partant, le désir de t’en approcher, être un havre quand le sang de victimes répandu sur les jardins, coule partout, quelquefois près de nous dans l’hexagone ? Quelle unité formeront ces fragments de désarroi que par réflexe l’on continue à nommer poèmes ? Ils sont conscients de n’être que vide... [Lire la suite]
samedi 25 mars 2017

HIMOUD BRAHIMI

Si j'avais à choisir parmi les étoiles, pour comparer, le soleil lui-même ne saurait éclipser la lumière du verbe que tu caches aucun lieu sacré, ni aucune capitale ne saurait réunir ce que chaque matin le lever du jour t'offre comme guirlande. Là où le poète dit ce que le coeur enfin fait savoir tout alentour. Là où le poème, comme une miche de pain caresse la faim de l'intelligence. Là où la confession à tendance à se dépasser pour le bien du prochain. Là où la musique enchante le vent et fait danser les vagues et les... [Lire la suite]
mercredi 7 décembre 2016

ATTENDEZ...

Attendez, je n’ai pas dit mon dernier mot ni déchiré tous mes livres, il me reste un cœur fugitif qui chevauche une langue inespérée, un verbe escaladé au petit jour, des secousses d’images dans ma nuit végétale. Attendez, je n’ai pas salué tous les hiboux silencieux de mes forêts, ni bu le sang bleui de mes vampires, l’or de ma mémoire scintillant sur la lande endormie. Non je n’ai pas épuisé toutes mes barques du désir ni bu l’alcool de chaque vigne, je n’ai pas exploré toute l’exactitude des heures ni relevé tous les axes du... [Lire la suite]
jeudi 24 novembre 2016

NE PAS TE NOMMER

Ne pas te nommerToi qui esDe toute arithmétiqueL’unique dissidence Tu dansesDans l’enfilade bleueDe ma mémoireÉmargeant de tes voeuxL’échelle de la joie À la fenêtre offerteLa digue se balanceEt le môle en riantÉperonne la mer Vois comme tout s'achemineAu large de l’hiverSous l’archet sémillantDe la prime espérance L’amour est insensé ONe pas te nommerToi qui esDe toute certitudeL’unique arborescenceL’infini retrouvéLe verbeLa fragranceL’embrasement secretDes lignes méridiennes ONe pas te nommerIl suffit... [Lire la suite]
dimanche 17 avril 2016

LE ROMAN INACHEVE...Extrait

... Ici commence l'enchantement du verbe et la malédiction des poètes Regardez regardez ces enfants qui s'en vont dans la vie avec des sifflets et des cymbales Ils jouent avec le feu Ils font les sans-coeur mettent le désordre Ils mêlent tout Ils gâchent tout avec délice Ils se sont munis de la crécelle des lépreux Un raffut du diable et je méprise qui regarde où il met ses pieds Les trompettes ne sont pas faites pour les chiens Et si j’aime marcher moi dans les flaques d’eau Voyez voyez ces enfants ridicules et grandioses... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

jeudi 25 février 2016

LE LIVRE DE L'ABSENT...Extrait

Je crois à la mission de l’écrivain. Il la reçoit du verbe qui porte en lui sa souffrance et son espoir. Il interroge les mots qui l’accompagnent. L’initiative est commune et comme spontanée. De les servir - de s’en servir -, il donne un sens profond à sa vie et à la leur dont elle est issue. Ce temps est loin, trop près. Moi, Serafi l’absent, je suis né pour écrire des livres. (Je suis absent puisque je suis le conteur. Seul le conte est réel.) J’ai fait le tour du monde de l’absence. _ J’ai parlé leur langue - qui est leur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
lundi 19 octobre 2015

TESTAMENT

La poésie doit dire quelque chose. Dire quoi ? Le malheur cueilli par Dieu dès l’enfance ? Le voile blanc d’une aube désertant la mémoire ? Une silhouette rivale et une ombre muette ? L’expérience de la compassion, autre énigme de la bonté ? Que me veut la poésie ? Me racheter ? Rencontrer Dieu chez mes ennemis Paradoxe…Dieu est l’ennemi. Absent, laid, haineux, Dieu est la foudre de l’âme Il la traverse de haut en bas comme les longs arbres Dont les racines s’immergent dans les marais Dans la voix du poème, Le vers sortent... [Lire la suite]
dimanche 21 décembre 2014

A UNE SERENITE CRISPEE

Au commencement était la peur, puis la résistance à l’objet de la peur,ensuite le verbe, le secret et les autres occurrences. (Je metsle chant côte à côte avec l’illusion , où il vous plaît de les placer.)     RENE CHAR       Oeuvre Jaya Suberg    
Posté par emmila à 22:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 10 février 2014

RESSUSCITER LA PAROLE

Un éclair a foudroyé le miroir de mon cœur Chaque lettre est une étoile de la galaxie Allumant pour toujours le feu amoureux Chaque étoile est une lettre que je trace Je renais en réécrivant la vie de la vie Donnant à voir l'image de l'arrière-théâtre L'envers du monde et sa source originelle Je chante l'authentique floraison du verbe Que puis-je moi seul par rapport à qui je suis Mon cœur est tout entier entre vos mains pures Le germe de la vie est au cœur de chacun Qui peut être réveillé par le regard de l'autre Je dirai la... [Lire la suite]