mardi 25 avril 2017

LE TEMPS RETROUVE....Extrait

 La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c’est la littérature ; cette vie qui, en un sens, habite à chaque instant chez tous les hommes aussi bien chez l’artiste. Mais ils ne la voient pas, parce qu’ils ne cherchent pas à l’éclaircir. Et ainsi leur passé est encombré d’innombrables clichés qui restent inutiles parce que l’intelligence ne les a pas "développés" . Notre vie, et aussi la vie des autres. Le style pour l’écrivain, aussi bien que la couleur pour le... [Lire la suite]

lundi 24 avril 2017

REINVENTEZ-VOUS...

Pas de meneurs, s’il vous plaît Inventez-vous puis réinventez-vous, ne nagez pas dans le même bourbier inventez-vous puis réinventez-vous et libérez-vous des griffes de la médiocrité. Inventez-vous puis réinventez-vous, changez de ton et de forme si souvent qu'on ne pourra jamais vous cataloguer. Ressourcez-vous et acceptez ce qui est mais uniquement selon les termes que vous avez inventés et réinventés apprenez par vous-même. Et réinventez votre vie parce qu'il le faut ; c'est votre vie et son histoire et le présent... [Lire la suite]
mercredi 19 avril 2017

UN ROSSIGNOL DANS UN ARBRE...Extrait

Une cabane dans un arbre se souvient de rires d'enfants. Elle fut construite par des mains malhabiles et par des cœurs trop grands. Des oiseaux y nichent - souvent....   .   DANIEL LEDUC   .  
Posté par emmila à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 19 avril 2017

ETAT DES LIEUX

Maintenant Je laisse ma vie fuir son cours Les heures filer dans mes doigts le sable s’entasser sous mes dents le vent Vide façonner mes dunes y bâtir des escaliers à dévaler revenir Aux sources du mal en avaler les boues Dosant habilement les vins aux goût de bois Les drogues licites des pharmacies leurs bulles opiacées leurs benzos Car je sens qu’il ne vaut mieux pas que je reprenne conscience Tout à fait Ni que la colère flambe ni qu’elle prenne une perfection de symphonie Giclant d’un seul envol de violons et de bois Ni que je... [Lire la suite]
lundi 17 avril 2017

VOYAGE A TRAVERS UNE NEBULEUSE

 Je ne peux remettre l’amour à un autre siècle je ne peux pas même si le cri s’étrangle dans ma gorge même si la haine éclate crépite brûle sous des montagnes grises et des montagnes grises Je ne peux ajourner cette étreinte qui est une arme au double tranchant d’amour et de haine Je ne peux rien ajourner même si la nuit pèse des siècles sur mes épaules même si tarde l’aurore indécise Je ne peux remettre ma vie à un autre siècle ni mon amour ni mon cri de libération Non je ne peux ajourner le cœur.     .   ... [Lire la suite]
vendredi 14 avril 2017

L'ARBRE ILLUSIONISTE

Couronné du chatqui vit dans son ombrel'arbre au bord de la rivièrel'arbre aux cent brasaux mille mainss'ébroues'étirese rengorgeCar c'est le jour enfinle jour soudainqui le constellecharriant roulant brisantdans sa rumeur de pépiementsdes pépites impondérablesAlors le spectacle commenceRegardeune mésange bleueentre dans l'une de ses mancheset c'est un merle en habit de soiréequi sort d'une autrePenche-toi comme il se penchevers son image entre deux eauxtu verras comment il changeses feuilles en ablettesson feuillage en OphélieMoi qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

vendredi 14 avril 2017

COLETTE GIBELIN...Extrait

Nous cherchons ce lieu de vertige où les rumeurs de la vie s’irisent de lumière, ce lieu de nulle part, oiseau fulgurant et avide, étrange et mauve, aux ailes déployées vers l’absence et le rêve. Chasseurs entêtés de l’ailleurs, nous flottons, îles de solitude au-dessus des grands fonds où grouillent tant de présences que le regard évite. Ici, le monde est plein. Le monde craque, éclate, pourrit. Le monde étincelle et jaillit. Ici. Le silence nous lance le cri des fontaines. Ici. Nous ne l’entendons pas,insensés que nous sommes,... [Lire la suite]
mardi 11 avril 2017

LA VIE DONC...

La vie doncn'est jamais au centreet c'est dans les banlieues de la penséeque s'invente le monde.Le désir que voulez-vousdéfait les draps,ce qui n'est pas comblébouge comme l'amouret ne demandez pas au ventde se tenir dans la cage. Voyez vos villesleurs banlieues sont brutalescomme la soifau bord du puits. Voyez le matincomme il brise l'ombrepour gagner sa clarté. Voyez vos mainscomme elles tremblentautour de vos chagrins. Ne cherchez pas la beautédans la colèremais la véritéque vos gesteslonguementont bâtie. . ... [Lire la suite]
mardi 11 avril 2017

CHRISTIANE SINGER...Extrait

Quand je parle d'un a-théisme aimant,Le "a" privatif interdit toute représentation...Ce n’est pas un contenu que j’ai à transmettre :Chaque âme est d’une telle richesse !Il faut que cette richesse soit réveillée…La vie est tellement généreuse : on ne peut pas passer à côté.On ne peut pas passer à côté de l’automne, de la neige quand elle tombe…Tout reflète de la PrésenceNous sommes dans une société qui nous distrait en permanence de l’essentiel.Nous sommes hors de nous !Nous ne sommes pas mis en relation avec cette profondeur en... [Lire la suite]
mardi 11 avril 2017

IDLIB

Je vous prie laissez-moi Me semer sur le cœur une poignée de nigelles de Damas Bleues d’air Une poussière qui frissonnerait Que mes doigts deviennent racines et poussent Jusqu’à toucher la voix enfouie des cèdres aux branches en prière Que j’entende enfin La vie La sourde pulsation la source La lumière faufilée dans les ferrailles muettes Ce qui reste du monde Dans l’après   .   ALEXO XENIDIS   .   Oeuvre Omar Delawer    
Posté par emmila à 20:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,