lundi 15 avril 2019

DE BOIS ET DE CORDES

  cèdretilleulmerisierdes cordes de bois qui flottaient sur les rivièresaux cordes tendues sur le bois des guitaresdes voies navigables à la navigation en ligneaulneérablepalissandrede la musique des forêts à celle des villesdes accords les plus simples aux longs solosdes soirs d’hiver aux jours d’étéfrêneébèneacajouau confluent des âges et des tempsjouer penser travailler de ses mainspasser de l’inerte à la vibration des choses     .     JEAN PERRON http://lafreniere.over-blog.net/    . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 13 avril 2019

MARIN MON COEUR...Extrait

... Nous avons coutume ici d’accueillir des enfants, c’est-à-dire de les mettre au monde comme ailleurs on capture des éléphants sauvages. Ceux qui capturent les éléphants sauvages afin de se les approprier se doivent de développer une argumentation suffisamment forte pour convaincre l’éléphant que sa vie en captivité sera mille fois plus belle que celle qu’il aurait pu vivre à l’état naturel. Cette argumentation prenait chez les Thaï la forme d’un poème forcément long car bourré de mensonges et le poème prenait forcément... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
jeudi 11 avril 2019

LES GENS QUI DOUTENT

J'aime les gens qui doutentLes gens qui trop écoutentLeur coeur se balancerJ'aime les gens qui disentEt qui se contredisentEt sans se dénoncer . J'aime les gens qui tremblentQue parfois ils ne semblentCapables de jugerJ'aime les gens qui passentMoitié dans leurs godassesEt moitié à côté . J'aime leur petite chansonMême s'ils passent pour des cons . J'aime ceux qui paniquentCeux qui sont pas logiquesEnfin, pas comme il fautCeux qui, avec leurs chaînesPour pas que ça nous gêneFont un bruit de grelot . Ceux qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 02:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 10 avril 2019

NU

  Nu, j'ai vécu nuNaufragé de naissanceSur l'île de MalenfanceDont nul n'est revenuNu, j'ai couru nuDans des vignes sauvagesNourri de vin d'orageEt de corsages émusNu, vieil ingénuJ'ai nagé dans tes cieuxDepuis les terres de feuJusqu'aux herbes ténuesNu, j'ai pleuré nuDans la buée d'un miroirLe cœur en gyrophareQu'est-ce qu'on s'aimait... Samu Nu, j'ai vécu nuSur le fil de mes songesCes tissus de mensongesMon destin biscornuMais nu, je continueMon chemin de tempêteEn gueulant à tue-têteLa chanson des canutsNu, je suis... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 9 avril 2019

LA PAROLE QUI VACILLE...Extrait

Dés la peaula caresse abolit l'inutile aux lèvres nuesjuste aux miennes baillées aux regardspuits secrets des longs chants de la terre aux frissons d'entre pluiessur avides ravines aux herbes que rienne peut foulerd'éternelaux herbes aux roséesfragiles et tendresqui nous unirent au temps d'entre deux notesoù musique fleuritsur nos bonheurstendue aux pasqui de tout me séparentou m'approchent selonl'instinct bleu des étoiles aux silences des paumesensemble reposéesdans la nuit à ce qui aurait pumais fit bien de ne pas à ce... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
samedi 6 avril 2019

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Ce que le vent traverse -- ton coeuret les nuages, l'enfance et tous tes rêves ; ce que le vent traverse -- la forêt sans chemin où le soleil transperce les feuillages ; ce que le vent traverse -- les yeux ouvertsdans le visage fermé de ce jour, cette tache rouge qui s'étend lentementsur ton oeil gauche comme pour le noyer de sang ; ce que le vent traverse -- ta voix, inaudible,tes pas,qui s'éloignent ; ce que le vent traverse -- le cri blancdes mouettes mortes sur le sable grisde cette plage ; ce que le vent traverse... [Lire la suite]

mercredi 3 avril 2019

MON TRESOR

A mes petits-enfants Mila, Emma, Cesare, Loreleï       Mon fils cherche un trésor. Il va finir par le trouver, j'en sais quelque chose. Le trésor, lui dis-je, est à l'image de ce mois d'avril, il ne tient qu'à un fil. Tout ce que tu as à faire pour le saisir, c'est de devenir un peu plus subtil. Et puis il y a le songe des autres pour t'aider à accomplir ton rêve éveillé. La prescription de La Fontaine par exemple, qui mêle la joie à la peine. Pour lui, il n'y a pas de trésor, ou plutôt si, et ce trésor n'est... [Lire la suite]
mercredi 27 mars 2019

CHRISTIANE SINGER...Extrait

Je suis Celle que rien n'arrêteJe suis Celle qui arrache aux morts leurs bandelettesJe suis Celle qui entre en trombe par les fenêtres ouvertesArrache les rideaux, décroche les volets Je suis Celle qui n'a peur de rienQui se lève et clame son indignation, sa colère devant les scandales du mépris Je suis celle que même la mort n'a pu faire mettre à genoux etQui court en enjambant les ruines Je n'ai jamais stagnéJ'ai reçu la vie de tous ceux et de toutes celles que j'ai aimé et que j'aimeIls marchent pieds nus dans mes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
lundi 18 mars 2019

A UNE TÊTE DE MORT

  Mon frère, d'où, viens-tu ? Dans quel siècle? Comment ? Que contint le cerveau qui fut dans cette boîte ? L'Infini douloureux ? ou la pensée étroite Qui fait qu'on vit et meurt sans nul étonnement ? Chacun presque, ici-bas, suit naturellement, Sans rien voir au delà du cercle qu'il exploite, La route de l'instinct si commode et si droite, Et toi tu fus ainsi jusqu'au dernier moment. Oui! mais comme eux aussi, à l'heure solennelle, Ne sachant rien des cieux, ô frère tu partis Les yeux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 16 mars 2019

EUGENIO MONTALE...Extrait

  Sans coup de théâtre Les saisons ont presque disparu. Tout cela n’était qu’un jeu trompeur des Esprits de l’Ether.- Il ne nous est pas possible de vivre par instants, par à-coups, par échappées et en escapades longues et brèves. Qu’on soit vivants ou morts, la balançoire ne pouvait durer plus que l’éternel le si fugace âge de notre enfance. Voici que commence le cycle de la stagnation. Les saisons ont fait leurs adieux sans salamalecs ni cérémonies, lasses de leur roulement. Nous ne serons plus tristes ou... [Lire la suite]