mardi 7 juin 2022

10 000 ème message .... ! DE SANG ET DE LUMIERE...Extrait

  Je tiens à remercier les lecteurs, les écrivains , les poètes pour le soutien et l'intérêt porté à ce blog qui atteint aujourd'hui son 10 000 ème message...Et ce , après 14 ans de présence auprès de tous... . . . « Je veux une poésie du monde, qui voyage, prenne des trains, des avions, plonge dans des villes chaudes, des labyrinthes de ruelles. Une poésie moite et serrée comme la vie de l’immense majorité des hommes. Je veux une poésie qui connaisse le ventre de Palerme, Port au Prince et Beyrouth, ces villes qui ont... [Lire la suite]

lundi 6 juin 2022

QUAND VOUS SEREZ AU MILIEU DE LA GRANDE VIE PAYSANNE

  "Quand vous serez au milieu de la grande vie paysanne Au milieu d'un champ dans les loins Ou au cœur d'une forêt en automne, Vous comprendrez qu'il y a loin de vous Au cœur du monde Qu'il y a loin de votre coupe Aux lèvres de l'éternel, Et vous écouterez bruire l'automne Et vous entendrez les feuilles Tomber de vos arbres intérieurs Vous entendrez la voix de la Terre Et le présent vous sautera aux yeux Croyez en l'extase des nuages Qui traversent les grands horizons Au petit vent du soir Au cœur de l'été chaud... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
lundi 6 juin 2022

POTEAUX D'ANGLE...Extrait

N'apprends qu'avec réserve. Toute une vie ne suffit pas pour désapprendre, ce que naïf, soumis, tu t'es laissé mettre dans la tête – innocent - sans songer aux conséquences. Dans une époque d'agités, garde ton andante. En toi-même redis-toi toujours : « Davantage, davantage d’andante », tâchant de t'amener où il faut que tu arrives. Sinon, précipité, tout devient superficiel. Les indignés du moment n'y échappent guère. Avec tes défauts pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu'irais-tu mettre à la place ? Ne laisse... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 5 juin 2022

BAUDELAIRE MÉCONTENTE NIETZSCHE

  C'est Baudelaire qui postdate et voit juste de sa barque de souffrance, lorsqu'il nous désigne tels que nous sommes. Nietzsche, perpétuellement séismal, cadastre tout notre territoire agonistique. Mes deux porteurs d'eau. Obligation, sans reprendre souffle, de raréfier, de hiérarchiser êtres et choses empiétant sur nous. Comprenne qui pourra. Le pollen n'échauffant plus un avenir multiple s'écrase contre la paroi rocheuse. Que nous défiions l'ordre ou le chaos, nous obéissons à des lois que nous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 4 juin 2022

HILDEGARDE DE BINGEN...Extrait

Merci à Ananda . . "Dans le cosmos toutes choses sont interdépendantes, de sorte que le moindre de nos faits et gestes a des répercussions jusqu’aux frontières même de l’univers. La nature de ces répercussions dépend évidemment des actes eux-mêmes : s’ils sont positifs, ils agissent dans le sens de la régénération de la vie. S’ils sont négatifs dans le sens de sa destruction.'' - "L’énergie de nos actes se répand dans l’univers tout entier et l’univers, en retour, renvoie cette énergie vers la terre et jusqu’en chaque... [Lire la suite]
vendredi 3 juin 2022

AU RENDEZ-VOUS ALLEMAND...Extrait

Il y a des mots qui font vivre et ce sont des mots innocents Le mot chaleur, le mot confiance Amour justice Le mot liberté Le mot enfant et le mot gentillesse Et certains noms de fleurs et certains noms de fruits Le mot courage et le mot découvrir Le mot frère et le mot camarade Et certains noms de pays de villages Et certains noms de femmes et d'amis. . . . . . PAUL ELUARD Extrait du poème « Gabriel Péri », Au rendez-vous allemand, Paris, Éditions de Minuit, 1945 . . . . Oeuvre Gustav Klimt
Posté par emmila à 15:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 2 juin 2022

BESOIN D'IMMENSITE -662

Profitant de l’inattention du cielPour invoquer l’inconnuNues et désentravées comme une aubeSe lèvent mes penséesJ’aime à n’être pas immortelCela donne accès à l’humanitéL’être a besoin d’immensitéDe s’y fondreJamais seul avec les étoiles sans nombreSur les sommets enneigés du monde De mon âme solitaire recouvrant les déserts La terre est mon trône, le palais de ma vie, la demeure de mon cœurCette terre chaude qui hante mes mains et mes lèvresQui s’effrite entre mes doigtsDernier berceau pour mon corps... [Lire la suite]
jeudi 2 juin 2022

THEORIE DE L'EMERVEIL

Voici, me levant ce matin, ce que je vois quand je regarde la mer : le cortège de tous ceux qui saventqu’on s’en va plus vite qu’il n’est temps de le remarquer la foule immense de tous ceux qui ne voulaient pasmourir de travaillerpuisqu’on a bien assez à fairede vivre pour mourir la grande marée des indifférentscalfeutrés dans leur cabaneen attendant que passele temps des maudits le déferlement des coléreuxqui n’en pouvant plusde se faire taper dessusse levèrent à leur touret sans tapersur ceux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
jeudi 2 juin 2022

CORINNE GRANDEMANGE ...Extrait

La volupté éclôt sur le grain du sensible quand, allongée parmi vous, herbes folles de l’imaginaire, la peau frissonne de cet éphémère fragile. Il suffit de fermer les yeux pour laisser glisser le souffle tiède du vent sur les paupières, et s’emplir des parfums mêlés de vos subtiles fragrances.Monte alors lentement du dedans la chaleur sensuelle de l’infiniment petit à être là au présent, dans ce grand tout qui un jour, le plus tard possible, chacun espère, recevra nos poussières de néant et les éparpillera au gré des courants... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
mercredi 1 juin 2022

OEUVRE DE FERNANDO PESSOA...Extrait

"Nombreux sont ceux qui vivent en nous ; Si je pense, si je ressens, j'ignore Qui est celui qui pense, qui ressent. Je suis seulement le lieu Où l'on pense, où l'on ressent." ... "Nous habitons la vie en hôtes, nous usons Pour un temps de son cours, D'un amour douteux, d'un bref sommeil, et d'un jour En mal de tous les jours." . . . . .  FERNANDO PESSOA . . . . .