mercredi 11 mars 2020

LA MAISON PRES DE LA MER...Extrait

 ... Ne me parlez pas du rossignol ni de l’alouetteni même de la petite bergeronnettequi trace dans la lumière des chiffres avec sa queue.Je ne sais pas grand-chose des maisons :je sais qu’elles ont du caractère, c’est tout.Neuves au début, comme les bambinsQui jouent dans les jardins avec les franges du soleil,elles brodent sur le jour des persiennes coloréeset des portes luisantes.Quand l’architecte a fini, elles changent,Elles se rident, ou sourient ; ou encore boudentceux qui sont restés, ceux qui sont partisd’autres qui... [Lire la suite]

samedi 7 mars 2020

TES YEUX INSULAIRES

Et je boirai tes rivièresLes lunes qui perlent aux agates de tes yeuxQuand tu baisses les rideaux de tes cilsSur tes bleus océans, Je boirai tes rivièresDéversées sur les grèves de tes sables clairsJe remonterai le cours de tes aiguièresPour puiser à la source de tes aquarelles, A l’épanchement de tes fenêtresLà tout au bord, je resterai                                                     ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
vendredi 6 mars 2020

JE M' ENVOIE ET TUTTI QUANTI...Extrait

Je m’envoie des fleurs des prés et des roses cardinales en bouquets, l’odeur de la terre sous les semelles du vent et l’herbe à laisser son jus sur les pieds. Je m’envoie le printemps et sa langue de sève à faire naître les bourgeons et les baisers, la rosée et la lumière du soleil en flacon précieux. Je m’envoie des billets doux et des rendez-vous secrets dans les alcôves du désir, les boudoirs libertins et la philosophie de Sade à s’y dire, je m’envoie les précieuses ridicules, toutes les mouches et les loups, la poudre blanche et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 22 février 2020

TOUTE MINUTE EST PREMIERE...Extrait

Écrire ? Oui, pour susciter présencede toutes les viessurtout les très minces étoile de merfourmi sur feuille de bardane et la feuille même. Peu, lentement, la vieaffleure au positifet se suffit. Sans glose.     .     MARIE-CLAIRE BANCQUART     .
Posté par emmila à 16:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 18 février 2020

HOMME MULTIPLE

  Ici le passé ne se transforme pas en avenircirconspect au pied de l’abîmetu as une part du succès qui a nourriles histoires de ta viele miracle est arrivétu as fait de ton mieuxen achevant le merveilleux de ta vieet justifié la poursuite du voyagele reste est un combat pour la survie de la mémoireune tentative de récupérer l’étincelle pour un autre tourmais des millions d’yeux se sont ferméset se sont réouverts.   .     LALI TSIPI MICHAELI     .   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mardi 18 février 2020

UN CHANT AUX PAS D'OISEAU

  Faut-il se dépouiller jusqu'à ce rien, cette racine nue,Ce trait de l'aube où le soleil se lève ?Mais ce sera de nuit,Les eaux du fleuve n'auront pas fini de nous dérouterQuand, soudain, quelques mots, à peine un souffle :Nous nous reconnaîtrons de ce paysDont le nom est hissé au faîte du silence. L'instant d'avant, tout était noir : l'ombre, l'oubli ;Mais déjà se dessinaient de grands signes inconnus dans les paumes de l'attente ;Le poème faisait provision de nocturnes lueurs, de bruissements d'ailes,D'instants fragiles... [Lire la suite]

lundi 17 février 2020

CHRISTIAN ARJONILLA...Extrait

Étoiles et poussières auront voyagéPour que des mots effleurent les mains et les yeuxTel éphémère mirage paraît la vieQuand le poète est de ce monde il s'y confronteAux signes aux lois visibles et invisiblesAux tyrannies du vertige et du provisoire   .   CHRISTIAN ARJONILLA     . Oeuvre Christian Arjonilla        
Posté par emmila à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 3 février 2020

ALEXO XENIDIS...Extrait

Tout se détraque,Quelquefois il faut peu de temps, le bébé juste né devientBleuCe qui n'est pas une couleur du catalogue homologuéIl est en conséquence classé au rebut, arrosé d'eau de javelPour qu'aucun misérable ne vienne le volerQuoi, j'abuse ? Regardez ces marchés où des parents viennent revendreLeurs petits adoptés, chats caractériels, nous avons fait ce queNous avons pu mais il lui faudrait un jardin où s'ébattre et nousSommes en appartementTout se détraque, tout, dès la première seconde, Ô Maman,Tu me... [Lire la suite]
vendredi 31 janvier 2020

ANNA MARIA CARULINA CELLI...Extrait

Est-ce de mon enfant l'ennuiDedansQui m'a laissée en proie aux fantaisiesJe cherche des histoiresDans la nuit noireEt même lorsque la lumière des joursÉcrase les imagesÀ grands coups de tambourJe vois le long des brèchesAux contours d'une ombre qui s'oublieUn visage accroché au murUne petite route sur un paysageDes cœurs de pierre roulant au fond des torrentsDes signes mystérieux creusés dans les galetsLa pâte feuilletée de la vieJe marche la tête en l'airTandis que là-haut les nuagesSur d'éphémères pagesMe font voir du paysSuspendue... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 22 janvier 2020

LE BOIS D'EPAVE

Il y a des lieux qui nous mènent ailleurs, un arrêt sur image, une page arrachée, une tache blême sur un mur où il y avait un cadre, le sillage d’un bateau, les murs d’un village, une ornière de boue, le sourire d’une plage, la fadeur d’une fadaise, la hauteur d’une falaise, un mot d’auteur. Mon chant est trop petit pour les oreilles du monde. Mes pieds boitent comme un verbe éclopé qui se conjugue mal. Le même paysage accroche les regards. Chacun le voit à sa façon. Je n’ai rien demandé, mais le malheur rôde autour de moi. J’ai... [Lire la suite]