dimanche 7 juillet 2019

ECRIRE A VUE...Extrait

  Souviens-toi des chardons que tu mangeais à cru dansle sommeil des combes Ta main hante l’ombre des herbesfouille la ligne des cœursdéjoue l’épine sous la fleur Tu mets du mauve à tes dents Tu regardes le fond d’épicéas tout pèse ici au pied de l’horizon Rien ne surgit plus que la buseconfinée en sa ronde Pour manger l’artichaut des pays par-derrièrel’artichaut vrai des jardins à climatsil faut crever la combe passer la pierre Tu gardes comme un charbon dans l’œilTout bataille tu relances la vieemportant sous ta robe les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 29 juin 2019

POEMES A LA NUIT...Extrait

 Merci Adélita     Et ils disent que la vie est un rêve :non pas ; pas seulement un rêve. Le rêve est une part de la vie.Une part confuse, dans laquellele visage et l’être s’acharnent l’un contre l’autre,se tressent l’un à l’autre,comme des animaux d’or,rois de Thèbes repris à leur mort (qui se brise). Le rêve est la traîne de brocart qui tombe de tes épaules,le rêve est un arbre, un éclat fugitif, un bruit de voix ;un sentiment qui commence et s’achève est rêve ; un animal qui te regarde dans les yeux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
samedi 22 juin 2019

YEHUDA AMICHAI

Je veux célébrer la louange de tout ce qui resteici avec nous et ne part pas comme les oiseaux migrateurset ne fuit pas vers le nord ni vers le sud et ne clame pas « Mon coeur est en Orientet moi en Occident ». Je veux chanter pour les arbresqui n’abandonnent pas leurs feuilles et souffrent le feu de l’été et le froid de l’hiveret pour les hommes qui n’abandonnent pas leurs souvenirset souffrent plus que les hommes qui abandonnent tout.Mais par dessus tout je veux célébrer la louangedes amants qui restent ensemble pour la peine et la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 18 mai 2019

EROSTASIE...Extrait

La cantate des amants Dans les feuillées du litLes prismes de la nuit À ciel ouvert les amantsComblent la terre de présents Leur peau transparenteFlotte au vent des caresses Ils ont mille bouches fauves à nourrirSe boivent jusqu’au fond des yeux Construisent des nids de feuentre les branches de leurs gestes Ils s’exaltent dans la tempêteEt se creusent de solitude et d’extase À travers aubes et forêtsIls se transforment en oiseaux bleus S’écoulent infinimentSans fatigue s’étirent Sur des routes de pluies chaudesOù danse... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
lundi 15 avril 2019

DE BOIS ET DE CORDES

  cèdretilleulmerisierdes cordes de bois qui flottaient sur les rivièresaux cordes tendues sur le bois des guitaresdes voies navigables à la navigation en ligneaulneérablepalissandrede la musique des forêts à celle des villesdes accords les plus simples aux longs solosdes soirs d’hiver aux jours d’étéfrêneébèneacajouau confluent des âges et des tempsjouer penser travailler de ses mainspasser de l’inerte à la vibration des choses     .     JEAN PERRON http://lafreniere.over-blog.net/    . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 13 avril 2019

MARIN MON COEUR...Extrait

... Nous avons coutume ici d’accueillir des enfants, c’est-à-dire de les mettre au monde comme ailleurs on capture des éléphants sauvages. Ceux qui capturent les éléphants sauvages afin de se les approprier se doivent de développer une argumentation suffisamment forte pour convaincre l’éléphant que sa vie en captivité sera mille fois plus belle que celle qu’il aurait pu vivre à l’état naturel. Cette argumentation prenait chez les Thaï la forme d’un poème forcément long car bourré de mensonges et le poème prenait forcément... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,

jeudi 11 avril 2019

LES GENS QUI DOUTENT

J'aime les gens qui doutentLes gens qui trop écoutentLeur coeur se balancerJ'aime les gens qui disentEt qui se contredisentEt sans se dénoncer . J'aime les gens qui tremblentQue parfois ils ne semblentCapables de jugerJ'aime les gens qui passentMoitié dans leurs godassesEt moitié à côté . J'aime leur petite chansonMême s'ils passent pour des cons . J'aime ceux qui paniquentCeux qui sont pas logiquesEnfin, pas comme il fautCeux qui, avec leurs chaînesPour pas que ça nous gêneFont un bruit de grelot . Ceux qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 02:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 10 avril 2019

NU

  Nu, j'ai vécu nuNaufragé de naissanceSur l'île de MalenfanceDont nul n'est revenuNu, j'ai couru nuDans des vignes sauvagesNourri de vin d'orageEt de corsages émusNu, vieil ingénuJ'ai nagé dans tes cieuxDepuis les terres de feuJusqu'aux herbes ténuesNu, j'ai pleuré nuDans la buée d'un miroirLe cœur en gyrophareQu'est-ce qu'on s'aimait... Samu Nu, j'ai vécu nuSur le fil de mes songesCes tissus de mensongesMon destin biscornuMais nu, je continueMon chemin de tempêteEn gueulant à tue-têteLa chanson des canutsNu, je suis... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 9 avril 2019

LA PAROLE QUI VACILLE...Extrait

Dés la peaula caresse abolit l'inutile aux lèvres nuesjuste aux miennes baillées aux regardspuits secrets des longs chants de la terre aux frissons d'entre pluiessur avides ravines aux herbes que rienne peut foulerd'éternelaux herbes aux roséesfragiles et tendresqui nous unirent au temps d'entre deux notesoù musique fleuritsur nos bonheurstendue aux pasqui de tout me séparentou m'approchent selonl'instinct bleu des étoiles aux silences des paumesensemble reposéesdans la nuit à ce qui aurait pumais fit bien de ne pas à ce... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
samedi 6 avril 2019

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Ce que le vent traverse -- ton coeuret les nuages, l'enfance et tous tes rêves ; ce que le vent traverse -- la forêt sans chemin où le soleil transperce les feuillages ; ce que le vent traverse -- les yeux ouvertsdans le visage fermé de ce jour, cette tache rouge qui s'étend lentementsur ton oeil gauche comme pour le noyer de sang ; ce que le vent traverse -- ta voix, inaudible,tes pas,qui s'éloignent ; ce que le vent traverse -- le cri blancdes mouettes mortes sur le sable grisde cette plage ; ce que le vent traverse... [Lire la suite]