mercredi 18 août 2021

LES PETITES PERSONNES- EN DEFENSE DES ANIMAUX ET AUTRES ECRITS...Extrait

Vertige et vénération . . Un jour d’été, à Rome, je marchais le long d’une avenue bordée d’arbres. Sur les côtés, au-delà d’un trottoir étroit, s’ouvraient les portails de nombreux jardins appartenant à de petites habitations. De ces jardins, ainsi que des arbres de l’avenue, s’exhalait un parfum intense, à la fois doux et amer. Des myriades de fleurs, certaines de couleur blanche, d’autres d’un rose vif presque rouge, en étaient la source. Elles s’accrochaient, depuis les arbustes, jusqu’aux portails, débordant des barreaux et... [Lire la suite]

mercredi 11 août 2021

JOEL GRENIER ....Extrait

C'est quoi, une vie ? Tous comptes faits, pas grand'chose ! Une paire de souliers qui nous mène quelque part sur le hasard des routes que l'on ne choisit pas. Et les semelles s'usent à battre la campagne ou les bords de la mer suivant d'où vient le vent. Quelques savoirs trouvés dans les pages qui se tournent, où l'on s'abîme les yeux. Et une valise où l'on range l'intimité. Tous ces regards croisés qui brûlent d'espérance en attendant de s'éteindre. Ces lèvres de femmes que l'on goûte à pleine bouche pour croire à l'éternel. Ces... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 8 août 2021

SOUS LA PORTE DU MONDE

Merci à Nade Nade   .   Je glisse un mot d'amour Sous la porte du monde Avec la fureur furtive du rêveur L'exigence invisible de la paix Il se peut que jamais personne n'ouvre cette porte Mais j'aurai donné un peu de mon temps Et nous aurons donné un peu de lumière de nos vies Pour restreindre l'obscurité La pierre enrichie de la violence Avec l'espoir peut être qu'un jour Qu'un nouveau monde reste à naître... . . . . . . PATRICK CHEMIN . . . . .
Posté par emmila à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 28 juillet 2021

IL N'Y A PLUS DE PORTES

Il n’y a plus de portes dans les murs, plus de ponts sur les rivières. Entre les pour, les contre, les contre du pour et les pour du contre, nous prenons nos peurs pour des opinions, et nous nous rapetissons dans nos peines. Chacun pour soi, chacun chez soi, nous ne faisons plus que subir et nous débattre dans la tristesse de la séparation. Il est là, le vrai virus, caché dans cette cave du cœur où nous oublions notre commune humanité. Au delà de nos idées, de nos croyances, il est grand temps de revenir à ce qui nous fait semblables... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 18 juillet 2021

AXION ESTI SUIVI DE L'ARBRE LUCIDE ET LA QUATORZIEME BEAUTE...Extrait

Les eaux joueusesles traversées ombreusesdisent l’aube avec ses baisersqui commencehorizon -Et la sauvage colombefait vibrer un son dans sa cavernebleu éveil dans le puitsdu joursoleil –Le noroît offre la voileà la mercaresses de chevelurepour ses rêves insouciantsrosée –Vague dans la lumièreà nouveau donne renaissance aux yeuxLà où la vie cingle vers le largeVievu du lointain –     .     ODYSSEAS ELYTIS     .  Oeuvre Emile Nolde
dimanche 18 juillet 2021

JE TE DONNE

Les fleurs à inventer les jouets d'une comèteLes raisons d'être fou la folie dans ta têteDes avions en allés vers tes désirs perdusEt moi comme un radar à leurs ailes penduDes embruns dans tes yeux et la mer dans ton ventreUn orgue dans ta voix chaque fois que je rentreDes chagrins en couleur riant à ton chevetLes lampes de mes yeux pour mieux les éclairer Les parfums de la nuit quand ils montent d'EspagneLes accessoires du dimanche sous ton pagneLes larmes de la joie quand elle est à genouxLe rire du soleil quand le soleil s'en... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

jeudi 8 juillet 2021

LEVEES D'EMPREINTES

  Inlassablement, et disant cela, on a beau détacher chaque syllabe afin de lui être présent, ce mot-là ou un autre, qu’importe, tous se ressemblent, on n’a pu faire un tri, on  recrée le bruit de ces blocs lorsqu’ils s’écroulent, un à un, des falaises, sans que l’on sache en différer la chute, la vague aussi avide en s’éloignant continue son travail de sape, continue de mêler silence, tumulte, on voit comme on entend, comme on respire, inlassablement donc, le resserrement de la gorge quand on se trouve ainsi... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 7 juillet 2021

HORS DU VENTRE

Avec sang et crisTu rejoins ce mondeTu t'enfonces dans le jourArraché au silenceà l'eau sans épineaux plages assourdiesà la forge sans feuau cercle humide et pourpreNavigateur à vif encordé dans ses fibresBanni du pays en suspensExclu de l'intime clartéLoin des lagunes sans désirDes rumeurs sans fièvresPar effractionet dans les meurtrissuresTu brises l'enclosTu fends la gangueTu immigres et t'enclaves dans la brève vallée où foisonne l'événementDéjà saisi par le lieuDéjà rejoint par le tempsSoumis déjàau rapt des vivantsEntre une... [Lire la suite]
jeudi 1 juillet 2021

STABAT MATER FURIOSA, Poème de Jean-Pierre Siméon, Interprété parSophie Marceau

Adapté par l’artiste colombienne Violeta Cruz, le texte de Jean-Pierre Siméon, qui fait entendre la voix d’une femme qui n’en peut plus de la guerre et de la violence, est porté par Sophie Marceau et un orchestre dirigé par David Greilsammer. . . ... . Un tremblement contenu Une inquiétude C’est le cri d’une femme. Au moins on peut dire ça. Le cri d’une femme qui a perdu son fils. Je crois qu’on peut dire ça. Derrière le propos apparent, l’horreur et l’absurdité de la guerre, le sujet principal semble être... [Lire la suite]
Posté par emmila à 04:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
dimanche 27 juin 2021

IN MEMORIAM

Rien de ce qui nous a quittés ne nous a entièrement quittés. Ceux mêmes que nous croyons avoir oubliés n'ont jamais cessé de poursuivre leur course en nous. A tel point qu'un matin ou un soir, ils se présentent si différents que nous sommes heureux de pouvoir nous dire qu'ils ont connu à leur façon un devenir. Et que nous sommes l'artisan de ce soupir, de ce murmure dans le retrouvé. Une frêle bougie éclaire cette mémoire orpheline qui dans sa défection même nous promet de l'heureux, de la surprise, une petite sonate en fa dièse.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,