mercredi 23 novembre 2016

UN TEMPS DE RIEN

... [Lire la suite]

mardi 22 novembre 2016

LE JOUR VIENDRA, LA NUIT AUSSI...Extraits

 Le temps est dur comme un bourgeon. Il chemine sous la peau, cherche son tracé vers le ciel. Le temps est nuage qui glisse,  pluie qui déchaîne et qui burine. Le temps nous enchaîne de ses mille fils d’Ariane.  J’éclaterai le temps. Je veux exploser et brûler. J’irai jusqu’au centre du soleil et je le projetterai en étincelles sur le monde. .... J’ai peur, tout à coup, de ce qui gronde en moi comme un chacal en proie au mal de faim. J’ai peur de toutes mes faims de vivre, inassouvies et prêtes à me... [Lire la suite]
samedi 19 novembre 2016

REGAIN DU SANG...Extrait

 C'est notre sang d'impatienceRecueilli à toutes sources où l'ombre dureNotre sang passé au criblePalpitation de rivière et course joyeuseLe pouls à nos chevilles balbutie ses terres tendresSes échos de cymbales Oui nous inventons le sel dans notre sangEt nos pas pèsent patience avec l'étéDormir nous accroit l'un dans l'autreNus d'air et de peurL'acier est notre faim nos pleursA moissonner le jour dans nos draps nous aurons vertige de batailles Tonnent les heures dans nos veines!Nous voici deboutA goûter la croissance... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 18 novembre 2016

MONOLOGUE DE LA STATUE

Agis, visiteur Agis sur le monde et sur les vivants. Pense. Pense qu’il te faut vivre avec un bandeau sur l’œil de ta nuit. L’univers n’est rien de plus qu’un désastre de l’ombre, un escalier d’étoiles, et tes métaphores seront toujours faibles dans la poussière. Le temps te lie à ta peine, sans clarté. Il neige sur ton revolver. Sous la géométrie de l’infini, il y a la rigueur de tes filtres et ta rumeur peut bâtir des oasis inconnues. Reste, visiteur. Reste au chevet de ce monde, le tien, lent comme le rescapé aux portes de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
vendredi 18 novembre 2016

APPRENTISSAGE

Merci Nedjma...   Après quelque temps, Tu apprendras la différence entre tendre la main et secourir une âme. Et tu apprendras qu'aimer ne signifie pas se coucher, et que compagnie ne signifie pas toujours sécurité.Tu commences à comprendre. Tu commenceras à apprendre que les baisers ne sont pas des contrats, ni des cadeaux, ni des promesses… Tu commenceras à accepter tes échecs la tête haute, comme un adulte, et non avec la tristesse d’un enfant. Et tu apprendras à construire aujourd’hui tes chemins, parce que le terrain de... [Lire la suite]
mercredi 16 novembre 2016

JE T'INTERPELLE DANS LA NUIT...Extrait

La prison à vie requise en Turquie contre la romancière Asli Erdogan Des procureurs turcs ont réclamé la prison à vie pour la célèbre romancière turque Asli Erdogan, 49 ans, accusée avec huit autres personnes d'avoir collaboré avec un journal pro kurde, Ozgür Gündem, selon l'acte d'accusation préliminaire dévoilé jeudi par des agences de presse locales. On leur reproche d'être «membres d'une organisation terroriste armée», d'«atteinte à l'unité de l'Etat et à l'intégrité territoriale du pays» et de «propagande en faveur d'une... [Lire la suite]

lundi 14 novembre 2016

LE BÂTIMENT DE PIERRE...Extrait

... . Si l’on veut écrire, on doit le faire avec son corps nu et vulnérable sous la peau... Les mots ne parlent qu’avec les autres mots. Prenez un V, un I et un E et vous écrivez Vie. À condition de ne pas vous tromper dans l’ordre des lettres, de ne pas, comme dans la légende, laisser tomber une lettre et tuer l’argile vivante. J’écris la vie pour ceux qui peuvent la cueillir dans un souffle, dans un soupir. Comme on cueille un fruit sur la branche, comme on arrache une racine. Il te reste le murmure que tu perçois en plaçant... [Lire la suite]
lundi 14 novembre 2016

JE T'INTERPELLE DANS LA NUIT...Extrait

Je suis assise à une table étrangère, j’écris. Ce dimanche, les mots ne veulentpas sortir de chez eux et se mêler au brouhaha, ils ne veulent pas prendre de risque. Je n’ai de remèdes ni pour la société ni pour moi-même ni pour la vie. Dehors dans le jardin de la steppe, sur les terres arides qui s’étendent jusqu’aux pieds des montagnes, le soleil d’hiver brille. Les nuages sont remplis d’un sentiment tout neuf de liberté, les champs de blé chatoyants sont dans l’attente. La nature, sans mémoire, ressemble à un... [Lire la suite]
samedi 12 novembre 2016

CE N'EST QUE VIVRE...Extrait

... Tant d’énergie,de songes bleus bâtis en cathédralesTant d’envolées,(que l’espoir est tenace !)de ferveur et d’insoumission,pour simplement se maintenir,extrême, dans la fragilité de vivreLe cri, parfois, s’achève en mélodieInstants purs,où la souffrance se fait musiqueet ligne de partageoù la blessure s’épanouiten corolle aérienneet geysers de lumière...   .   COLETTE GIBELIN   .   Oeuvre Rikka Ayasaki
mardi 8 novembre 2016

MOULA MOULA

Moula-moula petit oiseau noir et blanc du Tassili qui vit de peu et donc de beaucoup dans ces plateaux de vent et de soif dis-moi quel est le sens de la vie si ce sens existe Moula-moula pourquoi sommes-nous enfermés dans ce sens tels des pierres qui roulent s'entrechoquent et se font mal dans un oued fugace d'orage du désert et si ce sens n'existe pas minuscule chose de courage insensé et inutile pourquoi sommes nous astreints à vivre à te connaître et à tout oublier   .   ANOUAR BENMALEK   .     ... [Lire la suite]