mardi 7 juin 2016

FEUILLETS D'HYPNOS...Extrait

 La contre-terreur c’est ce vallon que peu à peu le brouillard comble, c’est le fugace bruissement des feuilles comme un essaim de fusées engourdies, c’est cette pesanteur bien répartie, c’est cette circulation ouatée d’animaux et d’insectes tirant mille traits sur l’écorce tendre de la nuit, c’est cette graine de luzerne sur la fossette d’un visage caressé, c’est cet incendie de la lune qui ne sera jamais un incendie, c’est un lendemain minuscule dont les intentions nous sont inconnues, c’est un buste aux couleurs vives... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 7 juin 2016

SINGULIER, JE LE SUIS PAR DEFAILLANCE

La terre est fourbue de catastrophes, de famines, de guerres, de dominations très injustes, de mœurs sanguinaires, de répressions injustifiées, d’atrocités sans noms, et de quelques autres acraties belliqueuses.      Des moments de grandes lassitudes augmentent ma générosité à l’égard du vide. Des moments où je caresse l’idée affreuse de l’anonymat de mes propres souffles. Des tempos où tout n’est pas rose et où la joie a du souci à se faire.      Tout est surfait dans ce monde en panique.... [Lire la suite]
mardi 31 mai 2016

APPEL ...Extrait

« J’ai rêvé d’une vie profonde, intense comme l’éclair. Lourde parfois et pénible à porter, mais plus riche, mais plus vraie que le lent déroulement monotone des jours qui suffit à trop de gens. Tout mon être se révolte contre la banalité de ces existences sans ferveur et sans merveilleux. Mais je rejoindrai ceux qui résistent et nous l’emporterons… Je cherche le soleil, je cherche l’humanité fraternelle. Je n’enterrerai pas mes rêves de jeunesse. Je veux une vie libre et pure, ouverte à l’inconnu et sans préjugés, une vie de ferveur,... [Lire la suite]
dimanche 29 mai 2016

PIERRE-ALBERT JOURDAN...Extrait

Tremblement du matin. Souffle si léger qu'on le dirait messager. Feuillages caressés sans bruit. Douce toilette. Simple messager, porteur de baume, de la liqueur de vie. Messager qui efface les murailles, ne laisse qu'une façade. Qui te laisse cette façade, que tu l'effaces, que tu rejoignes ce messager. Pas besoin de gaspiller tes forces. Comment dire ? C'est un travail d'esprit à esprit, d'éliminations successives. Le messager est immobile, il te voit nommer les distances mais que pourrait-il savoir de l'éloignement,... [Lire la suite]
dimanche 29 mai 2016

DEBOUT SUR UN BRIN D'HERBE...Extrait

Une boule de neige Lancée depuis l’enfance Explose sur la vitre Où mon front se souvient Quel seuil à franchir Quelle coupe à ne pas boire Pour entendre le rire De ce papillon blanc Immobile maintenant Qui fond dans la mémoire? Le fil est toujours plus petit Qui déroule pourtant La toupie de la vie…   .   PHILIPPE MATHY   .   Oeuvre Bernard Liégeois
Posté par emmila à 13:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 28 mai 2016

LA NUIT N'EST JAMAIS COMPLETE

La nuit n’est jamais complète.Il y a toujours, puisque je le dis,Puisque je l’affirme,Au bout du chagrinUne fenêtre ouverte, une fenêtre éclairéeIl y a toujours un rêve qui veille,Désir à combler, Faim à satisfaire,Un cœur généreux,Une main tendue, une main ouverte,Des yeux attentifs,Une vie, la vie à se partager. .   PAUL ELUARD   .   Photographie Hengki Koentjoro    
Posté par emmila à 20:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

vendredi 27 mai 2016

POEMES POUR AIME

   Mon cœur, préservez-moi de toute haine ne faites point de moi cet homme de haine pour qui je n'ai que haine car pour me cantonner en cette unique race vous savez pourtant mon amour tyrannique vous savez que ce n'est point par haine des autres races que je m'exige bêcheur de cette unique race                  Aimé Césaire (Cahier d'un retour au pays natal )                 ... [Lire la suite]
vendredi 27 mai 2016

LETTRE A MARYAM

A  Maryam Maarouf, 14 ans, victime d'une offensive israélienne.   Je ne te connais pas, Mariam, mais je sais ce que les yeux d'un enfant recèlent, je sais qu'il s'y trouve la force de l'innocence et les égéries de l'espoir, je ne te connais pas, Mariam, mais je suis père et je sais l'amour des enfants, je sais qu'il n'y a rien de plus beau, je sais que cet amour est un lieu de dépaysement, qui ramène à l'essentiel, que cet amour engendre un bonheur parfois si virulent qu'il rend égoïste, indifférent mais qu'il est... [Lire la suite]
mercredi 25 mai 2016

FLAQUES DE VERRE...Extrait

Merci Adélita mia   Dans l’abîme doré, rouge, glacé, doré, l’abîme où gîte la douleur, les tourbillons roulants entraînent les bouillons de mon sang dans les vases, dans les retours de flammes de mon tronc. La tristesse moirée s’engloutit dans les crevasses tendres du cœur. Il y a des accidents obscurs et compliqués, impossibles à dire. Et il y a pourtant l’esprit de l’ordre, l’esprit régulier, l’esprit commun à tous les désespoirs qui interroge. Ô toi qui traînes sur la vie, entre les buissons fleuris et pleins d’épines de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mardi 24 mai 2016

AMINA SAÏD...Extrait

Tous les présages sont faux ni les traces des oiseaux ni la direction de leur vol ne traduiront jamais la pensée des dieux et sur l'autel de leur propre démesure de longs couteaux de silence sacrifient nos passions croyant partager le pain du monde c'est ton corps que tu rompais il s'en écoulait un peu de cendre dont jalonner les sentiers orphelins  la vie est un voyage avec une mort à chaque escale .   AMINA SAÏD   .   Photographie Phil Mc Kay