mardi 6 janvier 2015

LES VISAGES DE LA VIE ...Extrait

Et qu’importe d’où sont venus ceux qui s’en vont,S’ils entendent toujours un cri profondAu carrefour des doutes !Mon corps est lourd, mon corps est las,Je veux rester, je ne peux pas ;L’âpre univers est un tissu de routesTramé de vent et de lumière ;Mieux vaut partir, sans aboutir,Que de s’asseoir, même vainqueur, le soir,Devant son œuvre coutumière,Avec, en son cœur morne, une vieQui cesse de bondir au-delà de la vie. .   EMILE VERHAEREN   .      
Posté par emmila à 22:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 15 décembre 2014

L'ARBRE ABATTU

Un léger relief arrête la main. A peine sensible, un sillon, puis d'autres proches creusent la surface. La main effleure. Elle tâtonne comme à la recherche de détails estompés. L'arbre a souffert des derniers orages. Il était vieux. Il s'est rendu. Abattu dans l'herbe, il exhibe l'indécence de ses racines lourdes encore de terre. La main qui le frôle est ravinée, parcourue de nervures, de ramures, elle aussi.Esther touche chaque faille, chaque meurtrissure végétale. Elle en touche l'intimité des plis, là où se divisent les branches.Le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
samedi 13 décembre 2014

LA MAISON, LE CHEMIN...Extrait

Aller aujourd’hui plus à toi Qu’être simplement vivant, Aller aujourd’hui à toi Avec la pensée tout à fait libre De mon chemin, Aller aujourd’hui à toi À égale distance d’un sifflement à l’être Et au néant, Aller aujourd’hui à toi Avec sur ma poitrine un talisman contre les assauts tangentiels De la mort, Aller aujourd’hui à toi Plus qu’à la nudité de ton corps, Plus qu’à la pluie convexe de l’amour, Aller aujourd’hui à toi Sans paroles ni de moi ni de toi Au milieu; Et maudit soit alors un poème Aller à toi Dépourvu maintenant même... [Lire la suite]
vendredi 12 décembre 2014

HELENE CADOU

Je sais que tu m’as inventée Que je suis née de ton regard Toi qui donnais lumière aux arbres Mais depuis que tu m’as quittée Pour un sommeil qui te dévore Je m’applique à te redonner Dans le nid tremblant de mes mains Une part de jour assez douce Pour t’obliger à vivre encore.       HELENE CADOU         Oeuvre Carl Wilhelm Holsoe        
Posté par emmila à 20:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 7 décembre 2014

A LA NUIT MONTANTE...Extrait

 Tu as gommé tous les motspour que la page redevienne d’un blanc parfait.Tu peux laisser la place à une alouettedont le vol écourte le temps,.Tu longes au gré de tes sommeilsle bord du fleuveen partance pour nul estuaire.Quel monde bruit désormais en toidont tu es l’incendiaire?.....Tu parles,mais ce n’est que du silenceaussi clairqu’un regard qui s’attarde sur l’enfance.Tu marches,mais c’est pour donner le changeaux feuilles, aux arbres, aux roseaux.Et la vieque tu as prise en charget’a concédé le droitde poursuivre ta route à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
vendredi 5 décembre 2014

SI PEU DE TRACE

Rendre l'eau douce à la sourceEt la sente au détourL'étonnement du pasà l'élan qu'il génèreL'opulence des seuilsà l'usure des margelles :Si peu de traceDe l'étier au salantDe la gemme aux saumuresDe l'haleine au silenceDu parcours à l'enfanceEt ce regardObstinément       ALAIN HANQUEZ       Oeuvre Jaya Suberg              
Posté par emmila à 22:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

vendredi 5 décembre 2014

ALAIN HANQUEZ

 Dans l’éclat vernissé des poussièresEt des sentes de pierres,Dans l’ocre aridité de la terre ancestrale,Quand le sol asséché se convulse à forerLes sources des racines,S’élance aux aplats de lumièreLa fourberie tenace de la sève Olivier maculé du suint lourd des troupeauxEt des laines graisseuses,Olivier vitriolant l’arrogance de l’ordre,Olivier scarifié des affres de bouture,Ton indifférence séculaire s’émondeD’un tremblé d’aube lenteD’une ligneuse effervescence de torsades et de branchesQui émascule l’arpentage de tes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 5 décembre 2014

AGNES SCHNELL...Extrait

Tensions et écorchurestout était làon entrait dans les histoiresdans le brouillon des autresdans leur nécessitéon lisait les brisurescomme on lit les lignes de la mainou la fébrilité des heureson disait de nos voix incomplètesles présences extrêmesjusqu’à l’âme en retraiton serrait des mains sans visageson parlait des lieux perdusdes rêves errants   AGNES SCHNELL      
Posté par emmila à 19:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 3 décembre 2014

BERNARD PERROY...Extrait

Tu ne me parles plusd'emboîter le paspour des rives inconnues…Le temps peut-êtreà sa manièresimplifie le désir,et les motss'empressent de donnerau plus justel'expérience d'un regardjeté sur la vieavec ses fenêtres,ses fleurs,ses visages,comme on s'émerveillede la richessed'une enluminure.   BERNARD PERROY     Oeuvre Patricia Seibert http://www.patriciaseibert.com    
Posté par emmila à 16:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 30 novembre 2014

ANDREE CHEDID

Nos corps tissent la vieEt puis tissent la mortA perdre regardIls vontAu point de ne plus êtreIls étaient cependantJ'existaisEt tu vasDans le cerne de toute chairDans la maison des yeuxDans l'amour vulnérableDans l'incessant renaître. .   ANDREE CHEDID   .   Photographie Claude Renault    
Posté par emmila à 19:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,