dimanche 15 novembre 2020

MARY ANNE PERRONNE...Extrait

Je n'attends plus une occasion spéciale ; je brûle les meilleures bougies les jours ordinaires. Je n'attends plus que la maison soit propre ; je la remplis de gens qui comprennent que même la poussière est sacrée. Je n'attends plus que tout le monde me comprenne ; ce n'est juste pas leur tâche. Je n'attends plus les enfants parfaits ; mes enfants ont leurs propres noms qui brûlent aussi brillamment que n'importe quelle étoile. Je n'attends plus que l'autre chaussure tombe ; elle l'a déjà fait, et j'ai survécu. Je n'attends plus... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mercredi 4 novembre 2020

COMBATS 1,2,3,4

1. . Dites Vous m’aiderez, n'est-ce pas, vous Me tiendrez la main (De loin, de loin, n'ayez pas peur) Vous ne me laisserez pas Seule, Dites, (Juste par la pensée on lui fait dire ce que l'on veut) Dites-le QueJe sente vos souffles vos regards au-delà de la cruauté blanche des Scialytiques comètes, au-delà des douleurs carrelées, des stades qu'on Énumère pour d'improbables olympismes, Que J’écoute, apaisée de vos promesses chuchotées que vous Prendrez soin de mon ami désemparé quand il aura perdu son port d'attache ... [Lire la suite]
vendredi 23 octobre 2020

CARMEN PENN AR RUN...Extrait

Si l'on peut devenir l'ombre de soi-même quelle force nous empêcherait de faire advenir l'ange de soi-même. L'énergie, pour l'ombre, a quitté notre territoire. Fini le chant, il s'éloigne et la tristesse s'installe. Je convoque un soupçon de plume Je lève une rumeur joyeuse. Mon souffle les guide du charme d'un sourire intérieur et la plume prend du volume, elle s'appuie -lente- sur l'ascendance de quelque courant imperceptible, elle prépare son envol et ressuscite l'en vie dans un corps qui a compris comment l'espace ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 27 septembre 2020

AGNES SCHNELL...Extrait

  une main trop tôt retirée ou l’usure de l’attente l’éclair d’un uppercut verbal tel du sel sur plaie vive juste une danse fauve... incantatoire une arabesque froissée une houle chaotique une brèche où la vie pénètre la nuit fœtale jusqu’à l’ultime porte juste assez pour nous meurtrir… . . . . AGNES SCHNELL . . . Oeuvre Igor Bitman
Posté par emmila à 12:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 22 septembre 2020

SINON CHANTER

Les sarcasmes ne me retiendront pasJ'ai la force d'un volcan terrifié par sa propre laveemportant nos nouvelles structures,nos textes fracturésJ'ai dans le sang le mouvement des étoilesJe suis un autre lieuun pays noir où les lames de fonddébarrassent la merde ses fossiles et de ses pieuvresL'excès,plutôt que la sobriété,l'envol,plutôt que la résignationOui, j'aime vivreet chanter la vie largeet le vent, et l'espacesans oublierce qu'on peut nommer   .     COLETTE GIBELIN     .   Oeuvre Susan... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 17 septembre 2020

LA NUIT ERRANTE...Extrait

Nous avons négligé le simple pour l’insignifiant, nous avons choisi l’or qui tache les mains au lieu de l’amour qui est sans prix. Nous avons choisi la haine, la rancœur, l’amertume et nous ne sommes plus que de maigres feux éteints dans la lande. Oui, je vois des incendies, des désastres partout et quelques pauvres gens qui osent encore, osent encore dire Non mais l’on n’entend même plus leurs voix perdues dans notre nuit commune. Ils viennent de très loin, éparpillés dans l’univers, ils viennent des massacres, des misères, des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mercredi 9 septembre 2020

COLETTE...Extrait

« J’appartiens à un pays que j’ai quitté. Tu ne peux empêcher qu’à cette heure s’y épanouisse au soleil toute une chevelure embaumée de forêts.Rien ne peut empêcher qu’à cette heure l’herbe profonde y noie le pied des arbres, d’un vert délicieux et apaisant dont mon âme a soif… Viens, toi qui l’ignores, viens que je te dise tout bas le parfum des bois de mon pays égale la fraise et la rose ! Tu jurerais, quand les taillis de ronces y sont en fleurs, qu’un fruit mûrit on ne sait où, – là-bas, ici, tout près, – un fruit... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mardi 1 septembre 2020

UN AUTRE MONDE

  Un bout d'anthologie à mes mots qui résistentÀ mon corps décentré, à mon île essouffléeLa photo de ce que je croyais foutu à retrouver Les couleurs dans une traversée du désert,Séchées depuis tant d'annéesAu soleil des femmes nues, des amours abandonnées Des eaux immenses et des vestiges fleurisDes peaux qui se transforment en miroirs révulsésUn squelette qui danse avec une roseLe parfum des temps oubliés qu'une lèvreRetient au bord d'une terre dont j'ai rêvée La maison de tout et de rien, aux quatre vents,Où les... [Lire la suite]
vendredi 28 août 2020

VERGERS...Extrait

  C’est qu’il nous faut consentirà toutes les forces extrêmes ;l’audace est notre problèmemalgré le grand repentir. Et puis, il arrive souventque ce qu’on affronte, change :le calme devient ouragan,l’abîme le moule d’un ange. Ne craignons pas le détour.Il faut que les Orgues grondent,pour que la musique abondede toutes les notes de l’amour.     .     RAINER MARIA RILKE     .    
Posté par emmila à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 26 août 2020

AHMED EL FAZAZI...Extrait

L’amour des origines est un arbreEnveloppé de silenceTe suit dans tes errancesQuand tu es prisonnierDe tes démencesTa vie en chaque instant se renforceAppuie alors à son troncEt reste un momentSous son ombreAgite ses branchesJusqu’à ce que les rêves mûrsRemplissent ton sommeilPar les fruits de l'enfanceJusqu’à ce que le feuillage des rêvesSoutienne ta racineEt réinvente le monde.     .     ©AHMED EL FAZAZI      .     Lac Aguelmam Azegza, la grande cédraie d'Ajdir... [Lire la suite]