samedi 14 janvier 2012

UNE FLEUR

Une fleur ingénuement rendra l’espace fragile et impossible, aux lèvres d’une douleur de pétale et de tige, étranglera le mur, usera la réconciliation jusqu’à la présence, renversera la fatigue sous les lampes comme une femme offerte à la proie des flammes, et refera le chemin froissé de l’éclair sous la pierre qui rêve d’une patience de rose, d’une douceur de pluie arrondissant l’orage, volonté soudaine et indomptable. . . . DOMINIQUE  SAMPIERO . . .  
Posté par emmila à 21:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 5 janvier 2012

JE NE SAIS PAS...

Je ne sais pas Si le souffle du vent retient la peur de vivre S’il existe pour moi un espace où me rendre Innocente ou coupable de ce « mal d’être » au monde Je ne sais pas Retenir le regard Lumière au cœur des ombres en des lieux improbables Mais je sais cet instant Où tu m’ouvres les bras Cette danse pour toi au secret des forêts Cheveux tressés de feuilles dans l’odeur de la mousse Je suis chêne et roseau Et je sais que je t’aime Je ne sais pas Si les mots que je cueille peuvent écrire le poème Paroles inachevées, si les lettres... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 20 décembre 2011

EFFILAGE DU SAC DE JUTE...Extrait

A  Nde S Approche de cette percée: la rose, dont la mort sans hébétude Te propose une mort apparentée. Flâne autour de l'élue; tu la trouves ordinaire bien que fille de noble rosier. La fleur de lin, aphyllante, le cyste rustique demeurent les préférés,Ceux sur lesquels tes yeux s'abaissent dans le caduc et dans l'aride.Mais la rose ! Justement cette nuit on a tiré sur elle.Le trou adulateur à peine se distingue à la base de la nouée.Meure la rose ! Sa vraie ruine ne s'achèvera qu'au soleil disparu.Elle aspirait à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 31 octobre 2011

VIRGILIANES...Extrait

le merle jaillit multiplie les jardins sonores   par la fenêtre Mozart s’envole tous les lieux tombent dans l’oubli   musique      ô territoire insensé je laisserais pour toi mon apparence grave   si les mots ne mendiaient ma voix   quel invisible ô quel extrême violoncelle fait musique de nous au bord de cette rumeur d’arbres   c’est dans Schubert ou dans juillet entre deux vagues ou deux élans   une chambre de laine où semble que s’achève en une ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 25 octobre 2011

LA PLACE SAUVAGE...Extrait

Il arrive au milieu de la vie que la mort vienneprendre nos mesures. Cette visites’oublie et la vie continue. Mais le costumese coud à notre insu. . TOMAS TRANSTRÖMER . Photographie Eugène Smith
lundi 10 octobre 2011

SOMME D'AMOUR...Extrait

Sa force était sa souffrance Ou l’inverse  Qu’en sait-on ? Fil de joie fil de coton Brodeuse aux doigts de silence Et tout un ciel à remplir Blanc de nuage bleu reine Fil de coton fil de haine Un ciel à n’en plus finir Toute une vie pointilleuse Il faut que ce soit parfait Sinon dieu le déferait Ton long travail d’amoureuse . MAXIMINE . Oeuvre Auguste Leroux  
Posté par emmila à 22:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 24 septembre 2011

A L'OUEST RIEN DE NOUVEAU...Extrait

Je me lève, je suis très calme. Les mois et les années peuvent venir. Ils ne me prendront plus rien. Ils ne peuvent plus rien me prendre. Je suis si seul et si dénué d'espérance que je peux les accueillir sans crainte. La vie qui m'a porté à travers ces années est encore présente dans mes mains et dans mes yeux. En étais-je le maître? je l'ignore. Mais, tant qu'elle est là, elle cherchera sa route, avec ou sans le consentement de cette force qui est en moi et qui dit « Je ». . ERICH MARIA REMARQUE .
Posté par emmila à 18:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 4 septembre 2011

FESTIN

Allonger le pas Jambes nues sous la jupe de soie Au sortir de l’hiver Aux sens affamés la tiédeur est festin Les petites mains des jours Ont rougi la pointe des carottes Ourlé les salades poivrées Enduit de vert pâle les olives Au cœur noir – amertume délectable Les petites mains des jours Gardent mon désir vivant Dans ma jupe de faille J’avance dans l’allée du marché Parmi son peuple d’odeurs Si proche encore de la nuit Le jour est faillible Festonné d’ombres Exilé encore à la pointe de nous-mêmes Les regards... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 4 septembre 2011

NULLE CHAIR VAINE...

Un seul regard reprend tous les regards Un seul mot libère tous les échos Un seul geste rompt l’unique fièvre Un seul geste rouvre toutes les veines Nul sang n’est perdu nulle chair vaine . FRANCOIS CHENG . Oeuvre Camille Claudel    
Posté par emmila à 14:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 23 août 2011

LE PARCOURS DU PIETON...Extrait

On ne construit rien comme il fautTout se conjugue à l'inhabile; un grand massacrede mots rouillés,à l'amertume, au bruit, au rire.Ou alors des exclamations de joie, pour affirmerque tout est occupé en soi, qu'il ne reste riende soi qui ne soit libre, rien qui ne crie victoiresur le trottoir.Toujours une fenêtre ouvertevous regarde pour questionner:croyez-vous vraiment que le malheur existe?Il n'y a que la solitude qui vous enroue;alors on cherche une femme pour coucheret on lui dit: je t'aimeet quand on aime on ne sait plus.(...)Il y... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,