samedi 1 novembre 2008

A L'ENFANT QUI DANSE DANS LE VENT...

"Danse là sur le rivageCar pourquoi te soucierais-tuDu vent ou de l'eau qui gronde?Et après secoue tes cheveuxQu'ont trempés les gouttes amères. Tu es jeune, tu ne sais pasQue l'imbécile triomphe,Ni qu'on perd l'amour aussitôt Qu'on l'a gagné, ni qu'est mort Celui qui œuvrait le mieux, mais laissa Défaite toute la gerbe.Ah, pourquoi aurais-tu la crainteDe l'horreur que clame le vent ?" . WIILIAM  BUTLER YEATS .

samedi 1 novembre 2008

CAPITAINE DES MYRTILLES...Extrait

"et moi aussij'ai été huissier des chantsappariteur des couleursberger d'enfantset instituteur des caprins et ovinsj'ai été ingénieur des bétons et bitumesmanœuvre des dossiers et paperassesj'ai eu une chaire associée de docteur du cœuret de pharmaciens des âmesmais c'est toujours jardinier de fourmis et scarabéesbrocanteur des mûres et chanterellestroisième classe des eaux et forêtsque j'ai été parfaitement à l'aisecomme le gardon dans son élémentcar il n'y a pas un paysage pas une vie végétalepas une plante au mondedont je ne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 27 octobre 2008

SHEKINAH

                   Le regard d’une femme : voilà ce qui règne sur son cœur en secret. Dans la solitude dans les vains combats du jour il est couronné de présence Mais parfois le regard s’éloigne ou le rêve peut-être ? Où s’est retirée la force de vivre ? Que revienne, que revienne le temps de la joie que s’éloigne cette fois le temps de la peine !.ALAIN  SUIED .
Posté par emmila à 23:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 26 octobre 2008

LA DOULEUR DES SEUILS...Extrait

"nous sommes les hôtes inconnusdans la maison du mondela mer la vague l'écueille navigateur découvrantl'absence de balisesnous sommes l'œil qui voit l'œilet la vision qui nous effacenous sommes ce que nous regardonsau fond des yeuxet qui sait que nous sommesnous sommes le nombre et l'uniquela chose et son contrairela multiplication du visiblel'œil ouvert sur l'invisiblenous sommes l'ombre de l'ombrequi dans l'obscure clarté du rêve sommeillenous sommes la trace sur le sablenous sommes chaque lettre de l'alphabetnous sommes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 25 octobre 2008

ELLE REPONDIT

Grand-Ma, pourquoi tu dis que l'argent n'est rien ?Elle répondit,Demande-toi ce qui est juste, demande-toi où est la vie.Sans les végétaux qui t'équilibrent, tu ne peux vivreSans le minéral qui te porte, tu ne peux vivreSans l'eau qui te renouvelle, tu ne peux vivreSans l'air qui te régénère, tu ne peux vivreSans la graine qui te nourrit, tu ne peux vivreSans le germe dans une ovule, tu ne peux vivreSans l'animal tu ne saurais le plus haut partageSans le soleil tu t'éteindrais,Sans le sommeil, tu t'épuiseraisSans l'espoir tu... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 22 octobre 2008

LA MORT DE L'EAU

La rivière n'en peut plusd'avoir couru par monts,d'avoir rusé avec les vaux(champs de pierre ou bois touffus)pour rejoindre la mer lointaine.elle dort làcomme un cheval recru,la langue enfoncée dans le sable. . . . TAHAR  DJAOUT . . .
Posté par emmila à 22:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 15 octobre 2008

EL POETA

"Toi tu te crois différentParce qu’on t’appelle poèteEt que ton monde bien à partEst par delà les étoiles.De tant regarder la luneTu ne sais plus rien regarder.Tu es pareil au pauvre aveugleQui ne sait pas se diriger.Va-t-en regarder les mineurs,Les hommes dans le champ de blé,Et chante-les, ceux qui luttentPour gagner un morceau de pain.Poète aux aimables rimesVa-t-en vivre dans la forêt,Et là tu en apprendrasSur les misères du bûcheron.Partage la vie du peuple,Regarde-le du dedans,D’abord il faut être un homme,Et poète... [Lire la suite]
mardi 14 octobre 2008

LES PLANCHES COURBES ...Extrait

Et si demeureautre chose qu’un vent, un récif, une mer, Je sais que tu seras, même de nuit, L’ancre jetée, les pas titubants sur le sable,Et le bois qu’on rassemble, et l’étincelleSous les branches mouillées, et, dans l’inquièteAttente de la flamme qui hésite, La première parole après le long silence,Le premier feu à prendre au bas du monde mort.". YVES  BONNEFOY .
Posté par emmila à 21:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 14 octobre 2008

L'EVEILLEE...Extrait

"Oseras-tu devenir un autre ?Quitter le rêve de ton miroir ?Oseras-tu rentrer dans le monde ?Refuser d’aliéner ton regard ?Le passé vit en toine vis pas en lui.Avance dans le jour nouveauavance vers le cœur promisavance dans la certitudedu partage. Oseras-tu devenir toi-même ?Parler la langue de ton cœur ?Oseras-tu aimer le monde ?Refuser de libérer les démons du passé ?L’instant vit en toivit aussi dans l’instantAvance dans le dialogue nouveauavance vers le cœur confiantavance dans la tenace véritédu partage.". ALAIN... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 13 octobre 2008

COMMUNE PRESENCE...Extrait

"Redonnez-leur ce qui n'est plus présent en eux,Ils reverront le grain de la moisson s'enfermer dansl'épi et s'agiter sur l'herbe.Apprenez-leur, de la chute à l'essor, les douze moisde leur visage,Ils chériront le vide de leur cœur jusqu'au désir suivant ;Car rien ne fait naufrage ou ne se plaît aux cendres ;Et qui sait voir la terre aboutir à des fruits,Point ne l'émeut l'échec quoiqu'il ait tout perdu.". RENE CHAR .
Posté par emmila à 18:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,