jeudi 8 novembre 2018

ANNA MARIA CARULINA CELLI...Extrait

Pierres poliesPierres de patienceCombien d'effleurementsCombien de lamesDans la brutalité du roc Ont sculpté en silenceL'harmonie d'un seinL'apparence d'un flancDressant sur les rives des ruissellementsDe la Terre sans cesse s'enfantantDes stèles aux yeux voilésOù en un même corps d'autelS'épousent le germe mâle et l'essence femellePierres de naissancePierres de crépusculeLes rivières dansent vers la merComme vous marchez vers le sableAvec la lenteur d'une caresse sur la peauSi je ferme les yeux assez longtempsPour traverser un... [Lire la suite]

lundi 20 août 2018

JEAN LAVOUE...Extrait

Ce temps de métissage et de chansons mêlées,Ce temps de tisserands et de vies accordées,Ce temps que nous appelons sur nous-mêmesComme une supplique du fond de nos détresses, Comment nous sera-t-il donnéTandis que nous allonsSi loin de nos récits perdus,De nos chants disparus,De nos sources oubliées ? Comment nous sera-t-il arbre de vieSi nous ne visitons nos racines,Si nous n'étendons pas nos branches aux frontières,Si nous ne nous approchons pas avec tendresseDe ceux qui glissent inexorablement vers... [Lire la suite]
jeudi 15 février 2018

L'HERITAGE

Il est temps d’additionner les merveilles de nos vies, l’or de nos oreilles et les eaux profondes de nos rêves les plus légers. Temps de tracer quelques rares instants sur nos neiges éternelles, de réconcilier nos barques aux vieilles marées des songes. A nous de planter des fleurs que nous ne verrons jamais éclore. Planter des forêts inespérées dans les déserts de nos enfants. A nous de briser les digues, distribuer les livres que nous avons aimés, boire à la coupe fraternelle des alcools. Soyons les héritiers de nos langues les plus... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 13 janvier 2018

NAGER A LA RECHERCHE DU COMMENCEMENT DES TEMPS ...Extrait

Quelles profondeurs nous atteignons parfois Dans une conversation banale, Dans une caresse ordinaire Quand on sonde des vérités logées plus profond qu’on ne sait Doucement, sans rien déranger Comme des gens qui se parlent depuis des siècles.   Si je ferme les yeux je peux sentir mon souffle Tandis que la douleur s’atténue, Les mots venant plus aisément, Hésitant, poissons nageant de nuit ; Doucement, sans rien déranger, Des phrases rejoignent le banc d’une pensée inattendue ;   Dans le lac Baïkal il y a des... [Lire la suite]
jeudi 26 octobre 2017

ALEXO XENIDIS...Extrait

Il faudra que je perde le Nord Pour voir enfin l’Orient où le soleil naît Entre les cuisses ouvertes de l’horizon Salies de sang vie lumineuse Les noires frondaisons s’éclairent Je regarde L’enfantement d’une journée Personne ne compte ses doigts Ni ne l’enveloppe d’un drap chaud Ni ne lave sa bouche des péchés de la veille Comme nous naissons Chaque matin Aux vies nouvelles, abandonnés   .   ALEXO XENIDIS     .   Photographie Bernard Liégeois          
Posté par emmila à 11:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 19 octobre 2017

LA BARQUE SILENCIEUSE...Extrait

"Il n’y a pas deux aubes. Tous les matins du monde sont sans retour. Il n’y a pas deux nuits. Chaque nuit est le fond de l’espace en personne. Il n’y a pas deux fleurs, deux rosées, deux vies. Il faut dire à tout instant : Toi. Il faut dire à tout ce qui vient : Arrive."   .     PASCAL QUIGNARD     .    Oeuvre Mathilde Le Goff      
Posté par emmila à 09:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

jeudi 3 août 2017

PHILIPPE RAHMY...Extraits

Une foule sans bords de migrants s’ébranle à chaque heureen direction de l’occident …Chaque foule ouvre une meurtrière à travers laquellese présente un paysage dévasté …Chacun des personnages de cette foule a son propre texteà chanter, mais il est impossible de reproduire ces voix,maintenant qu’elles ont été anéanties. Ce qui nous est donnéde faire, c’est d’essayer de faire entendre leur âme   …   .     PHILIPPE RAHMY     .   Oeuvre Shelby Mc Quilkin
Posté par emmila à 15:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
samedi 22 juillet 2017

AGNES SCHNELL...Extrait

Brin par brinfibre après fibrearrache ce cordonqui tel un corps étrangers’indure en tes chairs.Combien de naissances possibles ?Combien de chantsdemeurés sans échocombien de chutessans envol ?Seconde après secondedétache-toi des imageslourdes de trop de retouchesvaines.            Une rive nue            où s’oublient des herbes            anémiéesune riveoù la viegrandit... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
vendredi 7 juillet 2017

JEAN LAVOUE...Extrait

Ce sel de nos vies Si lent à se former À éclairer nos pas À révéler nos nuits Cette lampe des jours Si fermement tenue Ce brasier à l'intime Cet Amour en surplus Ce sable que rien n'étreint Ni le tic-tac des heures Nul rivage nulle enfance Pas un battement d'ailes Ce mystère en secret Dont le rien nous enfante Ce fil jamais rompu Ce souffle si ténu La bonté sans calcul Ce fruit inattendu Cette joie d'héritage Cette chance en éclats Ce matin sans limites Où le ciel est donné Du soleil aux racines Où deux ne font plus qu'un Ce... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
mardi 27 juin 2017

VOLEES D'ACTES DE PAROLES EN EPANCHEMENTS

Le temps accumulant compulsivement les années, l’homme égare ses valeurs qu’en principe, il « discerne » ; le mirage de sa raison trop hantée par l’écho n’éprouve estime et patience que pour ce qui le leurre... Marée retirée : maintenant se trouve presque vide la maison qui grouillait de nos vies et de nos objets, à la commode près et sa lourde plaque de marbre s’excusant d’être là, dérive sans affectation... Je sais la terre : j’en garde tous les jours sous les ongles. La pensée d’être mis sous elle ne m’effraie en rien. De la... [Lire la suite]