mercredi 23 novembre 2016

PENSEE POUR VINCENT- PARIS ETE 1887

La nature remue du négatif au positif, puisque ce qu’en propose d’observer le pinceau libre n’est que trace figée d’un cheminement à deux sens que les tornades de l’intérieur agitent encore. Dans le cadre, qui s’en trouve pour l’œil presque vrillé, voire disparu, oublié dans l’attention extrême, opère de façon sensible, invisiblement, une tension si lourde entre les couleurs et les formes. Comment sa chaise fiévreuse, avec pipe et tabac, ses cyprès affolés, ses oliviers, ses fleurs altières rendent-ils le mal-être face au... [Lire la suite]

mardi 15 novembre 2011

EXERCICES...Extrait

« J'inventerai des bleus que ne sait aucun ciel pour faire l'Infini, pour peindre ton visage, o Christ halluciné du jardin des olives. Je puiserai mes ors dans les blés de Provence,   & vous, soleils, volcans intimes, les ferez fondre, les porterez jusqu'à ce jaune extrême qu'exige la tendresse équivoque des anges dans cette tragédie de violets & de cendres ».   Tes mains t'abandonnaient & tes visions flamandes. Tu n'étais plus Van Gogh que ce tableau clinique -symptômes alignés comme des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 11 juin 2009

VINCENT

Les voix de Vincent Qu ’entendait-elle cette oreille Que Vincent ne voulait pas entendre Ce pauvre lobe sanglant qu ’il offre emmailloté A la fille du bordel en Arles La veille de la Nativité Comme un fœtus mort-né de son frère Déposant dans le ventre de la crèche Cet aîné d ’un an dont il reprend le prénom Qu ’il porte comme celui-là sous terre porte la croix Car Vincent Van Gogh est d ’abord ce nom d ’emprunt Gravé sur une dalle mortuaire où l ’on dépose des fleurs Vincent Van Gogh est d ’abord à la lettre une nature... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,