lundi 20 mars 2017

JULES SUPERVIELLE...Extrait

Il vous naît un poisson qui se met à tourner Tout de suite au plus noir d'une lame profonde, Il vous naît une étoile au-dessus de la tête, Elle voudrait chanter mais ne peut faire mieux Que ses soeurs de la nuit les étoiles muettes.   Il vous naît un oiseau dans la force de l'âge, En plein vol, et cachant votre histoire en son coeur Puisqu'il n'y a que son cri d'oiseau pour la montrer. Il vole sur les bois, se choisit une branche Et s'y pose, on dirait qu'elle est comme les autres.   Où courent-ils ainsi ces... [Lire la suite]

mardi 7 février 2017

DERNIERE STATION

Encore Encore une fois se lever Vous ne savez pas pour certains ce seul geste fait mal Le geste Tant de fois fait pour rien pour personne Dans les foules assises pesantes Lever la main le poing avoir Du mal à le serrer En voir les jointures qui blanchissent de honte Et de lassitude Gueuler, gueuler de rage noire, s’en crever la gorge, Combien de fois je vous ai dit combien De vous lever mais vous avez été Comme des pâtes sans levain Sans la vie des pâtes mortes qu’on malaxe Qui ne seront jamais du pain Vous faut-il que le pétrin du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
samedi 14 janvier 2017

PROPHETIE

Le jour est proche où la matière aura à ce point écrasé l'Esprit qu'il n'en restera rien. Pas même un parchemin maculé de sang pour en commémorer le souvenir. Les fils ne reconnaitront plus les pères ni les mères, devenus des étrangers au sein de leur propre foyer. Les filles seront troquées contre quelque avantage pécunier. A la place des oliviers, des glaives sortiront de terre que l'on s'empressera aussitôt de déterrer puis d'affûter, afin de détruire tout ce qui rappellerait encore de près ou de loin, l'amour que les hommes des... [Lire la suite]
dimanche 8 janvier 2017

AVIS DE TEMPÊTE

Noire, absolue, colère,Faite de mille et mille grains assemblésMille et mille blessures et mille indifférencesEt de la vie qui les soulèveJe vaisArracher tous les arbres et les casserDonner des coups de pieds dans les maisons absurdesLancer au loin ces voitures qui passentFracasser quelques rivières après les avoir étrangléesDévaster de ma rage tout ce qui est encore deboutAttraper jusqu’au ciel le déchirer en deuxEteindre le soleil entre mes doigtsEt les étoiles en crachant dessusEt quand tout sera mortJe pourraiM’asseoir sur les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 27 mai 2016

POEMES POUR AIME

   Mon cœur, préservez-moi de toute haine ne faites point de moi cet homme de haine pour qui je n'ai que haine car pour me cantonner en cette unique race vous savez pourtant mon amour tyrannique vous savez que ce n'est point par haine des autres races que je m'exige bêcheur de cette unique race                  Aimé Césaire (Cahier d'un retour au pays natal )                 ... [Lire la suite]
samedi 29 août 2015

NOUAISON...Extrait

Ils disaient maldonne malchance c’est mal fait,madame.Elle pensait marelle marguerite et massepain.Ils parlaient matrice maladie malformationelle rêvait margelle et madeleine elle rêvait matinma terre merveille mappemonde.Ils répondaient matraque massicot machette oumatelaselle mâchait macaron maracas magiemagma marionnettes madrier.Ils marmonnaient malaise macérationmarteau masse mastodonte ils maugréaientmarbre mastic maturation pulmonaireelle murmurait marin ou matière ma main marjolaineet jardin.Amer amer c’est une... [Lire la suite]

lundi 30 décembre 2013

ELOGE DE LA FUITE....Extrait

Don Quichotte avait raison. Sa position est la seule défendable. Toute autorité imposée par la force est à combattre. Mais la force, la violence, ne sont pas toujours du côté où l'on croit les voir. La violence institutionnalisée, celle qui prétend s'appuyer sur la volonté du plus grand nombre, plus grand nombre devenu gâteux non sous l'action de la marijuana, mais sous l'intoxication des mass media et des automatismes culturels traînant leur sabre sur le sol poussiéreux de l'Histoire, la violence des justes et des bien-pensants,... [Lire la suite]
jeudi 28 février 2013

LES YEUX DU SUD...Extrait

(A tous les laissés-pour-compte du monde entier)   Ils maigrissent en jaunissant  Dans les rôts de ta suralimentation  Les yeux de la faim  Ils flétrissent en s’évaporant  Dans les clapotis de tes piscines  Les yeux de la soif  Ils rougissent ensanglantés  Dans la chaleur de ton nucléaire  Les yeux du froid  Ils meurent sans molécules  Dans ta pharmacologie cupide  Les yeux du sida  Ils gouttent de la sueur  Dans tes firmes délocalisées  Les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 22 décembre 2012

PENDANT QU'IL EST ENCORE TEMPS...Extrait

Je voudrais faire un poème puissant un poème de hurlement contre le cri nu contre le dénuement violent contre la violence saccadé des dernières prostrations sur une barque grillée de soleil un poème d’esclave contre les nouveaux maîtres et d’impuissance contre toute nouvelle super puissance de pauvreté contre la corruption de gosse floué qui vieillit sans avenir. Un poème terrible de peur de souffrance et de soumission qu’on écartèlerait sur les murs et les barbelés de la honte éventré comme un grabat ensanglanté un poème insensible... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 21 novembre 2012

LA CRISE DE L'HOMME

“Nous sommes dans les nœuds de la violence et nous y étouffons. Que ce soit à l’intérieur des nations ou dans le monde, la méfiance, le ressentiment, la cupidité, la course à la puissance sont en train de fabriquer un univers sombre et désespéré où chaque homme se trouve obligé de vivre dans le présent, le mot seul d’«avenir» lui figurant toutes les angoisses, livré à des puissances abstraites, décharné et abruti par une vie précipitée, séparé des vérités naturelles, des loisirs sages et du simple bonheur.” .   ALBERT CAMUS .... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,