mardi 10 juillet 2018

LE JOUR A PEINE ECRIT...Extrait

 Cette voix qui vient de nulle part, comment faire, dites-moi, pour ne pas l'entendre, toutes les choses se sont tues, d'abord les grandes, celles qui nousblessaient, puis les petites, et c'est dans le silence de la nuitde l'âme, soudain la voix comme un effroi puis comme une allégresseet puis la mort, simplement      .     CLAUDE ESTEBAN     .
Posté par emmila à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 2 juillet 2018

CONCERTO POUR MAREES ET SILENCE...Extrait ( Revue )

       Dans ce bleu qui nous pousse vers Lorient         me revient de l'autre mer         un goût de sel et d'oursin         en ce mois d'août finissant         je me souviens d'une naissance accordée à l'aube         et d'un poète crucifié dans les caves d'une ville... [Lire la suite]
lundi 2 juillet 2018

EN GUISE DE SANG

   Je suis ce sang        qui souvent se love        en véhémences colorées        je suis ce sang        qui bouleverse        les plans d'états-majors        bouscule les lampes        se faufile dans les veines        des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
dimanche 6 mai 2018

EXERCICES...Extrait

Remerciements à Marie-Paule et Raymond Farina ...   . Fleuve, méditation, vaste, grave, si calme malgré l'orage et tant d'angoisses vagabondes, la guerre que se font les roussettes stridentes autour du grand palmier et la nuit obsédée   d'insectes inconnus, d'hystériques cigales et ces terreurs surgies des généalogies après avoir drainé l'amertume des morts. Mais comment faire taire, et comment effacer   ce théâtre entêtant d'apparences coupables ? Le sais-tu toi qui prends le Destin pour un ange et... [Lire la suite]
samedi 28 avril 2018

JEAN LAVOUE...Extrait

Tu reviens à ce mot,Tu ne l’arrimes d’aucun sens,Tu n’espères rien de lui si ce n’est l’abandon.Être ici sans pourquoi te suffit amplement, Tu chasses des ornières les eaux de tes combats Et tu franchis la ligne sans rime ni raison,Osant le vent durable, les feuillages reverdis. En allant simplement au rythme de ton pas,Tu ne compliques rien, Tu simplifies le temps ;Il y a tant d’obstacles quand l’homme se croit libre,Il y a ces violences que tu ne comprends pas. Tu ne remontes pas aux sources sans partageEt tu... [Lire la suite]
vendredi 6 avril 2018

CHANT IV...Extrait

... Notre cœur sera bientôt notre bouche,la voix sera vue, touchée et respirée ; la pluie, uniquement ce que tu chantes. Vers ta voix émigreront les hirondelles,vers ta voix se tourneront les héliotropes.Clair de ta voix sera l’espace,profond de ta voix l’abîme. Aujourd’hui c’est la vendange de l’air.   .   AUGUSTO LUNEL   .
Posté par emmila à 16:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 3 avril 2018

MARC EEMANS...Extrait

“Il importe avant tout de dépasser l’homme, de l’élever à l’état de mystère. N’est-il d’ailleurs pas au plus profond de lui-même ce mystère sacré d’où peuvent à chaque instant, dès qu’il les appelle, surgir les dieux?   Pour se dépasser, il suffit à l’homme de savoir écouter les voix intérieures qui l’habitent et d’intérioriser le choeur sans cesse mouvant des voix du monde qui viennent à leur rencontre. Toutes choses se répondent, se font signe, et du fond des âges elles s’avancent sous la diaprure immuable des mythes: mythes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
dimanche 28 janvier 2018

CHANT SORCIER

Miroir noyé… Un jour de pluieaux mille arpèges contrariés. Buissonnements des penséesappels sourds.Des voix nous traversent et nous plombent. Le chant portepuis se dérobeil heurte et fouette. Bercés,des chants sorciers en fragments encore illisiblesnaissent en notre intime. On se réveille parfoisdans le rêve d’un autre…     .     AGNES SCHNELL   .      
Posté par emmila à 21:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
jeudi 21 décembre 2017

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Il neige de blancs silences sur la mer. Elletout à ses ressacs conjugue etressasse la morte caresse des glaces. La mâchoire des brisants déchiquette encore les souvenirs enfouis : mots-squelettes d'épaves peuplées d'échos de voix et de poissons volants,d'ombres passantes hantant les rêves. Il y a aussi ce chant qui jamais ne finitce chant de haute mer -- de haut Amour. Il y a surtout ce chant de haute mer : loin des amers c'est la caresse du soleil sur sa peau serpentine,le grésil... [Lire la suite]
vendredi 3 novembre 2017

AFIN QUE NUL NE MEURE…

A la mémoire de François-Xavier Verschave et pour que la Grande Mort reste rêvée, rêvée seulement.. .   "Je t’offre ce dossier afin que nul ne meure, ni les morts d’hier, ni les ressuscités d’aujourd’hui. Je veux ma voix brutale, je ne la veux pas belle, je ne la veux pas pure, je ne la veux pas de toutes les dimensions. Je la veux de part en part déchirée, je ne veux qu’elle s’amuse car enfin, je parle de l’homme et de son refus, de la quotidienne pourriture de l’homme, de son épouvantable démission. Je veux que tu... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,