samedi 2 novembre 2019

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Une phrase cherche ta voixdans les méandres du silence desmots morcelés se fondent au noirde la présenceSur la margelle grise un vert mousseme parle de forêts sans qu'une lettre ne sache comment s'écrire à devenirchevreuil signe d' envol signe de vievibration d'aile...sous ma langue caché serait-cele mot oiseau le mot chant le mot ventle mot voix le mot sansle mot toi ?...Le mot manque un mot blanctraverse une forêt de visages blancsmes doigts frôlent leur blancheurfroissée d'absencemes yeux caressent ton sourirelisent mot à mot ton... [Lire la suite]

vendredi 5 juillet 2019

MILONGA DE MANUEL FLORES

Manuel Flores va a morir,eso es moneda corriente;morir es una costumbreque sabe tener la gente. Y sin embargo me dueledecirle adiós a la vida,esa cosa tan de siempre,tan dulce y tan conocida. Miro en el alba mis manos,miro en las manos las venas;con estrañeza las mirocomo si fueran ajenas. Vendrán los cuatro balazosy con los cuatro el olvido;lo dijo el sabio Merlín:morir es haber nacido. ¡Cuánto cosa en su caminoestos ojos habrán visto!Quién sabe lo que verándespués que me juzgue Cristo. Manuel Flores va a morir,eso es moneda... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 4 juillet 2019

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Ta langue s'est perduedans les méandres de Babel ...Perdus le chant dansantet le son de la voix. Et tu cherches tes mots dans l'errance du vent,au creux des larmes dans un visage désertique. Enchanteresse, elle l'était,comme toute langue de l'enfance --enchantée, comme ces châteaux en Espagne, les yeux gris-verts de la mère,la mer océane,le soleil léopard,le ciel goéland. Et te voilà sans parole, dans cet enclos planté de fleurs sages dont les graines se vendent.Où sont tes ailes ? Où sont tes yeux... [Lire la suite]
lundi 8 avril 2019

LETTERA AMOROSA

Il y a eu cette trouée d’ombre, ses balcons en encorbellement. Ce n’est d’abord qu’un petit air de plainte, mais qui revient, vague sans cesse, et feu. Voix qui naît des chairs mêmes et se transforme au fond, modulations qui vrillent au plus intime. Une blessure ou un frisson si prêts à recueillir le battement d’un sang qui se propage et se partage ! Un temps, tout l’art d’aimer. C’était bien toi, toi dont le chant éveille à profusion des songes, comme d’autres, passant à travers l’éteule, lèvent un vol de perdrix rouges.... [Lire la suite]
lundi 14 janvier 2019

SEULE LA VOIX DEMEURE...Extrait

Pourquoi m'arrêterais-je? J'allaite de mes seins les grappes vertes du blé. La voix, la voix, seule la voix, la voix du désir clair de l'eau à couler, la voix de l'écoulement de la lumière de l'étoilesur la paroi de féminité de la terre, la voix de la conception de l'embryon du senset l'extension de l'esprit commun de l'amourla voix, la voix, la voix, seule la voix demeure. Dans le pays des nains, les critères de la mesureont toujours tourné sur le parallèle de zéro degré.Pourquoi m'arrêterais-je? J'obéis à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
mercredi 26 décembre 2018

AMIS, SOYEZ TOUJOURS....

Amis soyez toujours ces veilleuses qui tremblent Cette fièvre dans l'air comme une onde passant Laissez fumer longtemps la cendre des paroles Ne verrouillez jamais la vie à double tour Je suis là cœur battant dans certains soirs d'été A vous imaginer à vous réinventer Amis soyez toujours ces voix sur l'autre rive Qui prolongent dans moi la fête et la ferveur Des fois vous le savez il fait encore si froid Le voyage est si long jusqu'aux terres promises Je suis là cœur battant dans tous les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 22 décembre 2018

EN FILIGRANE, L'ARDENNE...Extrait

En apparencerien n’a changé.Ni stridence      ni démesureseule la parole intimeivre en son flux est dénouée.En apparence rien n’a changé.La sente est raidela forêt muettela colline    dorée sous l’or froidse baigne dans le gris liquide.On dirait que tout est en attented’un retourd’une braise     d’une luciole intimeou peut-êtrede cet immense que l’on désiremais ne nomme pas.En apparence rien ne changesinon ce creux élargibien plus sombre à chaque détoursinon cette voix perduevestige déjà… ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
samedi 6 octobre 2018

TOUTE REVOLTE EST UN POEME

Toute révolte est un poème  Celui de la terrible intuition des hommes silencés Dont le chant d’allégresse s’élève soudain Vers des cieux approbateurs Il en est des yeux illuminés des insoumis Ouverts sur d’autres plaines Comme de leurs bouches monumentales Proférant la langue étrangère à la tyrannie Chaque voix hier encore solitaire Dessine maintenant l’image déconcertante D’un nouveau recommencement-clair-désir De métamorphose La révolte est ce poème d’étonnement de chacun à lui-même Quand il s’atteint par l’enfance... [Lire la suite]
vendredi 28 septembre 2018

CONTRE-JOUR

  Revenir    pieds nus dans les traces trop larges comme si on rentrait chez soi.   Glisser sur le sol se laisser écorcher par les échardes de la mémoire et rendre grâce à la source à la leçon de l’humus à l’éclatement végétal.   Il faut murmurer d’une voix profonde les rêves éteints la cendre lavée de tout l’ocre humain. Il faut dire à voix froissée ce qui hurle en soi avant de se taire.   Dire les chemins tortueux dans la terre lasse de nos migrations. Dire aussi l’adagio... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
lundi 10 septembre 2018

ASILE PERSONNEL...Extrait

Comme la rivière se remplit de brindilles par un jeu d’enfants,d’une rive à l’autre le jour étend sa voix, la tienne.Je ne sais rien des colombes qui passent sur ton front lorsque la nuit s’endortni des clefs tentant de t’arracher pour l’autre vie.Je sais des syllabes dans l’ombre, courant inlassables sur les rails,quand dans la plaine la ville n’est plus qu’une île sans sommeil.Et par son accent navigue ta voix, indéclinable et fertile,plus proche de la terre que des hautes sphères invisibles.Spectacle comme la flamme qui monte sans... [Lire la suite]