mercredi 12 avril 2017

L'EBLOUI

Je ne sais d’ici que le lent ravitaillement des heures Et le chant incessant écharpant le silence Je ne sais d’ici que l’ongle des sentiers qui écosse la plaine Et la mer au lointain qui lisse ses bas bleus La paresse des îles Le rouet de tes yeux L’indolence des palmes L’insolence des cieux Tu es cet ébloui revenu du silence Tu es ce murmuré dans le soir silicieux Tu as repris l’espace comme on reprend la chance Avec au cœur l’espoir d’un ultime voyage Tu es cet ébloui qui se joue des naufrages Tu me l’avais promis ... [Lire la suite]

mardi 21 février 2017

UGARITICA

Au bout de mes doigts je détiens ces blancs oiseaux cunéiformes mon souffle mon amour mon désir voyageur ces oiseaux effilant le loin fortuits & brefs dans l'incessant combat du feu & de la mer ces moments d'ailes donnant ciel à mes mots insoucieux de moi lointains déjà comme les vagues & le vent & miens oh rythmiquement miens   Dans la cendre & le sable à ce delta du temps Alasia Samara appelant de leur nuit la source que nous serons peut-être   Creusant ameublissant le sens trembler de ne sauver... [Lire la suite]
vendredi 23 décembre 2016

QUE LA VIE ME PARDONNE

La vie est une orange mûre et bigarrée Un présent que l’on ne finit pas d’ouvrir Une mémoire d’autres vies Une enfance qui  tourbillonne vers sa lumière J’ai habité un nuage Et j’ai tellement voyagé que j’ai avalé le noyau du monde Je n’avais que mon cœur pour monture J’ai pansé le soleil Rendu hommage aux femmes nues La vie m’a toujours tout donné Des pépites d’amour Des cimetières de rêves Des sanglots Des naufrages Et des torrents de rires Ainsi soit-elle Ma parole a usé les miracles Elle a aussi recyclé les... [Lire la suite]
jeudi 24 novembre 2016

MARCHER

Un seul souci... marcher...Dans le noir... marcher... Dans la nuit épaisse de la voûte fraîche l'enclume son métallique approche. Marcher... La procession s'enroule en pelote, et doucement l'air se raréfie, la voix de fer s'alourdit: le marteau frappe et résonne et gémit.Un seul souci...marcher... On débouche : aire faite d'yeux. Yeux aveugles, yeux sillus, yeux clos, yeux diaphanes Yeux éteints, yeux écarquillés, yeux sources trompés par les miracles de l'humain.Un seul souci...marcher... Aire faite de bouches. Bouche qui rit, bouche... [Lire la suite]
vendredi 11 novembre 2016

OSAMA KHALIL AL DIAB...Extrait

Qui a dérangé mon sommeil,laissez-moi dans l’eau doucelaissez-moi voyager parmi les étoiles d’eauvous m’avez assez crucifié dans les anciens livresassez recouvert de vos prières jaunesLà-bas dans l’eau douceun pistachier d’Alep,sous son ombre une femmerassemble les gémissements de l’air,elle élève des souvenirs,tout autour parmi les herbesbourgeonnent les blessuresqui sont des visages de réfugiésLaissez-moi là-basen compagnie des motsqui courent effrayéspour entrer dans le poème,puis ils claquent la porte derrière euxavant de tourner... [Lire la suite]
jeudi 20 octobre 2016

LES EMIGRANTS...

 Merci Gérard Cléry  et Guy Allix ... ...   lissant leur vie aux fenêtres des trains ils voient blêmir ces paysages où nul arbre ne brûle     terre affamée de caresses et du vent pour eux déroule tes bandages     ils vont leur renommée voyage ils n'amasseront pas rivés à la souffrance plane         de temps en temps toisonnent par le gué d'un bocage ces gibets de tendresse qui ne les balancent guère     ils vont sachant fort peu plier genoux ... [Lire la suite]

dimanche 26 juin 2016

UNE COLOMBE UNE AUTRE...Extrait

Moineau petit événement moineau qui peux en te posant changer le cours de la planète   moineau en qui Saba voyait la sublimation du reptile moineau pendu de Gombrowicz moineau chinois de Neruda en ton hécatombe terrible   merry sparrow  de William Blake comme échappé d’une aquarelle ou sparrow des Nursery Rhymes qui cherche dans arrow sa rime moineau de Mutis souverain des silences du Mexuar   moineau sautillant dans Catulle moineau malin moineau sublime moineau témoin moineau victime moineau qu’un soir à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 21 juin 2016

AU SUD DU SILENCE...Extrait

Parce que leurs noms étaient trop larges pour leurs corps d’étrangersils se taillèrent des noms de voyage dans le tissu rêche des chemins Des noms pliables sous la peaupour les villes qui fument leurs hauts fourneaux pour oublier les prairies asphaltées. Sur les cils de la lune il y a de la poussière disent-ilset ils frappent aux portes des femmes pour retrouver une patrie.   .   VENUS KHOURY GHATA   . Caroline Ortoli    
Posté par emmila à 15:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 13 juin 2016

HOMMES ET BÊTES...

A toi Centaure, à ta moitié humaine ; A vous chimères, et monstres incomplets ; A vous, hybrides, à vous énergumènes, que l'on traite d'impurs ou d'imparfaits ; Nous rallions nos cœurs, nos âmes pleines, Tous dans un même élan pour entonner Cette chanson où l'on s'est retrouvé A ce refrain toujours nous ramène : Hommes et bêtes, venez dessiner La carte de notre voyage immense, A l'impossible on est destiné Sur tous les chemins de TransHumance La terre sous nos pieds comme semelle Sur nos têtes les cieux comme chapeau... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mardi 24 mai 2016

AMINA SAÏD...Extrait

Tous les présages sont faux ni les traces des oiseaux ni la direction de leur vol ne traduiront jamais la pensée des dieux et sur l'autel de leur propre démesure de longs couteaux de silence sacrifient nos passions croyant partager le pain du monde c'est ton corps que tu rompais il s'en écoulait un peu de cendre dont jalonner les sentiers orphelins  la vie est un voyage avec une mort à chaque escale .   AMINA SAÏD   .   Photographie Phil Mc Kay