lundi 24 juin 2013

GABRIELLE ALTHEN

La joie comme un nœud sur le vent Le ciel pour fleur qui ne se peut couper Dans le feu s'ouvrent des portes d'air Plus bas crissent toujours les graviers de la route Et te voilà les mains qui rêvent Et c'est le vent encore qui chasse aux marges du voyage   .   GABRIELLE ATHEN   .                
Posté par emmila à 19:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 24 novembre 2012

LE VISAGE CACHE

Ces visages qui tout à tour m’auront brûlé, Que voilaient-ils, de quelle invisible figure Etaient-ils le symbole ou la caricature, Ou bien la vérité changeante et vouée à l’oubli ? Mais quand je les revois, surgis de ces replis Où la cendre à présent voisine avec la roche, Ne laissant plus au feu qu’un médiocre aliment, Je redoute un peu moins l’ombre qui se rapproche Et le souci du vrai s’endort en moi comme un enfant Fatigué du voyage. . JACQUES REDA   .      
Posté par emmila à 21:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 17 novembre 2012

ELOGE DE L'OMBRE...Extrait

Ô seigneur de l'existence transformée Ô seigneur des charbons ardents Ô seigneur du flambeau que la révolution est large que le voyage est étroit que l'idée est grande que l'état est petit .   MAHMOUD DARWICH . Photographie Faustine Reibaud        
mercredi 14 novembre 2012

LE GUIDE DU ROUTARD

Partir. Ce ne sont pas les racines du lierre qui me retiendront, ni les jardins du soir qui se reflètent dans les yeux, ni la lampe autour de laquelle rôdent  les abeilles, ni le talus parfait d'une épaule amie, ni cette page, qui, je le sais, n'est qu'un miroir aux alouettes, réverbérant l'insatisfaction. Partir  parce que je ne suis qu'une  ébauche et qu'il me manque toujours quelque chose, une main, la moitié du coeur ou le dernier vers d'un poème; parce que l'horizon déborde de promesses et le futur aussi, malgré... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 11 novembre 2012

CHANSON POUR L'ETRANGER

Il a toujours une frontière à donner,un oiseau pour s’enfuir au réveil,un mal d’étoilesqui se nourrit de fées. Il voyage. La multitudele remplit,le papillon mourant l’appelle. Il voyagedans la sympathie des ailes. Il sait espérer d’un ruisseausous l’automne aux feuilles noires. Tout à la fin,il te donnera en filonson corps qui est cocagne. . DOMINIQUE SORRENTE .    
jeudi 8 novembre 2012

VOYAGE

D'un rêve à l'autre voyagevoyage dérisoire du non-direen négatif dans ta mémoireencore blanchie de tes regards noyésarabesques du grimoire de ta vietarentules de ton passéétirant leurs algues grenuesdans les interstices sinueux et glabresde la peau de tes veinesvoyage du non-moiles cellules du temps s'étirentphosphènes papillonnantsous tes paupières closesfermer les yeux encorelaisser venir à toi le rêvete blottir dans le silencela pâleur blême de la nuitte lover dans ses entraillesflotter et t'enfouirt'enrouler te draperdans sa toile... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 12 octobre 2012

ITHAQUE

Quand tu entreprendras le voyage à Ithaque prie pour que le chemin soit long, plein d'aventures, plein de découvertes. Prie pour que le chemin soit long... et nombreux les matins où tes yeux découvriront un port ignoré, et nombreuses les villes où tu chercheras le savoir. Garde toujours au cœur l'idée d’Ithaque. Tu dois l'atteindre, c'est ton destin, mais ne force pas la traversée. Mieux vaut qu'elle dure longtemps et que tu sois vieux quand tu jetteras l'ancre, riche de tout ce que tu auras amassé en chemin sans en... [Lire la suite]
dimanche 30 septembre 2012

BARDE IMAGINE...Extrait

« La mer à moi ! Mer baradoz ! Je me souviens des étés trempés d’embruns et les embruns étaient les langues de tous les climats. Je me souviens des enfances boitillant dans les sables, des navires partant, multicolores, Valparaiso, la Trinidad, et toutes les Espagnes lues dans les flaques, entre la moire des schistes. Le petit port balançait des proues. Bordées contre bordées…Les voiles brunes ocres pendantes, cuirs de Cordoue au séchoir des mâts… Filets, algues prises, laminaires errantes, et cette mélancolie si intense qu’elle était... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 31 mai 2012

LE LIVRE DU VENT ET DES FLEURS...Extrait

Mon fils, donne-moi ta main et regarde-moi dans les yeux Je vais lire les années où tu n'as pas encore erré Je verrai la terre où tu cherches en solitaire La mer qui s'est ouverte pour que tu viennes jusqu'à moi Et les flots jetés à ta poursuite.   Vois, tes yeux passent d'une couleur à l'autre De la couleur des feuilles vertes à celle de la terre, Tes yeux semblent ne pouvoir se décider, Ils se fondent dans la tempête Ils sont emportés par le torrent. Tu n'as pas de pays, mon fils, parce que le tien t'a rejeté Ou... [Lire la suite]
dimanche 22 janvier 2012

JOIE D'ENFANCE

                                  à  Hamid Tibouchi, Comme deux points vifs,les yeux de l’enfance, et son visage tout rondaux joues rosesaffronte la blancheur des neigesou des sables du désert… L’enfant de mes voyages,à la calotte bleue,sourit comme un signe,une virgule,un style d’idéogramme : fenêtre ouverteà toutes les questionsde celui qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,