jeudi 21 juin 2018

AFTER LONG SILENCE

 De nos querelles avec les autres nous faisons de la rhétorique. De nos querelles avec nous mêmes, de la poésie.    ...    Parler, après un long silence : c'est dans l'ordre,   Morts ou enfuis tous nos autres amours,   Et tirés les rideaux sur la nuit hostile   Et voilée de ses franges la lampe hostile,   Qu'ainsi nous dissertions, à n'en plus finir,   Sur ces thèmes suprêmes, l'Art, le Chant.   La décrépitude du corps est... [Lire la suite]

dimanche 28 août 2016

A LA MEMOIRE DE WILLIAM B. YEATS...Extrait

Reçois, Terre, un hôte honoré ; William Yeats va pouvoir dormir Que le vase irlandais repose, Vidé de sa poésie.   Dans le cauchemar des ténèbres Tous les chiens d’Europe aboient, Les nations vivantes attendent, Chacune enfermée dans sa haine ;   Une disgrâce de l’esprit Se lit sur chaque face humaine, Et des océans de pitié Sont enclos, glacés, dans chaque œil.   Va, poète, descends tout droit Jusqu’au plus profond de la nuit, Que ta voix qui nous laisse libres Nous invite à nous réjouir.   Que... [Lire la suite]
jeudi 2 mai 2013

LES FEES

Le terme irlandais pour les fées est "sheehogue" [sidheog], un diminutif de "shee", comme dans "banshee". Les fées sont le "deenee shee" [daoine sidhe] (peuple féérique). Qui sont-elles? "Des anges déchus, pas assez bons pour être sauvés, pas assez mauvais pour être perdus" disent les paysans. "Les Dieux de la terre," dit le Livre d'Armagh. "Les Dieux de l'Irlande païenne," disent les experts irlandais, les "Tuatha De Danaan (le Peuple de Dana) qui, quand ils n'ont plus été vénérés et nourris d'offrandes, ont rétréci dans... [Lire la suite]
lundi 25 mars 2013

WILLIAM BUTLER YEATS

"Tournant, tournant dans la gyre toujours plus large Le faucon ne peut plus entendre le fauconnier. Tout se disloque. Le centre ne peut tenir. L'anarchie se déchaîne sur le monde Comme une mer noircie de sang partout On noie les saints élans de l'innocence. Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires Se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises."   .   WILLIAM BUTLER YEATS   .   Oeuvre David Ho      
mercredi 10 octobre 2012

LE VENT PARMI LES ROSEAUX...Extrait

Si j’avais les voiles brodés du ciel, Ouvrés de lumière d’or et d’argent, Les voiles bleus et pâles et sombres De la nuit, de la lumière, de la pénombre, Je les déroulerais sous tes pas. Mais moi qui suis pauvre et n’ai que mes rêves, Sous tes pas je les ai déroulés. Marche doucement, car tu marches sur mes rêves. . WILLIAM BUTLER YEATS .  
samedi 17 avril 2010

YEATS

Si je pouvais t'offrir le bleu secret du ciel Brodé de lumière d'or et de reflets d'argents Le mystérieux secret, le secret éternel De la nuit et du jour, de la vie et du temps Avec tout mon amour je le mettrais à tes pieds Mais tu sais je suis pauvre et je n'ai que mes rêves Alors c'est de mes rêves qu'il faut te contenter Marche doucement, car tu marches sur mes rêves . WILLIAM  BUTLER  YEATS . Oeuvre  Pino
samedi 1 novembre 2008

A L'ENFANT QUI DANSE DANS LE VENT...

"Danse là sur le rivageCar pourquoi te soucierais-tuDu vent ou de l'eau qui gronde?Et après secoue tes cheveuxQu'ont trempés les gouttes amères. Tu es jeune, tu ne sais pasQue l'imbécile triomphe,Ni qu'on perd l'amour aussitôt Qu'on l'a gagné, ni qu'est mort Celui qui œuvrait le mieux, mais laissa Défaite toute la gerbe.Ah, pourquoi aurais-tu la crainteDe l'horreur que clame le vent ?" . WIILIAM  BUTLER YEATS .