lundi 7 octobre 2019

ENTRE DEUX

  Où serons-nous quand ces fleurs deviendront des fruitsdans l’étroit entre deux, où la fleur n’est plus une fleuret le fruit n’est pas encore un fruit.Quel merveilleux entre deuxnous formions l’un pour l’autre, entre nos corps,entre nos yeux, entre l’éveil et le sommeil.Entre chien et loup, ni jour ni nuit. Ta robe de printemps a pris si viteles couleurs de l’été, elle flotte déjàà la brise de l’automne.Ma voix n’est plus ma voixMais déjà, presque prophétie. Quel merveilleux entre deux nous étions, comme la terreentre les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 26 septembre 2019

LE BAISER DE LA POESIE...Extrait

Où serons-nous quand ces fleurs deviendront fruits         dans l'étroit entre deux, où la fleur n'est plus une fleur         et le fruit n'est pas encore un fruit. Quel merveilleux         entre deux         nous formions l'un pour l'autre, entre nos corps,         entre nos yeux, entre l'éveil et le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 25 septembre 2019

YEHUDA AMICHAI

Ne deviens pasune épine.Prends exemplesur les pleurs, le grain de blé,ou l’obliquede tes yeux, toi. Nous ne sommes pas immuniséscontre le défaut des choses. Toujours partir.Monde de séparations,le coeur, les vêtementsapprovisionnent les valises. Quand nous élargissonsjardins et visages,nous détruisonsla règle des temps, futur et passémort et usure du temps,seul le sourire du sommeilcompte.     .     YEHUDA AMICHAI     .       Oeuvre Thor Lindeneg
Posté par emmila à 15:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 22 juin 2019

YEHUDA AMICHAI

Je veux célébrer la louange de tout ce qui resteici avec nous et ne part pas comme les oiseaux migrateurset ne fuit pas vers le nord ni vers le sud et ne clame pas « Mon coeur est en Orientet moi en Occident ». Je veux chanter pour les arbresqui n’abandonnent pas leurs feuilles et souffrent le feu de l’été et le froid de l’hiveret pour les hommes qui n’abandonnent pas leurs souvenirset souffrent plus que les hommes qui abandonnent tout.Mais par dessus tout je veux célébrer la louangedes amants qui restent ensemble pour la peine et la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 24 septembre 2012

YEHUDA AMICHAI

Si on photographie la mer ou le désert à perte de vue on doit mettre quelque chose de grand tout près : la branche d'un arbre, une chaise, un coin de maison, un rocher, pour sentir l'infini et oublier la mer et le désert. Quand je t'aime, j'aime ta main ton visage, tes cheveux, ta voix toute proche et j'oublie l'éternité de la distance et les fins illimitées. . . . YEHUDA AMICHAI . . . Photographie Cok Friess        
Posté par emmila à 22:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 15 janvier 2008

POSE TA TETE SUR MON EPAULE

Pose ta tête sur mon épaule Car mon épauleSait des chosesQue ta tête n’ose imaginerEt que ta bouche ne peut direLe destin le ditQue l’un de nous doit être le ventL’autre un arbre dans le ventOu un arbre dans un jour sans ventLe destin le ditTa naissance pendant la guerreAnnonce ma fin.     Ma fin sera tienne ce jourCombien de temps vont-ils poserSur nous des pactes d’angoisse,Des traités de désespoir ?Laisse-moi l’exprimer ainsi :Le temps ne se suffit pas pour êtreDeux ensemble deux foisPour une seule durée de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,