vendredi 14 août 2009

LE RÊVE D'UNE PLANETE

Il était une fois une très jeune planète, toute ronde et bleue, absolument perdue dans un coin reculé de l'univers, minuscule, face à l'immensité du cosmos. Cette planète avait fait, dans son imaginaire de planète, un rêve fou : elle voulait accueillir la Vie. Quand elle avait tenté d'évoquer ce rêve autour d'elle, les autres planètes avaient poussé de hauts cris et aussitôt l'avaient mise en garde : “Sois prudente, ne t'engage pas à la légère ! La Vie, quand elle est suffisamment apprivoisée, quand elle commence à s'habituer, quand... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 14 août 2009

SI JE M'ECOUTAIS, JE M'ENTENDRAIS....Extrait

Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, tranforme-les en caresses. . . . JACQUES SALOME . . .
Posté par emmila à 19:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 14 août 2009

UN FLEUVE, UN AMOUR

Je voudrais être seul dans le sudPeut-être mes yeux lents ne verront plus le sudAux légers paysages endormis dans l'espace, Aux corps comme des fleurs sous l'ombrage des branchesOu fuyant au galop de chevaux furieux.Le sud est un désert qui pleure quand il chante, Et comme l'oiseau mort, sa voix ne s'éteint pas ; Vers la mer il dirige ses désirs amersOuvrant un faible écho qui vibre lentement.A ce si lointain sud je veux être mêlé.La pluie là-bas n'est rien qu'une rose entr'ouverte ; Son brouillard même rit, rire blanc dans le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 14 août 2009

TROIS LECONS DE TENEBRES...Extrait

Vêtu de blanc. Vêtu de blanc je suis devant les yeux de qui m’aime et de qui ne m’aime pas, je pose enfin devant personne ou le néant ou devant la pupille transparente que je ne vois jamais et qui me voit. Poserai-je ainsi sans fin devant la mort ? Les fleurs de l’acacia jaunissent vite aux montagnes lointaines de l’enfance. Suis-je ainsi vêtu pour mourir ? Une grande et longue boucle sur la photo altérée par le temps tombe sur mon front, pâle ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 12 août 2009

CANCIONERO Y ROMANCERO DE AUSENCIAS...Extrait

Tu étais comme le jeune figuier des précipices. Et quand je passaistu chantais dans la montagne.Comme le jeune figuier,resplendissant et aveugle.Comme le figuier tu es.Comme le vieux figuier.Et je passe, et me saluentsilence et feuilles sèches.Tu es comme le figuierque la foudre vieillira. .. . MIGUEL HERNANDEZ Traduit par Iris Van de Casteele . . . Merci à Iris pour sa participation amicale et efficace!
Posté par emmila à 22:21 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 12 août 2009

LA LUMIERE DU MONDE ....Extrait

Le cœur est un instrument d’optique bien plus puissant que les télescopes de la Nasa. C’est le plus puissant organe de connaissance, et c’est une connaissance qui se fait sans aucune préméditation, comme si ce n’était plus nous qui faisions attention à l’autre, comme s’il n’y avait plus qu’une attention pure et une bienveillance fondée sur la connaissance de notre mortalité commune. . CHRISTIAN  BOBIN .    
Posté par emmila à 19:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 12 août 2009

JE SUIS NE AVEC DU SABLE DANS LES YEUX...Extrait

"Avec des gestes graves, elle (ma mère) m'a appris à lire les vingt-six lettres de l'alphabet tifinagh qui compose la langue tamasheq. Je revois ses doigts voltiger  pour tracer sur le sable des signes géométriques : le cercle qui désigne le "R",  le trait horizontal qui indique le "N", les quatre points pour la consonnance "KH",  le rond précédé de deux points et d'une parenthèse renversée qui compose le mot "chat". Elle faisait une pause,  effaçait de la main ce qu'elle avait écrit, me demandait de répéter ses... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 12 août 2009

PROVERBE TOUAREG

"Lorsque quelqu’un te blesse, tu devrais l’écrire sur le sable afin que le vent l’efface de ta mémoire mais lorsque quelqu’un fait quelque chose de bon pour toi, tu dois l’écrire sur la pierre afin que le vent ne l’efface jamais." . PROVERBE TOUAREG . Oeuvre Almoustapha  Tambo
Posté par emmila à 13:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 12 août 2009

HORMIS TES ENTRAILLES...Extrait

"L’ombre est déjà le nid fermé, incandescent,l’aveuglement visible posé sur celui qui aime ;elle provoque déjà l’étreinte fermée, aveugle,elle accueille déjà dans ses profondeurs tout ce que la lumière livre.L’ombre demande, exige des êtres qui s’entrelacent,des baisers qui la constellent de longs éclairs,des bouches furieuses, agitées, qui tenaillent,des mouvements qui changent en musique les léthargies muettes.[…]L’ombre est dans l’ombre : de l’ombre il a jailli,et à son origine le astres apportent une semaille,un jus laiteux, un... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 12 août 2009

LE SIFFLEMENT DE LA PLAIE PARFAITE

    Ouvre-moi, Amour, la porte       de la plaie parfaite. Ouvre-moi, mon Amour, ouvre la porte de mon sang ; Ouvre, pour qu’elles sortent toutes les mauvaises anxiétés. Ouvre, pour que ne se sauvent les intentions troubles. Ouvre, pour que mes veines soient des pures sources, mes mains des chardons secs mes yeux des fosses tranquilles. Ouvre, que vienne l’air de ta parole… Ouvre ! Ouvre, Amour, que déjà rentre… Ai ! que non se sale… !Ferme ! . . . MIGUEL HERNANDEZ ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,