Canalblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
EMMILA GITANA
Visiteurs
Depuis la création 1 615 225
Newsletter
Archives
31 janvier 2008

ISLI ET TISLIT

ISLI ET TISLIT
Que dit la légende ? Adrukh iwa ru iwa gakh tin ijdad A yasmum eqqar iâaqqub ar teqqarkh . Traduction : « Je pleurerai Pleure Faisons comme les oiseaux O mon bien aimé Appelle Iâaqqub et que je l’appelle (1)». D’un bout à l’autre de la montagne d’Imi...
31 janvier 2008

ALI KHADAOUI...EXTRAIT

ALI KHADAOUI...EXTRAIT
J'avais quelque chose comme un rêve à te direun sourire de soleil en plein hiversdes mots jolis à faire rougir Mozartdes contes de grands-mères à t'endormir debout Le temps, le temps,Le temps a subtilisé mes motsLe temps m'a exilé dans d'autres motsLe...
30 janvier 2008

ENTRE MORIR Y NO MORIR ...Quilapayún Historicos

. El poeta entra a contar su condición y predilecciones/ Entre morir y no morirme decidí por la guitarray en esta intensa profesiónmi corazón no tiene tregua,porque donde menos me esperanyo llegaré con mi equipajea cosechar el primer vinoen los sombreros...
30 janvier 2008

LORCA

Lorca Vidéo envoyée par angelpuente
30 janvier 2008

DESTIN DE POETE...Fédérico Garcia Lorca

DESTIN DE POETE...Fédérico Garcia Lorca
. Weboscope mesure d'audience, statistiques, ROI Classement des meilleurs sites et positionnement
29 janvier 2008

PESSOA ...Extraits

PESSOA ...Extraits
Je ne suis rienJamais je ne serai rien.Je ne puis vouloir être rien.Cela dit, je porte en moi tous les rêves du monde. Fenêtres de ma chambre,de ma chambre dans la fourmilière humaine unité ignorée(et si l'on savait ce qu'elle est, que saurait-on de plus...
27 janvier 2008

ALBERTO CAEIRO

ALBERTO CAEIRO
« Un jour de 1914, je m’approchais d’une commode haute et, prenant un papier, je me mis à écrire, debout, comme je le fais toutes les fois que je puis. Et j’ai écrit une bonne trentaine de poèmes d’affilée, dans une sorte d’extase dont je ne saurais définir...
27 janvier 2008

LE GARDEUR DE TROUPEAUX...Extrait

LE GARDEUR  DE TROUPEAUX...Extrait
Je ne suis pas toujours le même dans mes paroles et dans mes écritsje change, mais ne change guère.La couleur des fleurs n'est pas la même au soleilque lorsqu'un nuage passeou que la nuit descendet que les fleurs sont couleursd'ombre. Mais qui regarde...
27 janvier 2008

PESSOA.....

PESSOA.....
L'art nous délivre de façon illusoire, de cette chose sordide qu'est le fait d'exister... En art, il n'y a pas de désillusion, car l'illusion s'est vue admise dés le début. Le plaisir que l'art nous offre ne nous appartient pas, à proprement parler :...
27 janvier 2008

IL PLEUT

IL PLEUT
Il pleut Il pleut. C'est le silence, puisque cette pluie-làNe donne à entendre qu'une rumeur paisible.Il pleut. Le ciel sommeille. Et lorsque l'âme est veuveDe tout ce qu'elle ignore, le sentiment s'aveugle.Il pleut. Mon être (qui je suis) je le renie......
26 janvier 2008

YO NUNCA GUARDÉ REBAÑOS

YO NUNCA GUARDÉ REBAÑOS
Yo nunca guardé rebaños,pero es como si los guardara.Mi alma es como un pastor,conoce el viento y el soly anda de la mano de las Estacionessiguiendo y mirando.Toda la paz de la Naturaleza a solasviene a sentarse a ni lado.Pero permanezco triste, como...
26 janvier 2008

VEN A SENTARTE CONMIGO,LIDIA,A LA ORILLA DEL RIO

VEN A SENTARTE CONMIGO,LIDIA,A LA ORILLA DEL RIO
Ven a sentarte conmigo, Lidia a la orilla del río.Con sosiego miremos su curso y aprendamos que la vida pasa, y no estamos cogidos de la mano.(Enlacemos las manos.) Pensemos después, niños adultos, que la vida pasa y no se queda, nada deja y nunca regresa,va...
26 janvier 2008

SI YO PUDIERA MORDER LA TIERRA TODA

SI YO PUDIERA MORDER LA TIERRA TODA
Si yo pudiera morder la tierra today sentirle el sabor sería más feliz por un momento...Pero no siempre quiero ser felizes necesario ser de vez en cuando infeliz para poder ser natural...No todo es días de soly la lluvia cuando falta mucho, se pide.Por...
26 janvier 2008

EL PASTOR ENAMORADO

EL PASTOR ENAMORADO
Alta en el cielo, va la luna de Primavera,Pienso en ti y dentro de mí estás entera.Aquí viene, por las grandes praderas, corriendo hacia mí, la leve brisa.Pienso en ti, murmuro tu nombre; y no me siento yo: estoy feliz.Mañana vendrás, irás conmigo a recoger...
26 janvier 2008

COMO SI CADA BESO

COMO SI CADA BESO
Como si cada besoFuera de despedida,Cloé mía, besémonos, amando.Tal vez ya nos toqueEn el hombro la mano que llamaA la barca que no viene sino vacía;Y que en el mismo hazAta lo que fuimos mutuamenteY la ajena suma universal de la vida. . FERNANDO PESSOA...
26 janvier 2008

DE PROFUNDIS

DE PROFUNDIS
Les cent amoureuxdorment pour toujourssous la terre sèche.L'Andalousiea de longs chemins rouges.Cordoue, des oliviers vertsoù planter cent croixen souvenir d'eux.Les cent amoureuxdorment pour toujours. . FEDERICO GARCIA LORCA .
26 janvier 2008

Iyâd Râdi Janajarâ

Iyâd Râdi Janajarâ
Iyâd Râdi Janajarâ 20 décembre 1988 . À Naplouseaprès les blessuresla mort s'est glissée dans la douceur des motset le ciel a dépêché une prièrecalme et sereine.Elle s'est posée, précise sur un corps fondu dans l'argile.Il avait vingt et un ans.et venait...
25 janvier 2008

LE PLUS BEAU CONCERTO

LE PLUS BEAU CONCERTO
Le plus beau concerto est celui que j'écrisSur les claviers jaloux de ton corps éblouiQuand mes hautbois en caravanesViennent mourir dans tes jardinsEt que m'offrant tant de festinsTes lèvres dansent la pavane Le plus beau concerto est celui de ta voixLes...
25 janvier 2008

JOSE GOROSTIZA...Extrait

JOSE GOROSTIZA...Extrait
... ce mourir entêté et incessant,cette mort vivante,qui te poignarde, ô mon Dieu,dans ton travail rigoureux,dans les roses, dans les pierres,dans les étoiles indomptables,et dans la chair qui se consumecomme un feu de joie allumé par une chanson,un rêve,une...
25 janvier 2008

LA PAIX

LA PAIX
Quand à l’aube les campanulescouleur grenat s’épanouirontsous la lune dorée, toi tu ne seras plusà la maison,ombre nue et blanche. -Tu seras noblement posée,paisible et souriante,dans l’instant nouveau et joyeux,heureuse de ton sort,qui te rend indifférente,après...
1 2 3 4 5 6 7 > >>
EMMILA GITANA
Pages
Tags
Derniers commentaires