mardi 10 août 2010

DERRIERE LE DOS DE DIEU...Extrait

ô impatience du voyage tu cherches une couleur, une brume, un regard où tu liras peut-être ce qui te pousse sur ces chemins, ce visage peut-être un jour qui t’a souri dans une gare a emporté dans la bousculade la fumée ce qu’il savait du labour odorant où tu allais sans but lisible un soir dans la lumière dorée des maisons d’argile et de paille, de vents peut-être et l’eau d’une mare où une femme se penchait pour puiser, drapée de noir, figure de la nuit brodée de rouge et de jaune, les flots boueux de l’Euphrate du fond ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 9 août 2010

TUNISIE DE LA GRÂCE...Extrait

« …Et la Grâce plus belle encore que le beauté » Terre de lumière terre de l’homme en son jour je te célèbre je te révèle je te sacre en t’imposant comme une couronne mystique ce nom Terre de la Grâce. Je ne chanterai pas l’arabesque la couleur ni le monument d’or ancien mais une forme de vie simple à ras de plaine et de mer sous le soleil mais le geste et la parole ordinaires vifs et affleurant des plus vieux âges mais la gloire sublime et pauvre de l’homme en la stature naïve et souveraine qu’il reçoit de toi Terre de l’homme en... [Lire la suite]
lundi 9 août 2010

LA FAIM DE DIGNITE

« L’Algérie n’a jamais existé, dit-on. Mais, elle commence à exister. C’est là le fondement du problème. Un refus irréversible s’est produit quand l’espoir et la mystification ont cessé de voiler la réalité. Une volonté, lentement formée, s’est déclarée : celle d’être des citoyens à part entière d’une nation qui entend reconquérir avec sa liberté tous ses mythes de son passé (ce que vous nommez images passionnelles) et de renouer avec son destin. C’est peut être un destin de misère économique mais comprendrez-vous que la faim de... [Lire la suite]
lundi 9 août 2010

JE SUIS JEAN ET EL MOUHOUB

«Depuis dix-huit mois passés des hommes meurent, Des hommes tuent. Ces hommes sont mes frères. Ceux qui tuent. Ceux qui meurent. Je me nomme El Mouhoub, fils de Belkacem, Petit fils d’Ahmed, arrière petit fils d’Ahcène. Je me nomme aussi, et indivisément, Jean, fils d’Antoine. Et El Mouhoub chaque jour traque Jean et le tue. Et Jean chaque jour traque El Mouhoub et le tue. Si je me nommais simplement El Mouhoub, ce serait presque simple. J'embrasserais la cause de tous les fils d'Ahmed et d'Ali, j'épouserais leur raisons et il me... [Lire la suite]
lundi 9 août 2010

ECUME

Et l'écume aux rivages graves jouent les harmoniques d'un temps bleu, d'une éclatante blancheur, comme aux premiers matins du monde.CRISTIAN-GEORGES CAMPAGNAC.
Posté par emmila à 08:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 8 août 2010

RACHID TAHA PORTO-LATINO 2010

  Rachid Taha, sur la Scène du 12 ème Festival Porto Latino à San Fiurenzu Capicorsu chante Barra Barra, Gana el Hawa !   Comme si il eût voulu, sachant qu’il ne l’aurait jamais pu, se dissimuler, apparaître lentement au public, se dévoiler peu à peu pour gagner en toute confiance la scène envoûtante et magique de la Citadelle de San Fiurenzu, Rachid Taha devient pour un soir, pour une nuit fraîche et étoilée de ce mois d'Août, l’hôte du Festival - Porto Latino - de cette douzième édition fantastique, très Thématique. ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 8 août 2010

LA FIN DE L'ETE...EXTRAIT

Le temps s'effiloche avec ce nœud, soudain, au creux de l'estomac, ce noeud qui va, vient, s'en va, revient. Pour une image, un mot, un geste, un souvenir trop précis, une similitude de situation ou un ciel un peu trop pur. Je ne sais jamais quand ni comment. Cela fait mal, très mal. Je retiens mon souffle. L'alerte s'en va, sur la pointe des pieds. La barre s'atténue et la pendule poursuit sa marche. C'est ainsi depuis six mois. Ce sera ainsi sans doute très longtemps, peut-être jusqu'à la fin du temps, ou du moins, jusqu'à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 8 août 2010

ICI ON CHERCHE TOUJOURS QUELQUE CHOSE

Ici on cherche toujours quelque chose dans les cafés, les églises, les places et jusque dans les poubelles on cherche en l’autre, en soi dans la cohue des trottoirs l’accalmie des ponts dans l’eau stagnante des fontaines et sur les bancs indiscrets on cherche en bas, en haut, devant soi un ticket de métro une terre ou une femme perdus un livre qu’on lira sur un lit d’hôpital ou en prison une chanson sans titre un ouvre-boîtes solide un oiseau qui ne chante que de nuit On cherche un regard qui fera basculer votre vie un graffiti à vous... [Lire la suite]
mercredi 4 août 2010

DE LIGNE EN LIGNE

 Entends-tu la rumeur des fleuves, ceux du monde  et ceux du sang obscur ? Tes mains habiles à nouer  là où il n’y a plus de chemins, sans crispation ni espoir,   n’ont d’autre secret que le fil de la vague,   la lumière du vent, ou la gorge végétale  qui t’accueille. Écrire n’est pas vivre,   mais si nous échouons dans la blancheur silencieuse,   de ligne en ligne, si dans l’inachevé  nous ne savons nommer et, le bleu de l’amnésie   remontant aux... [Lire la suite]
mardi 3 août 2010

MEMORIAL DE MEKNES

Je m’en vais vers mes profondeurs, Dans la noblesse de ma ville Hélée aux heures saintes par les voix muezzines Vers l’ablution et le salut ; Les visages striés de lumière  Égrainent la louange Aux chapelets couleur de miel et d’oasis ; Et j’écoute vibrer dans l’ombre coranique Une abeille géante : la mosquée-cathédrale : «  Au nom de Dieu clément et miséricordieux. Dis : Allâh est l’Unique, Allâh l’Impénétrable ! Il n’a pas engendré ; engendré il ne fut. Nul, à Lui, n’est égal  ». J’écoute les Craintifs,... [Lire la suite]