mardi 14 septembre 2010

JAMAIS D'AUTRE QUE TOI

Jamais d'autre que toi en dépit des étoiles et des solitudesEn dépit des mutilations d'arbre à la tombée de la nuitJamais d'autre que toi ne poursuivra son chemin qui est le mienPlus tu t'éloignes et plus ton ombre s'agranditJamais d'autre que toi ne saluera la mer à l'aube quand fatigué d'errer moisorti des forêts ténébreuses et des buissons d'orties je marcherai versl'écumeJamais d'autre que toi ne posera sa main sur mon front et mes yeuxJamais d'autre que toi et je nie le mensonge et l'infidélitéCe navire à l'ancre tu peux couper... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 14 septembre 2010

A PROPOS DE L'HOMME REVOLTE...

Lettres à Albert Camus   Brandeis University Waltham Massachussetts   le 25 mars 1955   Cher Monsieur,   je vous remercie pour votre lettre du 14 mars. L’Homme révolté est un livre important parce qu’il n’est plus possible, après l’avoir lu, de se complaire dans la négation, de faire du non systématique une excuse devant les rigueurs de la vie. Le château du refus dans lequel s’emprisonne depuis plus de cent ans l’individu moderne doit être détruit de fond en comble. Au risque de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 14 septembre 2010

MA VIE SANS MOI....Extrait

« Traduire un poème, c’est conclure une alliance avec un premier traître : confronté au réel du bon sens, tout beau poème est par nature un contresens orienté par l’harmonie ; rien ne doit, rien ne peut dispenser le poète traducteur de l’impérieux devoir de créer dans une autre langue un contresens équivalent ; l’on n’a point affaire aux mots seulement, mais au miracle qui leur a permis d’être poésie ; il est salutaire que l’esprit tout entier sente son pouvoir s’exercer à loisir sur la sonorité d’une syllabe ; qui veut... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 14 septembre 2010

EPISTOLAIRE

« Certes, ce que n’a pas la mer, je l’ai : le tourment ininterrompu des intentions passées et du travail futur, de mes différentes aspirations insatisfaites ; la conscience de ma nullité en ce monde qui vit autant par l’action que par la pensée et l’art ; la conscience de ma vie qui se consume dans on ne sait quelle attente. Dans l’illusion d’une formation progressive qui n’existe pas, d’une accumulation qui ne se produit pas sinon comme celle du sable que les flots charrient et dispersent de nouveau. » .CARLO ... [Lire la suite]
mardi 14 septembre 2010

LERMONTOV

Non, si j’en crois mon espérance, J'attends un meilleur avenir. Je serai malgré la distance Près de vous par le souvenir. Errant sur un autre rivage, De loin je vous suivrai, Et sur vous si grondait l’orage, Rappelez-moi, je reviendrai..MIKHAIL  LERMONTOV .
dimanche 12 septembre 2010

LA SENTINELLE

Tout au pied de son ombre même on l'a tué. Tout au pied de son propre cœur. L' angle de son espoir sur terre quand il est tombé s'est fermé... La mort mit fin à son espace. Tout au pied de son propre cœur, à son pied même on l'a tué : précipice de sa douleur. Son corps, est-il tombé dans l'ombre ? Ou l'ombre montée sur son corps ? Il s'est refermé l'éventail que nous a laissé son absence. Il s'est refermé d'un coup sec : précipice de sa douleur. Tout au pied de son ombre même on l'a tué : tout au pied de son propre cœur. La mort mit... [Lire la suite]

dimanche 12 septembre 2010

MA VIE SANS MOI...Extrait

  Sans seuil, sans sol, sans ciel, vent par vent je m’étends, Passager m’assaillant de hasards oscillants, Me plissant en sillages sauvages, multipliant   L’ouragan par l’ouragan, éconduisant L’écume, lente amante étendant son lit blanc(...)   Je me fuis de vie en vie. Moi par moi délogé, remplacé Par d’autres plus puissants habitants Ma vie sans moi par une vie où je serai Pourra se remplacer. Je dépasserai le temps, Je me ferai mouvant, flottant..ARMAND  ROBIN . Photographie Aigrebrun ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 12 septembre 2010

SIGNES DES HOMMES...Extrait

Signes des hommes, voici pour vous mes nuits   Langue, sois-moi toutes les langues ! Cinquante langues, monde d’une voix !   Le cœur de l’homme, je veux l’apprendre en russe, arabe, chinois, Pour le voyage que je fais de vous à moi Je veux le visa De trente langues, trente sciences.   Je ne suis pas content, je ne sais pas encore les cris des hommes en japonais !   Je donne pour un mot chinois les prés de mon enfance, Le lavoir où je me sentais si grand.   Signes   De minuit jusqu’à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 11 septembre 2010

LA LIBERTE DES MERS...Extrait

Je suis durJe suis tendreEt j'ai perdu mon tempsA rêver sans dormirA dormir en marchantPartout où j'ai passéJ'ai trouvé mon absenceJe ne suis nulle partExcepté le néantMais je porte caché au plus haut des entraillesA la place ou la foudre a frappé trop souventUn cœur ou chaque mot a laissé son entailleEt d'où ma vie s'égoutte au moindre mouvement. . .. .PIERRE REVERDY . .. . .
Posté par emmila à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 11 septembre 2010

A TOUS LES.....

À tous les bohémiens, les bohémiennes de ma rueQui sont pas musiciens, ni comédiens, ni clownsNi danseurs, ni chanteurs, ni voyageurs, ni rienQui vont chaque matin, bravement, proprementDans leur petit manteau sous leur petit chapeauGagner en employés le pain quotidienQui sourient aux voisins sans en avoir envieQui ont pris le parti d'espérerSans jamais voir de l'or dans l'aube ou dans leur pocheLes braves Bohémiens, sans roulotte, ni chienSilencieux fonctionnaires aux yeux fatiguésJ'apporte les hommages émusLes espoirs des villes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,