mardi 7 juin 2011

ETOILE

On ne regarde plus les étoiles. Je te demande, toi qui oublies ce qu'est la vie et son mystère, de lever une nuit la tête vers le ciel afin d'y découvrir ce que tu ne sais plus : l'immensité de l'univers. Cesse un instant d'être uniquement tourné vers tes tâches quotidiennes, cesse de calculer, de penser à ce que tu dois faire. Tu ne dois qu'une seule chose avec force et constance : être humain. Et être humain, même si tu n'y songes plus, c'est prendre conscience de ta place dans l'univers. Et cette conscience la faire partager à... [Lire la suite]

mardi 7 juin 2011

LORAND GASPAR

Il regardait la tourmente saisir à bras-le-corps et jusqu'au fond des eaux murmurant quelque chose sur le vent qui vendange le raisin de la mer -ces puits d'air et d'espace où plonge ailes repliées l'ange sans merci éclair de beauté qui perce la nage et dévore la pulpe de l'éclat, la chair vive d'un mouvement de Dieu - l'esprit du vent tendu entre les lames dans chaque battement du corps à corps sur les touches de l'immense clavier martèlement au coeur de la pensée - le beau est-il séparable du vrai ? fruits, saveurs, et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 7 juin 2011

LE SOLSTICE DES VIEUX

(...) En descendant par le petit escalier où il faut faire attention j'ai adopté le pas des vieux c'est eux qui marchaient devant moi les craquelés les boîteux les demi souffles les femmes à coiffe jusqu'à la plus tremblante qui les menait tous vers le milieu d'un cercle d'arbres sans aucune feuille mais lourds et gonflés d'autre chose les vieux semblaient soulevés par une sorte de main savante qui voulait les rendre à la forêt ou peut-être simplement les promener je ne sais pas si j'avais le droit d'être là mais je tenais à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 7 juin 2011

LE VOL ARRÊTE

Comme le fruit tombé sans avoir pu mûrirLa faute à l’homme, la faute au ventComme l’homme qui sait en se voyant mourirQu’il n’aura plus jamais de temps Un jour de plus; il aurait pu chanterFaute au destin, faute à la chanceFaute à ses cordes qui s’étaient casséesSon chant s’appellera silence Il peut toujours le commencerNul ne viendra jamais danser Nul ne le reprendra en choeurIl n’aura jamais rien finiÀ part cette blessure au coeurEt cette vie Pourquoi. Je voudrais savoir pourquoi... Pourquoi?Elle vient trop tôt la fin du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 7 juin 2011

VLADIMIR VISSOTSKI

Posté par emmila à 15:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 7 juin 2011

IL N'EST PAS REVENU DU COMBAT (Он не вернулся из боя )

« La chanson que je vais chanter, je pense qu'elle paraitra proche à tous les téléspectateurs yougoslaves, et en particulier à ceux qui ont combattus; car cette chanson qui est issue d’un film sur les partisans, est une chanson à propos de l’amitié de deux personnes, une chanson parlant de quelqu’un ayant perdu son ami avec le quel il a traversé côte à côte toute la guerre: Il n’est pas revenu du combat. » V. Vissotsky. .  Pourquoi rien ne va, apparemment tout est comme avant: Le même ciel à nouveau bleu, La même forêt, le même... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 6 juin 2011

GISANT DEBOUT ( Portrait de René Char)

Il est plus grand que son corps d’homme sous la terre.   Lié à la souffrance et au partage, au trèfle en feu des lèvres traversées, il écarta le rêve pour l’action et le pain qui sort du four.   S’il fut l’obscur, ce fut avec éclat. Pythie peut-être ! mais d’abord un paysan du cosmos, dont l’unique abandon fut à la fermeté.   La canicule l’abreuvait. Si le bâton l’égarait quelquefois, la plénitude signifiait sa générosité.   Le lire, c’est l’aimer ; l’aimer, c’est le relire non plus en aveugle... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 6 juin 2011

POEMES EPARS...Extrait

Je le pense : ce monde a peu de réalitéje suis fait des trous noirs de l’universParfois quelquefois, en quelque lieud’un paysage bouge une splendeur devant soiqui repose là dans sa migrationet l’amertume d’être un homme se dissipe . . . GASTON MIRON . . .
Posté par emmila à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 6 juin 2011

CONFLUENCES POETIQUES, UNE ANTHOLOGIE DE L'AILLEURS ET DE L'ICI...Extrait

(...) On appelle bruit de beauté la mer soudée au sel dans l’infiniment nuit au-delà de tous les récits on appelle aussi bruit de beauté le silence sa signature lente au bas de l’aube . NICOLE BROSSARD . Oeuvre Bernard Louedin
Posté par emmila à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 6 juin 2011

JEAN MAMBRINO

"Il faut abriter chaque mot dans le poème, le rossignol, le muid, l'amarante, l'aurore, et encore le sang, la sanie, le blasphème. Tout est signe. Tout doit devenir parole, puisque la peine est l'ombre de l'or, selon la polysémie des mots du poème, conduisant le poète, comme son lecteur, vers la paix nombre de l'or, dont le chiffre réconcilie toutes les contradictions." . JEAN MAMBRINO . Oeuvre Héliette Wzgarda
Posté par emmila à 15:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,